Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 00:00

 

Date de sortie 5 décembre 2012

 

Trois-Mondes---Affiche.jpg

 
Réalisé par Catherine Corsini


Avec Raphaël Personnaz, Clotilde Hesme, Arta Dobroshi,

Reda Kateb, Laurent Capelluto, Adèle Haenel, Alban Aumard

 
Genre Policier, Drame


Production Française

 

Avec Trois Mondes, c'est la troisième fois que Catherine Corsini présente un film au Festival de Cannes après Les Amoureux réalisé en 1994 et La Répétition en 2001.

 

Au Festival international du film francophone de Namur en 2012  

Trois Mondes reçoit le Prix du meilleur scénario

Co-écrit par Catherine Corsini et Benoît Graffin

 

Trois-Mondes---Raphael-Personnaz.jpg

 

Raphaël Personnaz

 

Synopsis

 

Al (Raphaël Personnaz) est un jeune homme d’origine modeste est sur le point d’épouser la fille de son patron et de succéder à ce dernier à la tête de sa concession automobile.

 

Une nuit, après avoir dignement fêté l’enterrement de sa vie de garçon, il renverse un inconnu. Poussé par ses deux amis d’enfance, il abandonne le blessé et s’enfuit.

 

Le lendemain, rongé par la culpabilité, il décide de prendre des nouvelles de l’accidenté. Ce qu’il ignore, c’est que la nuit de l’accident, une jeune femme, Juliette (Clotilde Hesme) a tout vu depuis son balcon.

 

Descendue porter secours à la victime, Juliette s’est mise en tête d’aider sa femme, Vera (Arta Dobroshi), une Moldave sans-papiers. Juliette mettra tout en oeuvre pour  l'aider à retrouver l’homme qu’elle a vu fuir.

 

Mais lorsque Juliette reconnait dans un couloir de l’hôpital l’homme qu’elle a vu s’enfuir après l’accident, elle est incapable de le dénoncer.

 

Trois-Mondes---Raphael-Personnaz--Arta-Dobroshi-et-Clotild.jpg

 

Raphaël Personnaz, Arta Dobroshi et Clotilde Hesme

 

Dès la scène d'ouverture de Trois Mondes, la réalisatrice Catherine Corsini annonce la couleur, nous sommes dans un film d'action...
"À chaque nouveau film, on se demande comment progresser. Je vois et je revois des westerns, les films d'Hitchcock, les policiers de Melville ou de James Gray qui sont des films d'action que l'on peut prendre au premier degré, mais où derrière, il y a souvent une dimension morale, des questions d'actualité qui rejoignent des préoccupations métaphysiques sur sa place dans le monde. Les personnages sont confrontés à des choix moraux. J'avais envie d'aller dans cette direction, que les choses passent par le physique, comme dans cette première scène, animale, pas intellectualisée." avoue Catherine Corsini.

 

A l'âge de 12 ans, la réalisatrice Catherine Corsini a été renversé par la voiture d'un homme qui a ensuite pris la fuite. Cet accident a été l'élément déclencheur du film Trois Mondes.

 


Ces trois mondes sont distincts. Al incarne celui de l'entreprise, Juliette, celui de la parole, de la pensée, et Vera à qui tout est refusé incarne un monde illégitime.
Catherine Corsini a pensé à ce que dit Renoir dans La Règle du jeu : "Tout le monde a ses raisons." Le film fonctionne sur ce principe. Chacun des trois personnages a sa problématique, son conflit. Ils ont tous les trois 30 ans mais chacun est dans son parcours de vie, dans des histoires d'amour et des situations différentes : ascension sociale, construction, survie.

 

Un drame vient les faucher. Comme dit le flic au moment de l'accident : " C'est un choc pour tout le monde. "


Le personnage qui a été le plus vite trouvé, c'est Al. On disait souvent de
Catherine Corsini qu'elle avait essentiellement écrit des rôles féminins dans ses films. Pour Trois Mondes elle souhaitait vraiment un héros masculin. Trois mondes - Raphaël PersonnazAl, c'est la perte d'une innocence. Il avait un destin tout tracé. Il a tout fait pour s'en sortir, il est prêt à se marier, et soudain il chute, et finit complètement détruit, mais libéré aussi d'une certaine aliénation à sa condition. Il est également très dessiné par ses amis d'enfance, leur complicité et leur rivalité, et par son rapport avec sa mère et son futur beau-père, un peu ogre. Pour bien rentrer dans la peau de son personnage, Raphaël Personnaz a recueilli le témoignage de policiers ayant traité des affaires où une personne s'enfuyait après avoir été la cause d'un accident.

 

Ce dernier est une figure tutélaire très forte, un père de substitution qui fait peser le poids de la famille sur Al. Pour la première fois de sa vie, Al va être amené à une réflexion d'ordre moral. L'expérience existentielle il va l'aborder à travers ce drame.

 

Trois-Mondes---Arta-Dobroshi.jpgPour incarner le rôle de Vera, Catherine Corsini a choisi Arta Dobroshi.  C'est une jeune moldave, qui a été kidnappé par les Russes, originaire d'un pays qu'on connaît très peu. Ou très mal.

 

La Moldavie, un pays en souffrance, très pauvre, dont beaucoup d'habitants essayent de fuir. La réalisatrice a rencontré des gens de la communauté moldave. Ils ont tous été très dévoués, et l'ont beaucoup aidée.

 

Quant à Juliette, elle appartient à un monde instruit, plus éduqué, elle ne se pose pas les mêmes questions qu'Al et Vera. Elle représente, la bonne conscience. Trois mondes - Clotilde HesmeElle est au centre, elle voudrait rapprocher les extrêmes, réconcilier la victime et le coupable. Elle veut faire le bien, réparer, mais en voulant réparer, elle ne fait qu'empirer les choses parce qu'elle oscille. Elle n'ose pas aller chez les flics, ni avouer à Vera qu'elle connaît Al. Elle représente les gens qui s'engagent mais qui à un moment arrêtent de jouer et disent : "Je suis dépassé, aidez-moi... Moi, je rentre chez moi." Pour elle, s'investir dans cette histoire, c'est aussi une manière d'échapper à sa vie dont elle n'est pas complètement satisfaite, elle éprouve un mal-être. Elle attend un enfant de son ami mais elle n'est pas sûre de son engagement. Elle est ambigüe. D'un côté elle trahit Vera, de l'autre elle ne peut pas assumer sa relation avec Al.


Quand
Catherine Corsini écrivait, la question se posait : est-ce qu'elle va aller jusqu'à l'histoire d'amour ? Doit-elle creuser le côté pervers et ambigu ? Jamais Al ne serait allé naturellement vers Juliette mais là, il lui est redevable. Ce sont deux personnes paumées qui s'accrochent l'une à l'autre, mais au moment où quelque chose se passe entre eux, il y a la mort d'Adrian, qui relance la tragédie. Leur histoire est vouée à l'échec, même si Al continue à y croire, essaie d'en pousser les limites.


Pour composer la musique du film, Grégoire Hetzel s'est appuyé sur ce qu'il voyait sur l'écran : "On a pensé par thème, par personnage. Il y a les thèmes du héros, que l'on pourrait qualifier de thème de culpabilité, assez dramatique, puis le thème de Juliette", explique-t-il.

 

Trois-mondes---Alban-Aumard--Reda-Kateb-et-Raphael-Personna.jpg

 

Alban Aumard, Reda Kateb et Raphael Personnaz


Comme dans Partir, la réalisatrice voulait parler du monde d'aujourd'hui, un monde dans lequel on ne prend pas le temps, où l'on veut réussir à tout prix. Jusqu'où est-on prêt à aller pour protéger sa vie même si on a fait quelque chose de répréhensible ? Qu'est-on prêt à payer pour réussir ? Dans le film, beaucoup de choses tournent autour de l'argent. Est-ce qu'on peut se racheter par l'argent ? Et si oui, combien vaut une faute ? Tout le monde est gangréné par cette question d'argent. A partir du moment où Vera accepte l'argent, elle en veut toujours plus. Pourquoi s'arrêterait-elle là ? Cet argent signifie quelque chose, beaucoup et à la fois rien. Le coupable aura beau payer, ça ne suffira jamais à effacer son acte.

 


La question du prix d'un homme est particulièrement violente quand la femme médecin propose à Vera de faire don des organes de son mari...
Quel est le prix d'un homme ? En Occident, le don d'organe est gratuit mais pourquoi devrait-il forcément l'être ? Combien vaut un kilo de chair, un litre de sang ? Ce sont déjà les questions qui sont au coeur de la pièce de Shakespeare dans Le Marchand de Venise. Le sociologue Ruwen Ogien interroge le bien-fondé de la gratuité, il pose la question qui est au centre du film : et s'il n'y avait rien d'immoral à vendre ses organes ?
Catherine Corsini se dit être contente que ce film fasse écho à ces questions qui lui semblent tellement contemporaines. Cette scène du don d'organes était pour elle constitutive du projet du film.
Ce n'est jamais une intervention extérieure mais les dilemmes intérieurs des personnages qui font avancer l'histoire. On est dans leur tête, on se projette avec eux dans les conséquences de leurs actes, on est tout le temps en tension.

 

Tois-mondes---Clotilde-Hesme-et-Arta-Dobroshi.jpg


Arta Dobroshi et Clotilde Hesme


Catherine Corsini voulait aborder les questions morales à travers une trame tendue, du suspense. Pour écrire le scénario, il fallait se poser les bonnes questions. A savoir : comment la morale, la culpabilité, le courage pouvaient faire levier, et... produire des actions ? Le scénario est construit sur des rebondissements émotionnels, sur les mouvements de conscience des personnages. Al par exemple, qui fuit, ne veut pas renoncer à son ascension sociale, puis soudain est pris de remords, va voir si l'homme qu'il a renversé est en vie. Et c'est là que Juliette le voit, et le suit jusqu'au garage, et l'histoire est relancée...

 

À l'hôpital, Vera a compris quelque chose, on sait qu'elle va interroger Juliette sur l'identité de cet homme, lui demander pourquoi elle l'a suivi... C'est comme une course où les personnages se passent le relais. Tout le monde est aux aguets, les questions résonnent des uns aux autres, et les personnages se renvoient sans cesse le fardeau.

Au départ, le film devait être tourné en numérique mais après quelques essais Catherine Corsini et la chef-opératrice Claire Mathon ont fait le choix du 35mm. C'est la première fois que Catherine Corsini tourne  en scope. Elle se disait que le décor de la concession était fait pour le scope, La composition des cadres s'est faite tout naturellement, sûrement aussi avec toute la mémoire des films que je venais de voir ou revoir. J'ai travaillé avec Claire Mathon, une jeune chef opératrice qui avait notamment éclairé Angèle et Tony d'Alix Delaporte. Elles ont fait beaucoup d'essais de lumière, beaucoup regardé les décors ensemble. Et c'est le décor qui leur donnait l'idée des plans, presqu'à l'inverse de ce que Catherine Corsini avait fait jusque-là. Elle voulait beaucoup de filés, qu'on suive les personnages, qu'on joue sur les points de vue car c'est aussi l'histoire d'une fille qui a vu quelqu'un qui ne l'a pas vu.... De personnes qui se regardent, qui s'épient. Catherine Corsini avait envie de tenter des points de vue divers, sans multiplier pour autant les axes. Elles souhaitait vraiment faire un film noir, assez découpé... Cela crée de l'énergie, de la tension.

 

Trois-Mondes---Clotilde-Hesme-et-Raphael-Personnaz.jpg

 

Clotilde Hesme et Raphaël Personnaz

 

Trois Mondes se terminait au début du projet sur Vera et Al dans la rue mais Catherine Corsini avait envie de repartir avec lui, qu'il se retrouve seul avec lui-même, que l'on soit dans sa tête, sur son visage. Ce dernier plan, je l'ai tourné il n'y a pas longtemps, c'est pour ça que Raphaël a la barbe. Il jouait dans un autre film, il ne pouvait pas se raser. Du coup, le plan est devenu encore plus introspectif. Le personage a vieilli, s'est creusé. On sent le temps qui a passé.

 



 

Sources :

http://wp.arte.tv

http://www.canalplus.fr

http://www.unifrance.org

http://www.cinemovies.fr - Claire Vassé

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.