Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 00:00

 

A-star-is-born---Affiche.jpg

 

Réalisé par George Cukor


Avec Judy Garland, James Mason, Jack Carson,

Charles Bickford, Tommy Noonan, Lucy Marlow

Amanda Blake, Amanda Blake, Hazel Shermet


Titre original A Star Is Born


Genre Musical, Drame, Romance


Production Américaine


Une étoile est née reçu de très nombreux prix.  


- James Mason reçu le Golden Globe du Meilleur acteur.


- Judy Garland reçu également le Golden Globe de la Meilleure actrice,

ainsi que le BAFTA de la Meilleure actrice.

 

Le film remporta 6 citations aux Oscars en 1955, dont celles de la Meilleure musique, Meilleurs costumes, du Meilleur acteur et actrice. George Cukor ne fut pas oublié puisqu'il fut nominé pour le prestigieux Director's Guild Award dans la catégorie du Meilleur réalisateur.

 

À noter  que les nominations aux Oscars du Meilleur acteur et actrice pour un même film est une première dans l'histoire de l'Académie des Oscars.

 

A-star-is-born---Affiche-2.jpg

 

 

Bien plus douloureux et mélancolique que la version originale réalisée en 1937, Une étoile est née selon George Cukor allie avec un certain brio sophistication de la mise en scène et critique désenchantée du star-system hollywoodien.

 

Presque de tous les plans, Judy Garland explose dans tous les registres et compose avec James Mason, son partenaire, un couple broyé par les illusions. Nommée à l’Oscar de la meilleure actrice cette année-là et donnée favorite par bon nombre de professionnels, elle n’eut malheureusement pas les mêmes faveurs que son personnage, qui remporte la prestigieuse statuette dans l’une des fameuses scènes du film. À sa place, Grace Kelly fut distinguée pour l’insignifiant Une fille de la province, privant Judy Garland d’un véritable retour sur le devant de la scène. Ce soir-là, Hollywood a effectivement prouvé qu’il était d’une cruauté insupportable.

 

 

Mutilé lors de sa sortie, Une étoile est née fait partie de ces films maudits alors qu’il dénonce justement la perversité d’un système hollywoodien basé sur la rentabilité et non sur le respect des artistes. Dépossédé de quatre-vingt-dix minutes par la Warner Bros pour des raisons de distribution, le film fut pourtant un énorme succès public et critique.

 

Il est impossible de voir aujourd’hui l’œuvre telle que la voulait réellement George Cukor. Des scènes sont définitivement perdues en passant par d’autres retournées en toute hâte sans même parler du remontage perpétuel de l’œuvre. Jamais George Cukor n’avait rencontré une telle déconvenue de sa carrière, si l’on excepte son éviction précipitée du tournage d’Autant en emporte le vent en 1939.

 

A-star-is-born---Judy-Garland-et-James-Mason-1.jpg

 

Judy Garland et James Mason

Sysopsis

 

Esther Blodgett (Judy Garland) est une jeune femme qui rêve de cinéma au fond de sa province natale. Suivant son instinct, elle décide de quitter le domicile familial pour tenter sa chance à Hollywood. Dès son arrivée, elle se heurte à un certain nombre de désillusions, réalisant par exemple qu’il lui est même difficile de trouver un simple rôle de figurante.

 

Mais lors d'un gala de charité elle croise le chemin de Norman Maine (James Mason), une vedette vieillissante sur le déclin,  ancienne tête d’affiche d’Hollywood. Il a sombré dans l'alcoolisme et joue les pique-assiette dans les réceptions d'Hollywood.

 

A-star-is-born---James-Mason-et-Judy-Garland-2.jpg James Mason et Judy Garland

 

Norman Maine insiste auprès du patron du studio, Oliver Niles (Charles Bickford), pour faire engager Esther Blodgett. Devenue pour les besoins du spectacle, Vicky Lester, Esther monte un à un les échelons qui mènent à la gloire. Grâce à l'insistance de Norman, elle remplace un jour l'interprète d'un grand film musical et devient enfin une star.  

 

Esther Blodgett  épouse son mentor, qui promet de ne plus boire.

 

La carrière de la jeune femme est alors lancée sa carrière explose dès son premier rôle aux côtés de son nouveau mari. Tout serait parfait si l’ascension de la jeune actrice ne coïncidait pas avec la lente déchéance de ce dernier  

 

Norman Maine supporte mal le succès de sa femme et se remet à boire. Oublié par le public, il est progressivement marginalisé par l’industrie cinématographique qui ne tolère plus ses caprices et son alcoolisme.  

 

James Mason et Judy Garland A-star-is-born---James-Mason-et-Judy-Garland-copie-1.jpg


Il doit subir une cure de désintoxication. À sa sortie, il cède de nouveau à son vice, fait irruption à la cérémonie au cours de laquelle Esther reçoit un Oscar, et provoque un scandale. 

 

La situation se complexifie pour le couple, et plus particulièrement pour la nouvelle star, à la fois comblée par le succès qu’elle rencontre et désemparée par la descente aux enfers de l’homme qu’elle aime.


Esther confie à Niles sa décision d'abandonner sa carrière pour se consacrer entièrement à son mari. Norman, qui a surpris la conversation et ne veut pas être un poids pour sa femme, se suicide.

 

Surmontant sa douleur, Vicky revient à la scène et se fait ovationner sous le nom de Mme Norman Maine.

 

A-star-is-born---Judy-Garland-copie-1.jpg

 

Une étoile, trois films ... peut-être quatre.


La version de 1954 signée par George Cukor, avec les vedettes Judy Garland et James Mason, est la seconde après celle de William A. Wellman réalisé en 1937. Cette première version s'inspire beaucoup de la vie de John Barrymore dont l'alcool ruina la carrière. Une troisième adaptation réalisée par Frank Pierson verra le jour en 1976, avec Barbra Streisand et Kris Kristofferson. Devrait suivre une réalisation de 2011 signée par Clint Eastwood avec Beyoncé Knowles et Tom Cruise.

 

Au centre de cette histoire d'amour entre une star montante et une vedette déchue.


C'est le 37 ème film dans l'impressionnante filmographie de George Cukor, mais Une étoile est née est aussi son premier film musical, et son premier film en couleur.

 

Il réalisera par la suite encore trois oeuvres musicales : en 1957 avec Les Girls, avec dans le rôle-titre le vétéran du genre Gene Kelly; Le Milliardaire en 1960 avec Marilyn Monroe, qui tomba brièvement amoureuse d'Yves Montand sur le tournage; et enfin le célébrissime My Fair Lady en 1964, qui marque sans doute l'apothéose de la carrière d'Audrey Hepburn, et qui fut couronné par 8 Oscars, dont celui du Meilleur réalisateur.

 


En 1954, lorsque George Cukor entreprend de mettre en scène le remake du film, Hollywood a changé de visage : l’Histoire, la Seconde Guerre mondiale avec le maccarthysme, est passée par là au point de favoriser la prédominance contestable des États-Unis sur le cinéma mondial. La mainmise des studios sur les stars fut dénoncée au travers de nombreux procès; le destin tragique de certaines d’entre elles est de plus en plus connu du grand public. Rappelons-nous de l’internement psychiatrique de Frances Farmer, ou encore la déchéance de vedettes du muet mis en scène par Billy Wilder dans Boulevard du crépuscule.

 

Il fallait donc s’attendre à ce qu’un réalisateur comme George Cukor, au regard plein d’acuité et d’ironie sur la société et ceux qui la composent, ne se contente pas de répéter un scénario habile déjà brillamment mis en scène dix-sept ans plus tôt.

 

Au contraire, le célèbre réalisateur sait que cette trame lui permettra de déployer une certaine démesure, proposant au départ un film de plus de trois heures entrecoupé de très nombreux numéros musicaux. Mais surtout, c’est par le biais de son interprète principale, Judy Garland, que George Cukor construit un certain nombre de ponts entre fiction et réalité, exacerbant la cruauté feutrée d’une œuvre aussi belle que résolument tragique.


A-star-is-born---James-Mason-et-Judy-Garland.jpg  

 

La scène de la cérémonie de remise des Oscars, où Judy Garland est giflée par James Mason, fut plutôt douloureuse pour l'actrice. Dans un souci de crédibilité et à la demande de George Cukor, de vraies gifles furent données...

Si bien que le visage de l'actrice en fut durablement marqué !

 

 

 

George Cukor confronte deux solitudes happées par les mêmes rêves de gloire et de reconnaissance. Le tragique est ici beaucoup plus complexe. Il ne s’en tient pas uniquement à ce qu’Hollywood est capable de produire et de détruire, mais montre plus frontalement ce désespoir intérieur qui fait le lot de toutes stars en demande d’amour et de récompenses, ne sachant plus quoi faire d’elles-mêmes quand l’attente du public n’est plus au rendez-vous.

 

George Cukor exacerbe pleinement cette fascination que l’on peut avoir pour Hollywood et son âge d’or. Des décors majestueux au technicolor flamboyant en passant par l’extrême délicatesse de la mise en scène, le metteur en scène camouffle l’âpreté de son propos derrière un écrin aussi confortable qu’ambigu. Et il est certain que ce parti pris n’aurait pas eu le même effet si le rôle principal n’avait pas été tenu par Judy Garland. Absente d’Hollywood depuis quelques années, l’actrice assume avec une franchise aussi troublante que désarmante le décalage existant entre son personnage d’actrice débutante et sa réalité de femme de 32 ans déjà revenue d’un certain nombre de déconvenues artistiques.

 

À la fois charismatique et d’une sensibilité à fleur de peau, Judy Garland ne fait pas que jouer : elle incarne littéralement la destinée de cette star adorée et qui sait que, tôt ou tard, le succès lui volera tout. Si l’actrice fait preuve d’une réelle assurance lors de ses numéros musicaux, on la sent pourtant constamment sur ce fil tendu. Cet équilibre précaire entre grâce, accomplissement de soi et chute, solitude, abandon, est parfaitement rendu par la caméra de George Cukor qui sait faire preuve d’une patience et d’une générosité qu’on sous-estimait chez ce roi de la screwball comedy.

 

A-star-is-born---Judy-Garland-et-James-Mason.jpgUne étoile est née tient aussi beaucoup tant à l’interprétation de Judy Garland que celle de James Mason qui sait imposer un véritable charisme tout en dévoilant un nombre insoupçonné de failles. L’autre vraie raison de la réussite de ce film tient dans cette capacité qu’a George Cukor de construire de troublants ponts entre fiction et réalité. Pour incarner cette jeune actrice à qui tout réussit au point de l’isoler de son mari, choisir Judy Garland, alors éloignée des studios depuis plusieurs années, relève presque du pied de nez aux producteurs et au public.


De l'avis de nombreux cinéphiles, Une étoile est née marque sans doute l'apothéose de la riche carrière de Judy Garland, qui eut d'ailleurs une brève liaison durant le tournage avec James Mason... pour finir dans les bras de Frank Sinatra peu après la fin des dix mois de tournage du film !
 
Bien avant cette version réalisée par George Cukor, Judy Garland avait déjà joué le rôle de Vicki Lester pour la radio, à l'âge de 20 ans !

 

Il s'agissait en fait d'une adaptation de la version de 1937 pour le programme "Lux Radio Theatre", l'émission phare de la chaîne CBS. Cette adaptation fut diffusée le 28 décembre 1942, sans chansons, pour des raisons de durée, avec aux côtés de la jeune actrice Walter Pidgeon dans le rôle de Norman Maine et Adolphe Menjou, qui repris le rôle d'Oliver Niles, qu'il interprétait déjà dans la version de 1937.

 


À l'époque  ce genre d'adaptation de film pour la radio était très courant et populaire, comme en témoigne les versions restées célèbres de Rebecca avec la grande habituée du genre Ida Lupino; ou encore l'adaptation du Troisième homme avec Orson Welles qui fit la voix de Harry Lime. Un personnage tellement apprécié d'ailleurs qu'il fit l'objet d'un programme radio spécifique en 1951-1952, baptisé "The Lives of Harry lime".

 

Judy Garland souffre de plus en plus de sa fragilité psychologique. Contrainte à faire des régimes pour revenir sur le devant de la scène, elle souffre d’une dépendance aux barbituriques, ce dont elle mourra en 1967, et voit progressivement toutes les portes d’Hollywood se fermer à elle. Ce rôle de Vicki Lester est en quelque sorte la quintessence d’une vie qu’elle n’aura pas su conserver, la lente déchéance de son mari rongé par ses dépendances n’étant en fait que la sienne.

 

A-star-is-born---James-Mason.jpg

 

James Mason

 
En raison de la nature du rôle du personnage de Norman Maine, un acteur has been, plusieurs acteurs de renoms le déclinèrent, estimant qu'il serait préjudiciable à leur carrière et leur image publique. Humphrey Bogart, Gary Cooper, Marlon Brando, Montgomery Clift et Cary Grant refusèrent ainsi successivement le rôle avant qu'il n'échoit finalement à James Mason.


 

 

Sources :

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.critikat.com - Clément Graminiès

http://www.zoom-cinema.fr

http://www.imdb.com

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Musicals
commenter cet article

commentaires

dasola 30/10/2012 20:55


Bonsoir, j'ai découvert relativement tard ce film qui vaut par l'interprétation des deux acteurs principaux. Si je peux me permettre, j'avais trouvé quelques longueurs. Bonne soirée.

Jacques 30/10/2012 19:08


Bonsoir Alain, ce film m'a ravi dans ma jeunesse, m'a ému dans mon adolescence et m'enchante dans ma vie d'aujourd'hui. Du très grand cinéma. A très vite, je t'embrasse. Jacques

Michel Zorba 23/10/2012 19:48


tout à fait magnifique et inoubliable

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.