Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 01:28

Date de sortie 18 mars 2015

 

Gente de bien


Réalisé par Franco Lolli


Avec Brayan Santamaria, Carlos Fernando Perez, Alejandra Borrero

Santiago Martinez, Sofía Rivas


Genre Drame


Production Colombienne

Synopsis

 

Eric (Brayan Santamaria), 10 ans, la moue boudeuse, n'a pas d'autre choix que de partir vivre avec son père,  Gabriel (Carlos Fernando Perez), qu’il connaît à peine.

 

Quand Eric découvre le logement de son père, il est plus que décontenancé. Gabriel, est un homme très seul, pauvre mais charmant et affectueux avec cet enfant.


Le matin, Eric et Gabriel, avec leur chienne Lupe, quittent leur quartier défavorisé pour rejoindre le Bogota huppé. Le travail de menuisier de Gabriel l'amène à côtoyer des gens d'un niveau social beaucoup plus élevé que le sien. C’est ainsi qu'Eric arrive dans la propriété cossue de Maria Isabel (Alejandra Borrero), enseignante et mère de deux enfants.

 

Voyant que l’homme a du mal à construire une relation avec son fils et à subvenir à leurs besoins, Maria Isabel décide de prendre l’enfant sous son aile.

 

Elle propose à Gabriel et à Eric de l'accompagner dans la luxueuse villa avec piscine où elle doit rejoindre des amis et de la famille pour les vacances. Pendant que Gabriel travaillera à restaurer des meubles, Eric jouera avec les autres enfants.

 

La cohabitation ne sera ni simple ni évidente. Gabriel, fier et solitaire ne se sent pas à sa place dans ce milieu quant à Eric il n'est pas accepté par les autres.

 

Gebte de bien

 

Carlos Fernando Perez et Brayan Santamaria

Franco Lolli est né en 1983 à Bogotá et vit maintenant entre Paris et la Colombie. Il a fait des études de cinéma dans le département réalisation de La Fémis. Son film de fin d’études, Comme tout le monde, a été sélectionné dans plus de cinquante festivals internationaux. Le film a remporté en tout vingt-six prix, dont le Grand Prix du Jury au festival de Clermont-Ferrand.

 

Son dernier court-métrage, Rodri, a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2012.


Gente de Bien dont le scénario a été écrit pendant sa résidence à la Ciné-Fondation du Festival de Cannes est son premier long-métrage.

Note d'intention

 

Gente de Bien est né de mes souvenirs d’enfance. J’ai eu une courte amitié avec le fils d’un charpentier que ma mère engageait souvent pour qu’il répare quelques meubles à la maison. Elle le faisait à la fois parce qu’elle avait besoin de main-d’oeuvre et pour lui donner un coup de main. Le temps d’un été, le fils du charpentier a passé toutes ses journées chez moi, et nous sommes devenus amis. Mais avec mon retour à l’école et à mes amis riches, est aussi revenue la réalité : notre lien n’allait pas durer.

 

Franco Lolli - Gente de Bien

 

Comme Maria Isabel, ma mère avait essayé de prendre cet enfant sous son aile, et avait cru nous mettre à égalité. Mais elle l’avait fait de façon maladroite, presque aveugle. Et, bien qu’avec les meilleures intentions, pour les mauvaises raisons. La découverte que l’enfant avait faite d’un milieu autre que le sien, et les relations que nous avions nouées avec lui ont menacé l’équilibre, déjà précaire, qu’il avait avec son père. Au point qu’à un moment il ne voulait plus rentrer à la maison. Ma mère voulut l’adopter, pour le sauver ; sans se rendre compte qu’elle était en train de bâtir un château de cartes qui tomberait à la première bourrasque.

 

 

 

Franco Lolli

 

Au coeur du film, il y a un phénomène de glissement : le même qui s’est produit dans la réalité. Il opère chez Maria Isabel, à travers une charité irresponsable, et aboutit à sa demande d’adopter Eric ; mais aussi chez Eric, qui, à chaque pas qu’il fait vers le monde des riches, s’y sent d’autant plus étranger et ressent d’autant plus la honte d’être né pauvre ; enfin, chez Gabriel, qui, voyant ce que Maria Isabel peut offrir à son fils, et hanté par une peur profonde de ne pas être à la hauteur, va jusqu’à à se dire que le mieux pour l’enfant c’est d’être abandonné à cette femme.


C’est l’histoire d’une incompréhension. Car ce dont Eric a vraiment envie ce n’est pas d’appartenir au monde des riches, mais à une vraie famille : la sienne. La rencontre entre les deux milieux sociaux, à la fois le cadre et le centre dramatique du film, s’inscrit en réalité dans une histoire plus large et intime : celle des retrouvailles difficiles entre un père et un fils qui essaient de se ré-apprivoiser.

 

Le véritable thème de Gente de Bien n’est pas l’argent, ni le conflit des classes, mais la difficulté à accepter la filiation. Le trouble identitaire des personnages a bien plus avoir avec leur sentiment de ne pas appartenir à leur famille qu’avec leur difficulté à vivre à l’intérieur de la classe dans laquelle ils sont nés. Si dans leurs têtes, Eric, Gabriel et Maria Isabel mélangent ces deux questions en permanence, c’est pour se protéger de la violence de leur choix, qui consiste à dire que l’on ne subit pas le lien, mais qu’on le décide ; que l’on ne subit pas son père, sa mère ou ses enfants, mais qu’on les choisit.


Je n’ai jamais connu mon père, mais j’ai imaginé mille fois ma rencontre avec lui. Filmer celle entre Eric et Gabriel a donc été pour moi un enjeu dépassant largement le cadre de la fiction. Si j’ai voulu faire ce film, c’est pour me confronter à la question de la filiation père-fils ; pour chasser ma peur d’être abandonné, pour essayer de conjurer mon sort. Là où mes films précédents étaient issus de mes expériences d’adulte et d’adolescent, celui-ci est intrinsèquement lié à des sentiments de mon enfance, longtemps enfouis dans mon inconscient. J’y raconte à la fois ma peur de l’abandon, mon rapport traumatique à la figure du père, ma confusion face à celle de la mère, et le sentiment d’imposture, que je subis encore aujourd’hui, à l’intérieur de n’importe quel groupe familial. Dans le même geste, j’ai commencé à réaliser un rêve que j’ai depuis toujours : celui de rencontrer mon père.

 

Franco Lolli

Relevé sur unifrance.org

 

Selon des propos recueillis par Frédéric Strauss  Publié le 21/05/2014 et relevés sur telerama.fr/festival-de-cannes/2014, Franco Lolli a déclaré : "Contrairement à ma mère qui milite dans un parti d'extrême gauche en Colombie. Je pense qu'elle n'aimera pas mon film car elle préférerait que je fasse un cinéma pamphlétaire. Moi, je ne veux juger personne. J'ai envie de raconter comment les gens vivent et comment ils font pour se débrouiller. Je viens plutôt d'un milieu bourgeois, mais j'ai toujours été le pauvre parmi les bourgeois. Je m'identifie davantage avec l'enfant défavorisé qu'avec celui de la femme riche, même s'il y a de moi dans ces deux personnages de Gente de bien."

Gente de bien entretient nombre de liens avec vos courts-métrages : le rapport parent-enfant, les classes sociales, la précarité... On peut se demander si ce film-là n’était pas présent en vous depuis longtemps...


Je pense que oui. Un cinéaste fait toujours le même film, même s’il s’y prend de manières différentes. Dans mon cas, il n’y a finalement que peu de choses qui me travaillent, intimement, profondément. À savoir : la question de la famille et de la filiation, les rapports de classe et le rapport à l’argent. Curieusement tous ces sujets sont, à mes yeux, imbriqués. Ça doit venir de ma propre expérience : j’ai grandi seul avec ma mère, et connu des périodes très dures financièrement tout en appartenant à un milieu colombien riche. Tout ça s’est mélangé pour aboutir aux thèmes récurrents de mes courts-métrages, puis de Gente de bien.


Le lien entre les idées de famille et de classes sociales est celui de la transmission ou, du moins, des valeurs...


Gente de Bien Brayan SantamariaÉvidemment. Et j’ai toujours associé l’idée de passer d’une classe sociale à une autre – de passer au rang supérieur – à celle d’une trahison familiale. Mes films parlent intrinsèquement de ce sentiment. Gente de bien marque cependant un cap; c’est la première fois que je filme toutes les composantes d’une famille : un père, un enfant, une mère.

 

Je crois que jusque-là je n’étais pas prêt à me confronter à la question du père. D’ailleurs, si l’écriture de ce film a été longue, c’est parce qu’elle touchait à un problème personnel, très enfoui, refoulé et douloureux. Ça a nourri Gente de bien : chaque plan est chargé de mes interrogations face à la figure du père. Ce qui pour tout le monde est une famille normalement constituée tient pour moi de la transgression.

 

Gente de bien parle effectivement de situations douloureuses, mais reste pourtant profondément bienveillant envers ses personnages. Il n’y a pas de salaud dans cette histoire...


C’est volontaire. Le scénario pouvait tomber dans certains clichés, amener les gens à penser : "encore un film misérabiliste sur les classes sociales latino-américaines". Je m’en suis rendu compte quand j’ai dû pitcher le film à diverses occasions, et je me suis dit que si jamais il tombait dans cette ornière, ce serait un film raté, que je n’aimerais pas. Ça n’a, pour moi, aucun sens de stigmatiser dans un sens ou dans l’autre, faire des riches ou des pauvres des méchants ou des gentils. L’important était, dès le début, d’essayer de regarder les gens tels qu’ils sont. Je ne vois pas l’intérêt de faire (ni même de voir) un film dont je n’aime pas les personnages.


Est-ce ce qui a mené par exemple, à ce que Gabriel, le père, soit menuisier ? C’est un métier qui entretient l’idée d’un rapport noble aux choses, à un artisanat...


Inconsciemment peut-être. Mais ça vient surtout de ma rencontre avec un menuisier qui a inspiré en partie ce personnage. En plus ce métier permettait au rôle de Gabriel d’être en contact permanent avec celui de Maria Isabel, car il doit aller travailler chez elle. Je crois que c’était surtout ça qui m’intéressait. Et puis, bien sûr, aussi le côté biblique, mais je ne me suis rendu compte de ça que plus tard. Pour moi, plus que quelqu’un qui fait un métier, Gabriel est quelqu’un d’insatisfait, en général. À cet égard, Gente de bien est aussi un film sur la dépression. Sans doute parce que je suis moi même passé par cet état.

Gente de Bien

Dès son titre, Gente de bien pose la question de ce qu’est le bien. Gabriel, Maria Isabel ou Eric veulent tous faire le bien, mais avec des conséquences inattendues. Ce film est-il à sa manière un conte moral ?


Absolument. Sans être pratiquant, je pense être quelqu’un de très catholique. Et Gente de bien l’est tout autant, jusque dans la notion sacrificielle de cette religion. Le souvenir de ma première communion, à neuf ans, m’habite encore aujourd’hui et me rapproche de l’état d’esprit d’Eric, qui est en permanence face à des questions morales auxquelles il ne peut pas répondre parce qu’elles le dépassent. Mais le scénario tirait plus vers la culpabilité que ne le fait le film à l’arrivée. Ça s’est estompé en choisissant pour jouer Eric un enfant qui ne ressent presque aucune culpabilité, en tout cas pas consciemment. J’aime quand mes acteurs prennent le pas sur le film. Je suis moins intelligent que la vie, alors autant la laisser faire. Par exemple, à l’écriture, la scène du dîner à la maison de campagne indiquait qu’Eric ne sentait pas à l’aise avec les autres. Et au tournage, j’ai donné comme consigne à l’enfant de rester assis, d’avoir l’air inquiet. Sauf que Brayan, l’acteur, était tellement excité ce jour-là qu’il a fini par se lever pour raconter une histoire. Et c’est la prise que j’ai préférée.

Gente de Bien

 

Gente de bien, traite à niveau égal ses trois personnages principaux. Comment avez-vous géré, à l’écriture comme au tournage, cette circulation entre eux ?


Ça a été difficile : jusque-là, j’avais toujours fait des films à la première personne, avec un rôle principal qui était de quasiment toutes les séquences. Mais je me suis permis avec Gente de bien, de multiplier les points de vue. En partie parce que je trouvais assez simpliste de me focaliser uniquement sur celui de l’enfant, ce qui aurait été mon penchant naturel. Sauf que là, ça ne me suffisait pas : j’avais envie de voir ce père ou Maria Isabel dans leurs moments de solitude. De toute façon, je crois que je n’ai pas eu le choix : le sujet comme la forme se sont imposées à moi, malgré moi. Dès l’écriture, j’ai essayé énormément de pistes pour raconter cette histoire mais c’est celle-ci qui s’est affirmée comme une évidence, que je le veuille ou non.


Gente de bien est donc clairement un film qui touche à quelque chose de très personnel chez vous. Est-ce qu’au final il a été libérateur ?


À tous points de vue. Que ce soit dans son propos, dans l’approche différente de mes courts métrages ou dans la façon de tourner. Une de mes co-scénaristes a eu une intuition très juste en me disant que pour mener à bien Gente de bien, il fallait que je trahisse et que je me trahisse
aussi. J’ai pas mal modifié mes méthodes de travail. On a plus eu recours à l’improvisation ou à de longues prises que d’habitude. Parfois elles étaient de vingt ou trente minutes, et les acteurs étaient obligés de se débrouiller, là ou avant je nous protégeais tous en suivant un peu plus le scénario. Mais il fallait que je casse quelque chose avec ce film. D’ailleurs, les scènes que je préfère à la fin sont celles qui se sont faites dans le plus grand chaos sur le tournage.

 

Sources :

http://www.unifrance.org

Alejandra Borrero gente de bien

 

 

En Colombie, Alejandra Borrero est l’une des actrices les plus reconnues et populaires, à la fois au cinéma, au théâtre et à la télévision.

 

Dans les années 80, elle a fait partie, aux côtés de réalisateurs tels que Carlos Mayolo ou Luis Ospina, du groupe de Cali, appelé Caliwood, mouvement alternatif à l’initiative d’un nombre important de films ayant défini le nouveau cinéma latino-américain.

 

 

 


Elle a fondé à Bogotá il y a cinq ans CASA E, un complexe théâtral unique en son genre, à la fois école, lieu de représentation et de partage.

Mon opinion

 

La présence du jeune réalisateur qui s'est prêté au jeu des questions/réponses avec beaucoup d'intérêt et de gentillesse a clôturé une belle soirée avec ce film, au titre à double sens, Gente de bien.

 

Il y a tout d'abord un casting impeccable. Des acteurs non professionnels à l'exception d'Alejandra Borrero. "Les plans séquence au tournage donnent toute liberté aux comédiens, c'est par eux que passe l'émotion." a déclaré Franco Lolli. Après la projection il mentionne tout l'intérêt qu'il porte à l'ensemble de ses acteurs. Y compris à un chien dont la présence n'est pas vaine. Le scénario d'un côté, associé à des dialogues qui servent parfaitement le propos d'autre part, permettent à chaque protagoniste de s'exprimer avec une véracité quasi documentaire.

 

Sans avoir connu son père et ayant vécu avec sa mère, le réalisateur se reconnaît quelque peu dans le rôle du tout jeune Eric. Dans le film, un enfant abandonné par sa mère, étouffé ensuite par une femme qui, à trop vouloir donner, finit de creuser un fossé qui deviendra insurmontable. Le contraste flagrant des inégalités vécues au travers du regard dur et désespéré de cet enfant solitaire et malheureux reste pour moi, la plus grande réussite de ce film.

 

Sans aucun pathos, Franco Lolli réussit son pari en misant sur le besoin d'amour de l'enfant.  Son envie profonde de se construire au sein d'une vraie famille, et peu lui importe la richesse ou la pauvreté.

 

La première image et le quasi abandon de la mère en dépit du désespoir de son fils trouve un espoir salvateur avec les très beaux moments de fin, quand, filmés de dos, le père et le fils s'éloignent côte à côté. La vraie rencontre avec ce père qui devrait, enfin, donner de l'espoir à son fils.

 

Pour ma part, j'ai vu ce soir un premier film d'un réalisateur Colombien, qui lui même réalise son premier long-métrage. Franco Lolli décrit magnifiquement les sentiments. Sa caméra sait se montrer discrète tout en restant efficace. Certains plans resteront longtemps dans ma mémoire. Un voyage en voiture avec la tête au vent, une promenade à cheval, ou encore les pleurs du fils aux côtés de son père dans un cabinet vétérinaire. Pour la simplicité et la profondeur de l'histoire, pour cette quête d'amour, pour le trouble qui reste prégnant des heures après avoir vu ce film, je reconnais un grand coup au cœur.

 

Nul doute que Franco Lolli sache nous étonner davantage encore. Ce tout jeune réalisateur  prouve avec ce premier long-métrage que le cinéma Colombien devrait marquer les années à venir.

 

Gente de Bien
Gente de Bien
Gente de Bien
Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

Agnès 25/03/2015 22:01

super page pour cet excellent film

armelle 25/03/2015 12:01

Contente, cher Alain, de voir naître de nouveaux grands talents qui produisent des films où sont présentes émotion et intelligence. Je sors de voir " Un homme idéal" qui est d'un tout autre genre mais remarquablement construit et qui apporte du tonus au cinéma français souvent très faiblard dans ses thèmes et ses narratifs.Si ce film, que vous commentez fort bien, sort près de chez moi, je ne le manque pas.

Hervé Boudans 22/03/2015 14:16

J'ai lu votre critique sur allociné. pour le coup je vais y aller

Hervé Boudans 22/03/2015 14:15

J'ai lu votre critique sur allociné. pour le coup je vais y aller

Michel Zorba 22/03/2015 12:16

Jacqueline a été la plus rapide. Nous y allons ensemble. Merci pour cette page

Jacqueline Magne 22/03/2015 12:10

J'avais très envie de voir ce film. Maintenant je suis convaincue de son intérêt. Bises mon petit Alain

Chris 22/03/2015 09:14

Salut cher Alain. Prévu aujourd'hui à l'Autre Cinéma avec Émilie et Joël. Visiblement tu as été emballé. Compte tenu du thème je comprends pourquoi. Une fois de plus ton article est incroyablement documenté. Merci pour ça aussi, ça nous évite de fouiller sur le net. Nous t"embrassons tous et souhaitons te voir très vite.

Edmée De Xhavée 22/03/2015 08:22

Une grande envie de voir ce film à cause du thème qui me semble tellement intéressant. On est loin des fables américaines où Eric serait devenu ingénieur, aurait épousé la cousine riche, et aurait acheté une villa en bord de mer à son papa qui remercierait le ciel tous les jours de ce miracle à l'américaine :) Merci d'avoir présenté ce beau film. J'espère qu'on le donnera ici (j'attends toujours "snow therapy")...

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.