Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 18:49

Avant-première le 24 septembre 2015

 

Date de sortie 4 novembre 2015

 

La dernière leçon


Réalisé par Pascale Pouzadoux


Avec Marthe Villalonga, Sandrine Bonnaire,

Antoine Duléry, Gilles Cohen, Sabine Pakora, Manon Matringe


Genre Drame


Production Française

 

Inspiration libre du livre de Noëlle Châtelet transposée dans une famille fictive.

 

Lors du colloque organisé par l'ADMD à l'Assemblée Nationale, le 25 janvier 2002, Mireille Jospin, mère de Noëlle Châtelet et l'une des co-fondatrice de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité pour déclarait à la tribune :

 

"Il faut lutter pour que ce passage inéluctable soit le moins violent possible. Mais la France me fait un peu honte car, elle qui autrefois était à l'avant-garde pour toutes les idées nouvelles, se trouve maintenant à la traîne, derrière la Belgique, la Hollande (...). Il faut absolument sortir de cette situation, faire de la propagande et réussir à être de nouveau comme autrefois, porteurs d'idées nouvelles. A défaut, ne pas être en retard".

 

Synopsis

 

Madeleine (Marthe Villalonga), 92 ans, décide de fixer la date et les conditions de sa disparition.

 

En l’annonçant à ses enfants et petits-enfants, elle veut les préparer aussi doucement que possible, à sa future absence.

 

Mais pour eux, c’est le choc, et les conflits s’enflamment. Diane (Sandrine Bonnaire), sa fille, en respectant son choix, partagera dans l’humour et la complicité ces derniers moments.

 

La dernière leçon - Antoine Duléréy, Marthe Villalongua et Sandrine Bonnaire

 

Antoine Duléry, Marthe Villalonga et Sandrine Bonnaire

Entretien  avec  Noëlle Châtelet relevé dans le dossier de presse.


Comment s’est passée la rencontre avec Pascale Pouzadoux ?


On m’avait déjà proposé des adaptations de La Dernière Leçon à la sortie du livre mais je n’étais pas prête, sans doute, et mes frères et soeur ne l’étaient pas davantage. Mais quand Pascale est arrivée onze ans plus tard, j’ai tout de suite dit oui. Parce que le temps avait passé mais aussi en l’entendant parler. Ou plutôt en voyant le livre qu’elle a posé sur la table dans le restaurant devant moi : La Dernière Leçon, en format poche, tout usé… On avait l’impression qu’elle avait vécu avec lui ! J’ai senti qu’elle était dans une nécessité de faire quelque chose de ce livre qui l’avait beaucoup touchée, que c’était un vrai désir.


De la part d’une réalisatrice de comédies, avez-vous été étonnée ?


Oui, mais pas tant que ça ! La Dernière Leçon est bien sûr un livre sur la mort et son apprentissage mais c’est aussi un hymne à la vie dans lequel il y a beaucoup de rires. Décider d’une belle mort, dans un dernier acte de vie, tel était le souhait de notre mère. Mais qui est encore compliqué à appliquer en France…
Oui, il y a un vrai travail de fond à faire sur la question et c’est surtout pour cette raison que j’ai accepté la proposition de Pascale. Je me suis dit que le film allait porter le débat au-delà du livre, qui avait déjà eu un grand écho. On allait encore gagner en audience et en conviction sur ce sujet qui m’importe tant. Car pendant ce temps qui a passé depuis la sortie de La Dernière Leçon, je me suis engagée dans un combat moral et citoyen pour le droit à une aide active à mourir. Ma mère, une des co-fondatrice de l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) était à au comité de parrainage de l’association et elle partie, j’ai accompagné le livre La Dernière Leçon partout en France pendant deux ans de ma vie, menant cette réflexion sur la nécessité du bien mourir… Progressivement, j’ai repris le flambeau de ma mère sur le droit à une mort choisie. 90 % des Français d’ailleurs sont prêts pour que la loi aille plus loin mais les législateurs résistent encore.

Par ses aspects comiques et la présence de Marthe Villalonga, le film a la dimension populaire propice à justement mettre le débat sur la place publique.


La dernière leçon

 

Oui, et c’est ce que je désirais. Je ne voulais pas d’un film trop élitiste, trop esthétisant. Je voulais que chacun, en le voyant, y soit accueilli simplement. D’emblée, Pascale et moi avions à cœur que le film permette l’émotion sans pour autant tomber dans le pathos.

 

 

Et c’est ce qu’elle a réussi : il y a du rire dans le film – comme il y a eu du rire dans la véritable histoire.


"Inspiration libre du livre de Noëlle Châtelet transposée dans une famille fictive" est-il précisé dans le générique de fin…


Oui, en effet, il me fallait pour cela accepter le passage de la réalité à la fiction. Avec l’idée d’une famille qui ne serait pas la mienne, dont chaque membre fictif permettrait de porter un regard différent sur le geste de cette vieille dame, comme autant de miroirs de la société actuelle face à cette question.

 

Et que vous qualifiez d’"intrus" dans Suite à La Dernière Leçon, un récit qui relate avec précision et lucidité la manière dont vous avez vécu l’aventure de ce film…


La dernière leçon - Marthe Villalonga et Antoine Duléry

 

 

Oui, il est vrai que j’ai eu du mal à accepter ces "intrus" dans mon histoire, notamment ce frère si hostile à la décision de sa mère – ce qui n’était pas du tout le cas dans la vie réelle.

 

 

 

 

La famille que met en scène Pascale est donc très loin de la mienne mais l’esprit du livre est là, dans la justesse de ce couple mère-fille, la manière dont la mère prend sa fille par la main pour lui donner la dernière leçon qui lui manquait, celle de la défusion. Madeleine et Diane apprennent ensemble, elles dialoguent jusqu’au bout dans le rire et l’empathie…

 

Avez-vous suivi le projet de près ?


J’ai très vite développé des rapports de confiance et d’amitié avec Pascale. Et j’ai commencé à m’intéresser beaucoup à ce qui allait se passer. Pascale est venue chez moi pendant des semaines, puis avec son co-scénariste Laurent de Bartillat. Je les ai nourris d’anecdotes et de récits qui n’étaient pas forcément dans le livre, mais qu’il me semblait importants de partager, parfois même dans un rapport de confidence. Et puis ils sont partis écrire de leur côté.

Dans Suite à La Dernière Leçon, vous racontez avec beaucoup d’humour votre réaction à la fois positive mais aussi très vive après la lecture de leur scénario…


Il y a eu une grande réunion à la production pour discuter du scénario et le valider. Comme je le raconte dans le livre, j’avais fait une liste de tout ce que j’aimais et tout ce que je n’aimais pas. Je me disais qu’il fallait que je défende quand même certaines choses et effectivement, je me suis laissée un peu emporter ! J’ai notamment critiqué certaines façons de s’exprimer que je trouvais trop triviales... J’ai donc dit ma vérité – qui a été entendue – mais j’ai aussi été convaincue par les arguments des scénaristes. Et en premier lieu par le fait que Pascale était l’auteur du film, je devais lui laisser sa liberté d’auteur. Cette réunion a été fondamentale : j’ai pris conscience de mes propres résistances à lâcher cette histoire, mon histoire qui m’appartenait et ne m’appartenait plus…

 

Et du coup, vous avez eu envie d’écrire un livre, Suite à La Dernière Leçon, en parallèle à la fabrication du film de Pascale Pouzadoux…


Oui, ce sentiment de dépossession et d’étrangeté que j’éprouvais m’a paru intéressant à analyser et cette impression s’est confirmée grâce à ma mère, si je puis dire… Oui, il m’a paru comme une fulgurance, le 5 décembre 2012, jour anniversaire de la mort de ma mère, que j’avais un rôle à jouer dans l’adaptation qui était en train d’être faite du livre. Alors j’ai pris des notes sur ce qui s’était déjà passé et j’ai commencé à tenir une sorte de journal intime de l’aventure qui progressait. Avec tous les aléas de la création d’un film, que Pascale me faisait très généreusement partager.


Cette Suite est-elle une manière de faire le deuil votre histoire ?


Peut-être pas le deuil mais l’abandon et le leg, oui. Dans le fond, ce livre est l’histoire d’une passation et d’une donation dont j’avais déjà fait l’expérience dans l’écriture de La Dernière Leçon : à partir du moment où l’on écrit, même sa propre histoire, elle appartient aux autres.
Mais le film de Pascale poussait cette dépossession encore plus loin. Pendant plusieurs mois, un scénario s’écrivait – différent de mon histoire mais quand même, c‘était mon histoire !– , sans savoir quelles actrices allaient nous représenter ma mère et moi… J’étais dans un flou et inconfort moral et psychique, une sorte de déséquilibre. J’ai connu alors de grands moments de désarroi.

 

Même si Pascale Pouzadoux a fictionnalisé votre récit, on sent que nombre de phrases l’ont accompagnée dans ce travail d’adaptation…


Les quelques jours qui ont précédé le tournage, Pascale est allée à la campagne, d’où elle m’a appelée pour me dire qu’elle relisait mon livre. Cela m’a touchée et rassurée qu’elle revienne à la source de cette histoire, dans sa vérité. Je pense qu’elle en avait besoin pour le film, de même qu’elle a eu besoin de parler énormément avec son équipe technique, ses comédiens afin de les préparer à cette histoire pas évidente.


Votre mère et vous gardez les mêmes métiers dans le film : sage-femme et enseignante…


Oui, il n’eut pas été possible que Madeleine ait un autre métier. Qui mieux qu’une sage-femme sait ce qu’il en est de la vie et de la mort ? Ma mère me disait d’ailleurs :

 

"On entre dans la vie avec des fleurs et des cadeaux,

pourquoi n’en sort-on pas de la même manière ?"


Pour elle, c’était un seul et même geste. Arriver et partir, la boucle est bouclée. Il était aussi important que Diane reste professeur parce que c’est un métier où la question de la transmission et de la passation est fondamentale. On est donc dans la même maïeutique chez la mère et la fille : faire accoucher les corps ou les esprits…

Comment avez-vous reçu la scène où Madeleine accouche une femme sur un banc de l’hôpital ?


Elle confine au burlesque mais dans l’esprit, elle est vraisemblable. Je vois très bien ma mère accouchant dans l’urgence une femme avant que les médecins arrivent, retrouvant ses gestes de toujours. Madeleine est un personnage hors norme mais ma mère l’était ! A quatre-vingt quatre ans, elle est allée au fond de la brousse au Mali pour aider à la création d’une maison d’accouchement – où elle a fait un dernier accouchement…


Quelle a été votre réaction quand Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga ont été choisies pour vous représenter à l’écran, vous et votre mère ?


Sandrine, ça a été tout de suite une évidence. Pour Marthe Villalonga, le chemin a été plus long à faire mais après coup, je trouve ce choix très convaincant. Marthe a cette dimension de mamma dans le coeur des Français. Et comme ma mère, elle a un côté frondeur et rebelle. J’ai rencontré Marthe et Sandrine lors d’un déjeuner avec Pascale. Quand je les ai vues toutes les deux en face de moi, si complices, elles étaient déjà ma mère et moi. C’est vertigineux. On s’est tout de suite bien entendues et on a beaucoup parlé, notamment de la dimension morale et citoyenne que je donnais à ce film, au livre dont il était l’adaptation et à la Suite que j’étais en train d’écrire…

 

La dernière leçon - Marthe Villalonga et Sandrine Bnnaire

 

Marthe Villalonga et Sandrine Bonnaire

 

Le choix de Marthe Villalonga, moins âgée que le rôle et très porteuse de vie, outre de rendre justice à la propre vitalité de votre mère permet de comprendre mieux le fils, qui reproche à sa mère de vouloir partir trop tôt...


Oui, le film permet de s’approprier le débat et de se demander jusqu’où on peut aller, un "jusqu’où" qui appartient à chacun d’entre nous. Ma mère aussi est partie trop tôt, d’une certaine manière. Elle aurait peut-être pu vivre encore. Je lui posais sans arrêt la question pendant les trois mois du compte à rebours : "Tu es sûre que c’est pour maintenant ? – Oui, moi seule le sais." Cet acte qu’elle devait faire seule puisque la loi ne l’autorise pas, elle avait peur de ne plus avoir la force physique de l’accomplir.


L’acceptation de la décision de sa mère par Diane vient aussi du fait qu’elles entretiennent un lien très fort, très charnel…


Oui, il y a du corps dans tout cela. Cette dimension est très belle dans le film, notamment dans la scène de la salle de bain, au moment où Diane déshabille sa mère pour l’aider à prendre son bain et voit alors ce corps qui souffre, complétement meurtri par l’extrême vieillesse.... Elle comprend alors que sa mère est vraiment au bout de ce qu’elle peut vivre, physiquement et moralement. Elle éprouve enfin de l’empathie. Elle s’oublie elle et voit sa mère comme si elle était en elle. Elles se retrouvent presque dans le même corps quand elles se baignent ensemble. Leurs corps se mêlent et la fille apprend qu’elle aussi va vieillir, qu’elle est mortelle. Ces enlacements, cette posture d’encastrement mère-fille sont extrêmement importants pour comprendre comment cette leçon a pu s’apprendre malgré la difficulté que ça représentait.
 

Suite à la Dernière leçon est aussi le récit d’un tournage auquel vous avez assisté…


Pascale et toute son équipe ont a été incroyablement généreux d’accepter ma présence. En général, les auteurs on ne les aime pas trop sur un tournage ! Mais ils ont senti que je ne venais pas en critique. Ils m’ont laissé ma place, je ne me suis pas sentie exclue. Quand on n’est pas du métier, on ne sait pas toujours ce qui se passe sur un tournage. Grâce à ce livre, j’ouvre une fenêtre pour que les lecteurs et les spectateurs de La Dernière Leçon m’accompagnent dans cette aventure.

 

Comment Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga ont-elles vécu votre présence ?


Pascale m’avait demandé de ne venir qu’au bout de quinze jours ou trois semaines pour les laisser s’installer dans leurs rôles. J’étais comme une petite souris au début, derrière le combo, près de la scripte. Je prenais des notes et de temps en temps, Marthe et Sandrine venaient vers moi… Elles m’ont toutes les deux dit que ma présence les avait galvanisées – si je les avais dérangées, il était entendu, avec moi-même, que je ne reviendrais pas. Sandrine m’a dit un jour : "Il faut que je sois à la hauteur de ce que tu as vécu."

 

Elle vous demandait des conseils ?


C’est plutôt moi qui me suis autorisée à quelques remarques sur mon état d’esprit d’alors, mais très peu, ce n’était pas mon rôle. J’ai éprouvé une grande douceur à être là, dans cette délicieuse situation du dehors-dedans. J’étais à la fois celle qui avait vécu la chose et celle qui était en train de le lâcher. Je me transformais, me préparais à être une future spectatrice lambda.

 

Quelle a été votre réaction à la vision du film ?


Pendant ces deux ans et demi qu’a duré l’aventure du film, j’étais à fleur de peau, les images de ce que j’avais vécu sont remontées et sont venues percuter celles du film quand je l’ai vu la première fois. J’ai pleuré beaucoup mais c’était très compliqué de comprendre la nature de mon émotion. Etait-elle due au souvenir ou au travail d’artiste de la réalisatrice et des comédiennes ? J’avais éprouvé la même interrogation pendant le tournage. Est-ce que j’étais émue parce que je me souvenais que j’avais vécue cette scène ou par ces deux comédiennes magnifiques ?


Votre livre s’achève sur le récit d’une projection du film un peu particulière à l’Elysée Biarritz, où vous vous rendez seule…


J’ai effectivement demandé à voir le film seule, en tête à tête avec lui. J’avais écrit le livre dans la solitude, je devais en voir ce prolongement cinématographique aussi les yeux dans les yeux. Et soudain pendant la projection, dans une espèce de rêve éveillé, j’ai senti la salle se remplir de spectateurs anonymes qui sont venus s’asseoir et je me suis dit, comme je l’écrit dans le livre : "Que cette histoire-là m’appartienne n’a plus grande importance. C’est à tous qu’elle appartient, aux spectateurs que je sens autour de moi, avec leurs histoires qui se mêlent à la mienne, la reprenne en choeur comme un refrain familier." J’ai eu un petit pincement au coeur, certes, mais aussi un sentiment de grand apaisement. Je me suis dit que j’avais fait ce que je devais faire, que j’étais arrivée au bout de ce deuxième grand moment de La Dernière Leçon : après le livre, le film reprenait le flambeau.

 

Et les trois images en cascade qui finissent le film ?


J’aime beaucoup l’envolée de cette femme nue, libre, charnelle. Ma mère était ainsi, elle avait un rapport à la nudité très libre. Sans doute à cause de son métier de sage-femme. Il me semble aujourd’hui que ma mère est partout : dans l’air que je respire, dans la lumière. Elle est céleste, au sens non religieux mais sacré du terme. Je ne suis pas croyante mais il y a une présence céleste de ma mère en moi. C’est pourquoi cette envolée me plait infiniment. Quand au corps mort de Madeleine, on le voit à peine. Dans la réalité, je ne suis pas rentrée dans la chambre de ma mère après sa mort. Je l’ai vue de loin, un peu comme dans le film. Je pense l’avoir dit à Pascale… Et puis enfin on revient sur le vrai visage de ma mère sur le générique de fin, qui ééclaire la salle vide de son sourire radieux." Ce sont les derniers mots de Suite à La Dernière Leçon.

 

La dernière leçon

Mon opinion

 

Plusieurs jours après avoir vu ce film en avant-première, il ne quitte pas mes pensées.

 

Pascale Pouzadoux, à la fois réalisatrice et coscénariste, adapte librement le célèbre roman éponyme de Noëlle Chatelet. En s'écartant de l'œuvre, le scénario permet de dévoiler toutes les attitudes possibles, et bien compréhensibles, des membres d'une même famille face à une fin de vie désirée. De l'acceptation au refus total, parfois violent, jusqu'à l'incompréhension absolue, l'intelligence du scénario dévoile toutes ces réactions sans jamais prendre parti.

 

Il en va de même avec le blocage de la médecine traditionnelle liée au serment d'Hippocrate. Et ce, même quand la vie ne laisse plus assez de libertés pour exister vraiment.

 

Avec une grande délicatesse la réalisatrice évoque les dégâts moraux causés par l'âge. Elle aborde avec la plus grande pudeur tous ceux liés au physique, entraînant dépendance et humiliation. La volonté de finir dans la dignité pour cette femme déterminée, face à son entourage, offre de très beaux moments d'intimité et de réflexion. Tous, parfaitement filmés.

 

Plus que tout, il y a cet amour magnifique entre mère et fille.

 

La scène la plus improbable dans un jardin d'un hôpital prend ici un relief particulier, très émouvant.

 

Le temps qui reste est lié à des pièces de monnaie. Soigneusement empilées sur une étagère elles sont consacrées à l'achat du journal quotidien. Des petits tas qui se réduisent jour après jour. À des objets, aussi, destinés aux proches, en guise de souvenir. Des lettres d'adieu. Un grand amour. Tout peut paraître triste, il n'en est rien. C'est là, l'une des réussites de ce film, éviter tout pathos. 

 

Si l'ensemble du casting est parfaitement convaincant, Antoine Duléry, Gilles Cohen, Manon Matringe, les deux principales protagonistes raflent tout.

 

Sandrine Bonnaire, éclatante de beauté, éblouit par son magnifique sourire et fera chavirer le cœur avec un seul regard.

 

Marthe Villalonga est étonnante. À la fois rayonnante dans la beauté de son âge, entêtée, tourmentée par cette décision qui ne sera pas sans causer de chagrin, elle est tout à fait remarquable. Éblouissante n'est pas le mot qui puisse convenir le mieux pour ce rôle. C'est pourtant toute la lumière et l'amour qu'elle dégage qui resteront marqués dans ma mémoire.

 

Un grand film qui ne peut laisser indifférent.

 

Devant la volonté inébranlable d'une femme hors du commun, cette dernière leçon pousse à la réflexion et invite à méditer sur le droit de mourir dans la dignité.

 

J'espère vivement que ce film sera vu par le plus grand nombre.

 

 

 

Noëlle Châtelet : Ma mère m’a aidée à apprivoiser sa mort

Pour lire l'article paru dans psychologies.com cliquez ICI !

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

Michèle 06/11/2015 11:32

Bonjour votre critique correspond au ressenti que nous avons éprouvé, d'autant plus fort que ma famille s'est trouvée confrontée à cette décision. merci

armelle 29/09/2015 10:43

Voilà un sujet difficile mais j'irai voir le film après avoir beaucoup entendu parler du livre. Je suis plutôt convaincue et c'est un peu ce que mon père, très croyant, a fait après la mort de ma mère. Il s'est arrêté de boire et lorsque je m'en suis aperçue les dégâts étaient déjà importants. Il a mis un mois et demi à mourir, sans souffrances heureusement, et il est ainsi allé la rejoindre comme il le souhaitait. Disons qu'il a contribué à sa mort tout seul. Mais s'il me l'avait dit, aurais-je accepté ? J'aurais sûrement tout fait pour le garder car il avait une santé magnifique et n'était âgé que de 86 ans avec encore de l'avenir devant lui. Mais ma réaction aurait été égoïste, fatalement. Lui ne voulait plus vivre en l'absence de son amour. Alors ? Oui, toutes les questions se posent mais elles ne me semblent vraiment acceptables que si la personne est vraiment en fin de vie pour abréger ses souffrances, son calvaire moral et physique. Par conséquent, je ne juge pas, chacun est libre devant la mort.Bel article Alain.

Mitch 27/09/2015 22:17

salut Alain. je comprends ton enthousiasme tout autant que le commentaire précédent. pour ma part tu sais ce que j'en en pense. trop de souffrances qui ne laissent aucun espoir, pourquoi ?

Edmée De Xhavée 27/09/2015 18:58

Oui, en Belgique on peut. Je trouve ça très bien... mais tout le monde a-t-il des liens assez forts pour les couper ainsi? Tant de gens sont parents-enfants sans que rien ne passe entre eux que la comédie parent-enfant, sans fusion, sans partage, sans autres interventions que des mots indifférents ou hostiles. Eux aussi voudront, ou subiront le vouloir de quelqu'un. Ce sera tellement dur pour eux, non? Je ne pense pas que je verrai le film, sans le condamner le moins du monde, mais je ne me sens pas prête pour le sujet...

Chris 27/09/2015 11:23

Super papier Alain. J'irai voir ce film

Michel Zorba 27/09/2015 09:06

À te lire ce film est à voir. Peut-être qu'après le livre, ce film remettra le débat sur les rails. Bon Dimanche

Josh 26/09/2015 22:17

je connaissais le livre, j'irai donc voir le film. Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga sont exceptionnelles d'après ce que tu écris, j'en suis d'avance convaincu

Jacqueline Magne 26/09/2015 21:08

je découvre cette page au moment même où je te laissais un commentaire sur un autre film. Je ne savais pas qu'il y avait eu une adaptation de ce livre. Tu es très enthousiaste ça me rend d'autant plus curieuse de le découvrir bientôt. Merci Alain

Johanne 26/09/2015 21:00

Bonsoir Alain. J'ai lu le livre et étais bouleversée très envie de découvrir le film après ce que tu en dis. À bientôt

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.