Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 21:29

 

Date de sortie 1er avril 2015

 

La maison au toit rouge


Réalisé par Yôji Yamada

 

Avec Takako Matsu, Haru Kuroki, Takatarô Kataoka, Hidetaka Yoshioka


Genre Drame


Production Japonaise

 

Yôji Yamada, à plus de 80 ans, près de 80 films au compteur, et un quasi-inconnu en France où rares sont ses films à être sortis. C’est pourtant la 5ème fois qu’il figure en compétition de la Berlinale, et il y était encore l’an passé hors compétition avec Tokyo Family

 

Yôji Yamada s’en amuse d’ailleurs en interview : "Je ne sais pas ce que la Berlinale me trouve, Cannes et Venise n’ont jamais eu rien à faire de mes films !"

 

La Maison au toit rouge en compétition au festival Kintoayo, a été récompensé à la 82ème Berlinale. L’actrice Haru Kuroki a obtenu le prix d’interprétation féminine.

 

Ce nouveau long métrage de Yôji Yamada, adapté du roman de Kyoko Nakajima, est un mélodrame qui restitue les fastes du cinéma Japonais d’autrefois, en même temps qu’il tisse un poignant portrait de femme.

 

Synopsis

 

Japon, 1936.

 

Taki (Haru Kuroki) quitte sa campagne natale pour travailler comme bonne dans une petite maison bourgeoise en banlieue de Tokyo.

 

C’est le paisible foyer de Tokiko (Takako Matsu), son mari Masaki (Takatarô Kataoka) et leur fils de 6 ans.

 

Mais quand Ikatura (Hidetaka Yoshioka), le nouveau collègue de Masaki, rentre dans leurs vies, Tokiko est irrésistiblement attirée par ce jeune homme délicat, et Taki devient le témoin de leur amour clandestin.

 

Alors que la guerre éclate, elle devra prendre une terrible décision.

 

Soixante ans plus tard, à la mort de Taki, son petit neveu Takeshi (Satoshi Tsumabuki) trouve dans ses affaires une enveloppe scellée qui contient une lettre. Il découvre alors la vérité sur ce secret si longtemps gardé.

La Maison au toit rouge "Chiisai ouchi"

L'intrigue du film se situe juste avant la Seconde Guerre mondiale, période peu exploitée par le cinéma.

 

Yôji Yamada explique : "La Maison au toit rouge est construit autour du secret d’une histoire d’amour, mais au-delà de ça, je voulais décrire le mode de vie d’un foyer bourgeois pendant une période débutant avant la seconde guerre mondiale et s’achevant avec la défaite du Japon, une époque qui a rarement été montrée au cinéma et qui semble résonner avec la direction que le pays est en train de prendre.’’

 

A travers ce film, Yôji Yamada a souhaité mettre en avant les petits bonheurs de la vie qui sont si importants à ses yeux. Il explique : "Ce film montre de manière satirique, à travers la vie d’un jeune couple, comment le toit rouge de cette petite maison abrite les menus bonheurs de cette gentille famille."

 

À l'époque où Yôji Yamada était étudiant (dans les années 1950), de nombreux films hollywoodiens traitaient de la quête des "petits bonheurs", surtout présente dans la petite bourgeoisie. Si à l'époque, le réalisateur aspirait au "grand bonheur" (comme il le dit, "la paix pour toute une société"), il a pris conscience que cette quête, évoquée par exemple en 1946 dans La Vie est belle de Frank Capra, était un moteur essentiel de la vie et consacre aujourd'hui son film La Maison au toit rouge à ce sujet.

 

Sources :

http://www.allocine.fr

La Maison au toit rouge "Chiisai ouchi"

Mon opinion

 

Yôji Yamada, une découverte, en ce qui me concerne.

 

Ce film tout en flash back pourrait laisser penser qu'il s'agit des propres souvenirs du réalisateur si le film n'était l'adaptation d'un roman.

 

Cette maison au toit rouge pourra en rebuter certains. En emballer d'autres. Je suis de ces derniers.

 

Le décor principal fait rapidement penser à Douglas Sirk. Les couleurs, les arbres en fleurs, le raffinement, tout est là mais très vite le scénario s'impose et nous entraîne pendant plus de deux heures dans cette histoire, d'une simplicité extrême, et riche d'enseignements sur la société Japonaise des années d'avant-guerre à nos jours.

 

Un beau film de femme(s) et un terrible constat. Pas assez belle pour devenir une geisha, l'héroïne n'a aucune autre issue que celle de la servitude.

 

Elle ne se plaint pas, même si, de toute évidence, elle ne sera jamais la maîtresse de son destin. Elle fait preuve d'une fidélité extrême envers cette famille pour laquelle elle se dévoue. Ni femme de chambre, pas uniquement servante. L'ensemble est beaucoup plus subtil. Voire cruel.

 

Elle vivra ces années dans un quasi enfermement. Étouffée sous le poids extrême des traditions qui lui interdiront toute possibilité d'ouverture sur le monde en la maintenant dans l'ignorance des évènements tragiques qui sont en train de se produire.

 

Un film comme il n'en existe quasiment plus. Un très beau mélo, vieillot, peut-être mais magnifique de bout en bout.

 

 

La Maison au toit rouge "Chiisai ouchi"
La Maison au toit rouge "Chiisai ouchi"
La Maison au toit rouge "Chiisai ouchi"
Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

armelle 07/05/2015 10:11

Bonjour Alain, je vais le voir très prochainement au ciné-club de Dives. Avant-hier j'ai vu "Une belle fin" que j'ai aimé. Un peu linéaire selon moi mais le sujet est magnifique et l'acteur parfait. A quelques détails d'imagerie, cela pouvait être un chez d'oeuvre. Cela reste un bon film et d'une émouvante humanité.

roijoyeux 30/04/2015 22:39

le genre que j'aime !!

jeanne 29/04/2015 23:20

je suis actuellement au japon, tokyo encore pour quelques jours puis descente vers le sud pour un mois.
je suis fascinée par ce pays, c'est mon 2emme voyage au japon.l'an dernier j'y étais pour les cerisiers en fleur. merveille...
j'irai voir ce film
merci

Chris 28/04/2015 16:09

Salut Alain. Pas vu et je regrette vivement. Le ressenti de ma soeur correspond à ta critique. Peut-être plus tard ???

Edmée De Xhavée 28/04/2015 10:02

Très tentée! S'il sort ici, j'y courrai!

Jacqueline Magne 28/04/2015 08:22

Il ne semble pas sorti par ici. Compte tenu de ta critique, je le regrette. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.