Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 19:00

 

Date de sortie 2 décembre 2015

 

Mia Madre


Réalisé par Nanni Moretti


Avec Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini,

Nanni Moretti, Beatrice Mancini, Anna Bellato


Genre Comédie Dramatique


Production Italienne, Française

 

Synopsis

 

Margherita (Margherita Buy) est une réalisatrice en plein tournage d’un drame social, opposant les ouvriers d’une usine menacés de licenciement, à leur patron.

 

Un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain, fantasque, mythomane et imprévisible Barry Huggin, (John Turturro).

 

À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère Ada, (Giulia Lazzarini) est à l’hôpital, sa fille Livia (Beatrice Mancini) en pleine crise d’adolescence.

 

Son frère Giovanni (Nanni Moretti), quant à lui, se montre comme toujours irréprochable…

 

Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

 

Mia Madre - Margherita Buy

 

Margherita Buy

Ci dessous, des propos de Nanni Morettirelevés dans le dossier de presse et puisés dans divers entretiens donnés à la presse italienne - Avril 2015

 

Le personnage interprété par Margherita Buy dans Mia Madre est-il votre double ?


Je n’ai jamais pensé interpréter moi-même ce film. Cela fait déjà quelque temps que je ne le fais plus, et j’en suis heureux. Avant, cela m’amusait ; aujourd’hui je n’ai plus cette idée fixe de vouloir construire mon personnage film après film. J’ai toujours pensé que ce serait une femme et une réalisatrice. Et que cette femme serait jouée par Margherita Buy, pour une raison très simple : un film avec Margherita Buy comme actrice principale sera meilleur qu’un film avec moi en premier rôle... Elle joue beaucoup mieux que moi ! Margherita a porté sur ses épaules tout le poids du travail : sur soixante-dix jours de tournage, elle n’a été absente qu’une journée - pour une scène que j’ai coupée !

 

On a tout de même l’impression qu’il y a beaucoup de vous dans le film…


Mia Madre - .

Dans la séquence devant le cinéma de Rome, Capranichetta, durant laquelle le frère de Margherita, que j’interprète, demande à sa soeur de briser au moins un de ses deux cents schémas mentaux, c’est comme si je me parlais à moi-même. J’ai toujours pensé qu’avec le temps, je m’habituerais à puiser au plus profond de moi…

 

 

 

Mais au contraire, plus j’avance et plus je continue ainsi, plus la sensation de malaise augmente. Ceci étant, ce n’est pas une confession. Il y a des plans, des choix, des interprétations, ce n’est pas la vie.

 

Comment définiriez-vous ce travail : autobiographie, autofiction ?


Le terme autofiction, je ne l’ai pas vraiment compris. Et l’autobiographie… Chaque histoire est autobiographique. Je parlais de moi quand je parlais du sentiment d’inaptitude du pape interprété par Michel Piccoli dans Habemus Papam, et aussi quand je mettais en scène les histoires personnelles ou le travail de Silvio Orlando dans Le Caïman. Plus encore que de vouloir mesurer le taux d’autobiographie, ce qui compte, c’est d’avoir une approche personnelle vis-à-vis de toutes les histoires.

 

Comment avez-vous choisi John Turturro ?


Des réalisateurs qui ont fait beaucoup moins de films que moi n’ont aucun problème à appeler des stars internationales. Moi, je ne suis pas comme ça.

 

Mia Madre - John Turturro.

Je l’ai appelé parce que je l’aimais beaucoup et il me semblait que son jeu n’était pas naturaliste. Mais aussi parce qu’on se connaissait un peu, parce qu’il avait déjà un rapport avec l’Italie - il a même tourné un beau documentaire sur la musique napolitaine : Passione.

 

John avait vu quelques-uns de mes films, ce qui me rassurait beaucoup. Je reconnais que j’aurais du mal à devoir expliquer qui je suis, ce que je veux, comment est mon cinéma… Il parle et comprend un peu l’italien. Et il est aussi réalisateur. C’est bien de travailler avec des acteurs qui sont aussi réalisateurs, c’est plus facile de se comprendre.

Quand avez-vous commencé à imaginer le scénario de Mia Madre ?


D’habitude, je laisse passer beaucoup de temps entre mes films. J’ai besoin de laisser derrière moi l’investissement psychologique, émotionnel du film précédent. Je mets pas mal de temps à recharger mes batteries. Cette fois, dès qu’Habemus Papam est sorti, j’ai commencé à penser à ce film. J’ai commencé à écrire quand dans ma vie, les choses que je raconte dans le film venaient d’arriver. Et cela a peut-être eu une influence sur la narration.

 

Comment avez-vous imaginé les différents modes de narration du film, où rêve et réalité se confondent parfois ?


Il est important de raconter une histoire de manière non académique, d’avoir une narration qui ne se contente pas de bien faire ses devoirs. Qui, tout en les connaissant, puisse se passer des règles du récit. Mais il est important aussi que ça résonne toujours à l’intérieur de soi, dans ce que l’on est en train de raconter. Il ne faut jamais avoir une relation banale avec la matière que l’on veut représenter. J’aimais l’idée qu’en voyant une scène, le spectateur ne comprenne pas tout de suite s’il s’agit d’un souvenir, d’un rêve ou de la réalité : tout cohabite dans le personnage de Margherita avec la même immédiateté : sa pensée, ses souvenirs l’appréhension pour sa mère, le sentiment de ne pas être à la hauteur. Le temps de la narration du film correspond à celui de Margherita, de ses états d’âme où tout cohabite et avec le même sentiment d’urgence. Ce sentiment de ne pas être à la hauteur vis-à-vis du travail, de sa mère, de sa fille, je voulais le raconter à travers un personnage féminin.

 

Mia Madre - Margherita Buy

 

Margherita Buy

 

Est-ce pour cela que vous avez écrit le sujet avec trois femmes, Chiara Valerio, Gaia Manzini et Valia Santella ?


Peut-être, oui mais ce ne sont pas des choses que l’on calcule, que l’on programme. Gaia Manzini et Chiara Valerio je ne les connaissais pratiquement pas, je les avais rencontrées à une lecture. Chacun de nous lisait un extrait d’un livre de Sandro Veronesi. Peu de temps après, quand j’ai décidé de commencer à travailler sur ce sujet, je les ai appelées. Valia Santella, au contraire, est une amie à moi, on travaille ensemble depuis longtemps.

 

Comment avez-vous imaginé le film que tourne Margherita ?


Il y a une scène que j’ai coupée où Margherita dit à sa fille : "Je ne suis jamais dans mes films", et sa fille lui répond : "Ben, tu ne dois pas forcément parler de toi dans tes films". Et Margherita lui dit : "Non, pas forcément, mais j’aimerais faire des films plus personnels". Voilà, je voulais que Margherita, submergée par la vie et ses problèmes, fasse un film politique plutôt qu’un film personnel. Dans la scène de la conférence de presse, un journaliste lui demande : "Dans un moment aussi délicat pour notre société, pensez-vous que votre film réussira à parler à la conscience du pays ?" Margherita commence à donner une réponse standard : "Mais aujourd’hui, c’est le public lui-même qui demande un autre type d’engagement… " Mais sa voix petit à petit s’estompe et on entend ses pensées : "Oui… Bien sûr, le rôle du cinéma… Mais pourquoi est-ce que je continue de répéter les mêmes choses depuis des années ? Tout le monde pense que je suis capable de comprendre ce qu’il se passe, d’interpréter la réalité, mais moi je ne comprends plus rien". Je voulais que la solidité, les certitudes de son film soient en contraste total avec son état émotionnel, ce qu’elle est en train de vivre et ce qu’elle perçoit d’elle-même. Je voulais qu’il y ait ce décalage entre un film très structuré et le moment délicat qu’elle est en train de traverser

Comment avez-vous affronté le thème du deuil ?


Dans La Chambre du fils, j’exorcisais une peur. Ici je parle d’une expérience que de nombreuses personnes partagent. La mort d’une mère est une étape importante de la vie, et je voulais la raconter sans sadisme vis-à-vis des spectateurs. Cela dit, quand on tourne un film, on ne fait que ça, on est complètement dedans : on travaille sur les dialogues, sur la mise en scène, au montage, et du coup, le thème que l’on est en train de traiter ne nous frappe pas avec toute sa force. Même lorsque le sentiment est très fort, j’ai tendance à penser que le metteur en scène ne se laisse pas entièrement emporter.

 

Un film comme celui-là est-il plus difficile que les autres à tourner, à penser, à raconter ?


Non, je ne pense pas. Il y a eu juste un moment, pendant qu’on écrivait le scénario, où je suis allée relire dans mon journal les pages que j’avais écrites durant la maladie de ma mère. Je l’ai fait parce que j’imaginais que ces dialogues, ces répliques, auraient pu ajouter un poids et une vérité aux scènes entre Margherita et sa mère. Eh bien, la relecture de ces journaux a été douloureuse.

 

Qu’avez-vous lu ou vu d’autre pour préparer Mia Madre ?


Chez moi, dans les moments de travail intense, durant le tournage, les objets s’accumulent. Quand j’ai terminé de tourner Mia Madre, je me suis rendu compte que les livres et les films que j’avais imaginé devoir relire ou revoir – parce qu’ils avaient un rapport avec la douleur, la perte et la mort – je n’avais pas eu le temps de les relire ou de les revoir. Cela a été un soulagement énorme de me rendre compte que je n’en avais plus besoin. J’ai revu Une autre femme de Woody Allen, mais je n’ai pas revu Amour, de Michael Haneke, qui était sur mon bureau. Et surtout, je n’ai pas lu Roland Barthes. Après la mort de ma mère, une amie m’avait offert Journal de deuil, que Barthes avait écrit durant la maladie de sa mère. Cette amie m’avait dit que ça lui avait fait du bien. J’ai ouvert une page au hasard, j’ai lu deux lignes qui m’ont fait mal et je l’ai refermé. À la fin du tournage, je l’ai retiré de mon bureau et je l’ai mis dans ma bibliothèque. Heureusement, je n’avais plus besoin de me plonger dans la douleur.

 

Mia Madre - Nanni Moretti, Giulia Lazzarini et  Margherita Buy

 

Nanni Moretti, Giulia Lazzarini et  Margherita Buy

La mère est interprétée par une actrice que l’on ne connaît pas en France, Giulia Lazzarini.


Cette comédienne du Piccolo Teatro de Strehler a une histoire très différente de la mienne, et notre rencontre a été une rencontre heureuse. Elle n’a pas seulement réussi à me comprendre, à entrer dans mon film, mais, je ne sais pas comment, elle a aussi compris ma mère.

 

Votre mère était professeur...


Elle a enseigné pendant trente-trois ans au lycée Visconti de Rome. Lettres au collège et, les dernières années, latin et grec au lycée. Chaque semaine, au moins une personne me disait avoir été son élève. Parfois, il s’agissait même des personnes qui avaient aussi été les élèves de mon père à l’Université (il était professeur d’épigraphie grecque). Beaucoup de ses anciens élèves venaient lui rendre visite des années après avoir passé leur bac. Je n’ai jamais eu une relation de la sorte avec un de mes professeurs. Je vais dire une chose un peu douloureuse et qui me dérange un peu, mais je la dis : après la mort de ma mère, à travers les choses que me disaient ses a nciens élèves, j ’ai eu la sensation que quelque chose d’important de sa personne m’avait échappé, quelque chose que ses anciens élèves avaient réussi à saisir et à me communiquer. Quelque chose d’essentiel.

 

Qu’avez-vous appris en faisant ce film ?


Je ne peux pas répondre de manière précise à cette question : je me sens exactement comme avant de le tourner. La même angoisse, la même confusion, le même manque d’assurance. Je ne pense pas que c’est comme ça pour tout le monde, je pense que pour beaucoup de gens, l’expérience, la connaissance du métier, même une certaine froideur comptent. Moi, j’ai cette sensation très nette : je me sens toujours comme si je tournais mon premier film. Cette fois même avec plus d’anxiété. Il y a des gens qui disent que c’est mon film le plus personnel, peut-être est-ce pour ça. Mais je ne sais pas. J’ai quand même appris des choses. Je suis plus gentil avec les acteurs, plus solidaire, plus de leur côté, voilà. Et qu’ai-je appris d’autre… Ah, voilà, ça c’est une chose que j’ai apprise assez vite : que quand un film sort, il ne vous appartient plus complètement. Le public le voit, le transforme. Il y a des choses qui vous avaient échappé et que le public dévoile, qui s’éclaircissent…


"Je veux voir l’acteur à côté du personnage". C’est l’une des répliques du film que Margherita répète souvent à ses comédiens...


C’est une chose que je dis toujours. Je ne sais pas si les acteurs la comprennent, mais à la fin, j’arrive à obtenir ce que j’avais en tête.

 

Mia Madre - Margherita Buy et John Turturro

 

 Margherita Buy et John Turturro

Mon opinion

 

Nanni Moretti choisit pour ce film, un formidable duo d'actrices. Marguerita Buy et Giulia Lazzarini, grande comédienne du Piccolo Teatro de Strehler. Le réalisateur a déclaré "Je n’ai jamais pensé interpréter moi-même ce film. Cela fait déjà quelque temps que je ne le fais plus, et j’en suis heureux. Avant, cela m’amusait ; aujourd’hui je n’ai plus cette idée fixe de vouloir construire mon personnage film après film." Il sera malgré tout un frère magnifique pour sa principale protagoniste.

 

Avec beaucoup de finesse, d'intelligence et un incontestable brio, Nanni Moretti, coécrit le sujet avec trois femmes, Chiara Valerio, Gaia Manzini et Valia Santella. Le scénario qui s'en suit est brillant. La réalisation, le montage aussi, plongent le spectateur dans un certain questionnement. Un film dans le film. Les scènes se mêlent habilement les unes aux autres et interrogent. Des flashbacks astucieux ponctuent le récit. L'ensemble reste d'une extraordinaire limpidité. La direction d'acteurs est remarquable. La bande-son toute aussi réussie.

 

John Tarturro apporte des moments irrésistibles de drôlerie. Je pense, entre autres, à une scène d'anniversaire.

 

Pour des raisons qui n'entrent pas dans le cadre d'une critique je n'en dirai pas davantage sur la justesse de plusieurs passages. Ceux de l'hôpital en particulier, quand trois pas deviennent trop douloureux, par exemple. De beaucoup de répliques, de tant de regards, ceux de Marguerita et de Giovanni pour Ada. Ces deux êtres aimants, et aimés, confrontés au deuil m'ont bouleversé. Une sœur, qui fait ce qu'elle peut. Un frère, parfait en toutes occasions.

 

Mia Madre est une totale réussite.

 

Un film magnifique qui touche au plus profond en passant avec une incroyable dextérité du drame le plus profond à des scènes de comédie pure et bienvenues.

Mia Madre
Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

tinalakiller 07/12/2015 18:47

C'est pour moi le plus beau film de l'année, je me demande comment Cannes a pu passer à côté de ça... Il y a tout : de l'émotion, de l'humour juste comme il le faut, des acteurs et actrices formidables, une mise en scène précise, une écriture qui semble simple mais qui est très riche, un montage nickel... A voir absolument :)

armelle 06/12/2015 10:12

Pas encore vu, mais à vous lire, cher Alain, folle envie de le voir. Merci pour cette belle critique.

Edmée De Xhavée 06/12/2015 09:22

Je l'ai vu avant-hier. Pas de sensiblerie inutile, c'est un film qui nous pénètre.J'en ai tout aimé. Les souvenirs qui jaillissent parfois, les rêves et rêveries, le chagrin de ne pas toujours avoir été bon avec un parent qui s'en va, l'accompagnement que l'on fait en dépit de la vie qui nous prend tant de temps aussi, et qu'on ne peut abandonner parce que c'est elle qui nous tient...

Personnellement, la toute dernière image de Marguerita, avec ce regard affolé sur un demain qui n'existe plus, m'a fait mal et m'a été familier. Turturo est vraiment très bon, aussi... Tous le sont!

Mitch 05/12/2015 18:22

pas encore vu, mais j'ai très envie. ton billet me conforte dans mon envie.

Johanne 05/12/2015 14:23

Belle page. J'ai aimé lire l'interview de Nanni Moretti, ta critique aussi. J'avais un peu peur d'y aller mais finalement je suis maintenant convaincue. Bises

Michel Zorba 05/12/2015 11:57

Super film, suis sorti plus que troublé, ému et enthousiaste à la fois @+

Chris 04/12/2015 21:26

Salut Alain. Vu également, les critiques dithyrambiques me paraissaient exagérées et pour une fois, il n'en est rien. Je suis tout à fait d'accord ce film est un pur chef d'oeuvre.

Jacqueline Magne 04/12/2015 19:31

Bonsoir Alain. Je ne savais pas si tu irais voir ce film. Je viens de lire ta page et ta critique avec laquelle je suis en parfait accord. Ce film est parfait de bout en bout. Tout est juste et tout simplement magnifique d'amour. merci d'en parler si bien. Bises à toi.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.