Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 22:59

 

Date de sortie 6 juillet 2016

 

Truman


Réalisé par Cesc Gay


Avec Ricardo Darín, Javier Cámara, Dolores Fonzi,

Eduard Fernández, Javier Gutiérrez, Alex Brendemühl, Oriol Pla


Genre Comédie dramatique


Production Espagnole

 

Synopsis

 

Julián (Ricardo Darín) et Tomás (Javier Cámara) sont amis depuis l’enfance.

 

Mais aujourd'hui, l’Atlantique les sépare: le premier s’est construit une carrière d’acteur à Madrid, tandis que le second enseigne les mathématiques dans une université canadienne.

 

Quand Tomás frappe à la porte de Julián au bout de nombreuses années, cela ne relève donc pas du hasard. En effet, il a appris que son ami n’était pas au meilleur de sa forme. Sautant dans un avion, ils vont alors passer ensemble quelques jours inoubliables, à se remémorer leurs souvenirs communs, à rire, mais aussi à pleurer – car leurs retrouvailles sont également synonymes d’adieux…

 

Truman -

 

Javier Cámara et Ricardo Darín

Propos du réalisateur Cesc Gay.

 

À l'origine du film.

 

J’ai mis à plat mes premières idées et ai commencé à prendre des notes sur Truman pendant les pauses lors du tournage de mon précédent film, Les hommes! De quoi parlent-ils ?
Je venais d’affronter la maladie et la mort de ma mère et c’est sans aucun doute cette expérience qui m’a poussé à parler de ce que je venais de traverser.
C’était peut-être un peu osé de ma part, mais j’avais besoin d’expliquer ce que j’avais vu et ressenti durant cette période. Les mois suivants, je me suis retrouvé à tenir un journal sur lequel je reportais chaque situation, chaque réaction et chaque émotion vécue par ma mère, par moi, ma famille ou mes amis tout au long de la maladie et de son inéluctable issue.

 

Une approche insouciante ...


Truman - Ricardo Darin.

.

Déjà dans ces premières notes, je voulais m’inspirer de mon expérience avec humour ou, tout du moins, éviter le ton grave utilisé habituellement dans les films qui traitent de tels sujets.
En relisant le journal que je tenais, je me suis rendu compte que j’avais adopté cette légèreté instinctivement, comme si c’était une démarche thérapeutique, un mécanisme de défense par rapport à ce que j’endurais.
C’était comme si j’avais besoin d’apaiser mes émotions et de donner un sens à ma routine quotidienne. En effet, c’est de ce train-train quotidien, alors que je prenais soin de ma mère, que surgissaient ces moments spéciaux, inattendus et même drôles.

 

 

 


Lorsqu’on combat la maladie, certaines situations et réactions, vues de l’extérieur, peuvent sembler comiques, absurdes et même grotesques. L’idée d’aborder de manière drôle et tendre un sujet aussi douloureux et traumatisant pour les gens qui sont concernés, m’a semblé intéressante.
J’aimerais que le film aide les spectateurs à s’interroger sur leur manière d’aborder la mort, mais sans les bousculer, plutôt en les divertissant, qu’il leur permette de maîtriser la panique qui nous envahit lorsque la vie nous oblige à regarder la mort en face, d’une manière ou d’une autre.


Truman tente essentiellement à l’incertitude et à l’inconnu. C’est un enchevêtrement de comédie et d’émotion, d’ironie et de tendresse. Un mélange de sentiments destiné à faire rire, pleurer, penser et sourire. Truman est un essai. Une tentative de surmonter la panique que nous ressentons face à la maladie et à la mort imminente, la nôtre ou celle d’un être cher. C’est l’exploration de nos réactions devant l’inattendu, l’inconnu et la douleur.


C’est aussi un film sur l’amitié et sur la relation de deux hommes faisant face à l’adversité, un homme malade et un autre qui l’accompagne.


Truman - Javier Cámara et Ricardo Darín Deux hommes et également un chien, le fidèle compagnon du protagoniste, dont le nom donne au film son titre.


J’ai eu la chance d’obtenir pour les deux rôles, les deux acteurs dont je rêvais dès le début. Ricardo Darín et  Javier Cámara ont immédiatement accepté notre projet et je leur suis très reconnaissant pour cet engagement et pour la qualité de leur interprétation.

 

Cineuropa a interrogé le réalisateur sur son nouveau "bébé", Truman, en compétition au 63ème Festival de San Sebastian, où il a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements, de même que les "muses" de Gesc Gay dans ce film, Ricardo Darin et Javier Camara.

 

Comme est venue l'idée de raconter le film à rebours, en partant de la fin pour reconstruire l'histoire jusqu'à ce moment ?


Il ne s'agit pas dans le film de résister à ce qui se passe après, mais au contraire de l'accepter. De nombreux films sont construits autour du combat contre le sort : on a d'abord le diagnostic, et puis à la fin on s'en tire. Le scénario de ce film a un début bien plus grave : c'est pour ça que Tomas prend cet avion, parce que son ami a décidé qu'il ne reviendrait pas. Il le sait déjà, mais il le découvre aussi, et c'est ça qui fait qu'il monte dans l'avion. Il était prêt à jeter l'éponge quand...

 

Avez-vous situé Tomas au Canada pour ajouter un élément dramatique ?


Truman.

Oui, je voulais souligner la distance entre les deux hommes parce que quand quelqu'un traverse la planète pour voir un ami, ça veut dire que c'est important. Ça donne de l'élan au film, ça montre que quelque chose de significatif se passe.

 

 

 

Je voulais mettre en évidence une distance physique, mais aussi émotionnelle, de manière à ce que tout ce qui suive soit plus intense. De même, quand Tomas repart, ils savent qu'ils ne se reverront plus jamais.

 

Une des choses les plus difficiles à éviter, quand on aborde le thème de la mort, c'est de tomber dans le sensationnalisme ou la sensiblerie, mais vous évitez très bien l'écueil.


Truman - Oriol Pla et Ricardo Darín.

Je sentais qu'il fallait qu'il y ait un équilibre entre les scènes : les scènes avec le fils, la scène de sexe, qui est libératrice pour Julian, et les séquences plus sombres qui viennent après...

 

Il fallait que le film contienne tous les ingrédients, et que nous dosions ceux-là avec soin.

 

 

J'essaie toujours de rester très proche de la réalité et de la vérité quand j'écris. Je n'ai jamais écrit en me référant aux codes cinématographiques – bien que cela m'ait beaucoup nui dans mes recherches de financements. Nous ne confectionnons pas nos scénarios à partir de la recette américaine que le spectateur connaît par coeur. Là-bas, tout est très prévisible, or j'essaie d'éviter cela, justement. Truman aurait été très différent s'il avait été interprété par des femmes, parce qu'il aurait été plus expressif, plus empathique, plus propice aux larmes. Je ne sais pas si j'aurais été capable d'écrire ce scénario là : pour moi, il était évident qu'il s'agissait d'une histoire d'hommes. Je voulais la construire à partir des sentiments contenus, de la pudeur.

Javier Camara a évoqué en conférence de presse la bonne ambiance qui s'est créée sur le plateau. A-t-il été difficile de faire un film où la mort est aussi présente ?


Ça n'a rien à voir. La manière d'être des gens et le genre d'ambiance de travail qui se crée entre eux sur un plateau n'ont rien à voir avec le fait qu'il tourne Pirates des Caraïbes ou autre chose. Chacun est à son poste, que ce soit le chef-opérateur, le chef-électro ou l'acteur, et ce dernier a les outils pour aller d'un lieu à l'autre. C'est pour cela qu'il est si difficile de faire du cinéma ! J'ai dû beaucoup contenir Javier Camara, mais une fois la scène terminée, il se libérait et racontait des blagues.

 

Truman - Javier Camara

Mon opinion

 

Truman est un film magnifique sur l'amitié. La vraie. Un face à face entre deux hommes, l'un devant la maladie et son choix de finir dans la dignité, pendant que le deuxième l'accompagnera. Scénario casse gueule, s'il en est.

 

Le long-métrage, du réalisateur/scénariste, Cesc Gay, multi récompensé, aux derniers et prestigieux Goyas, en particulier, est d'une parfaite ingéniosité, évite tous les pièges et fait preuve d'une grande finesse et d'une grande maîtrise. Le trouble ressenti ne sombre à aucun moment dans le pathos. Des passages d'une intensité forte à d'autres moments plus légers ponctuent le film. Les retrouvailles d'un fils qui vit à Amsterdam, un voyage en avion accompagné de dialogues plein d'humour, les rendez-vous pour une éventuelle adoption de Truman, le chien magnifique, la lâcheté d'un prétendu ami et directeur de théâtre, ou plus encore, ces face à face silencieux où seule la présence reste importante, sont autant de moments qui laisseront en mémoire des traces indélébiles et ramèneront les pensées vers l'essentiel.

 

La vie, les relations amoureuses, l'acceptation, et ce partage magnifique qu'offre l'amitié. Celle qui donne et "ne demande rien en retour".

 

La formidable Dolores Fonzi, déjà remarquée dans Paulina, le très beau film de Santiago Mitre, confirme son grand talent. Sa seule présence irradie l'écran. Des acteurs, fidèles du réalisateur, dans les rôles principaux sont éclatants de justesse. L'excellent Ricardo Darín, connu et reconnu, fait preuve avec ce film, si besoin était, qu'il peut tout jouer. Javier Cámara ne se départit pas d'une drôlerie bienvenue tout en restant, dans d'autres passages, d'une parfaite sobriété. Oriol Pla, dans le rôle du fils, est une belle révélation. Eduard Fernández et Javier Gutiérrez, dans de simples participations sont parfaits et complètent un excellent casting.

 

Un film coup de cœur, dont on ne sort pas indemne, mais qui restera, pour ma part, un très grand moment de cinéma.

 

Truman - Javier Camara et Ricardo Darin

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

Jacqueline Magne 14/07/2016 11:06

Vu et adoré. Les acteurs sont incroyables et le scénario particulièrement bien écrit et très proche d'une certaine réalité qui ne nous est pas inconnue. Bises

dasola 09/07/2016 22:21

Bonsoir Alain, je suis un peu moins enthousiaste que toi car j'avoue que je croyais aller voir une comédie où le chien était le personnage central. Le sujet est grave et bien traité juste comme il faut mais j'ai trouvé que le personnage de Javier Camara était trop en retrait par rapport à celui de Ricardo Darin. Il a manqué quelque chose pour que j'aime vraiment ce film mais je ne sais pas quoi. Bonne soirée.

Edmée De Xhavée 09/07/2016 08:28

Une fois de plus je me félicite de lire ton blog car j'avais vu l'affiche et n'y avais pas réagi. Mais comme je lis toujours soigneusement ce que tu écris... voici donc que je sais que je veux aussi voir ce film!

Merci et bon week end!

armelle 08/07/2016 10:22

Voilà encore une critique qui me met l'eau à la bouche, malgré la gravité du sujet. Mais il semble traité avec une infinie justesse et une sobre et belle interprétation. Bien sûr je note. J'avoue être bien peu gâtée, depuis un certain temps, par la distribution des films aux alentours de chez moi. Heureusement qu'il y a quelques intéressantes projections sur le petit écran.

roijoyeux 08/07/2016 10:11

Un coup de coeur futur pour moi !

Chris 08/07/2016 07:55

Nous avons beaucoup aimé. Sujet douloureux mais tellement bien fait. Les acteurs sont magnifiques et le passage avec le fils particulièrement sobre et touchant.

Michel Zorba 07/07/2016 18:37

J'ai été bluffé par les deux principaux comédiens. Du grand art. Pas de pathos comme tu le dis mais tout juste, bien écrit et souvent savoureux dans les dialogues. J'y suis allé à reculons mais suis sorti optimiste, un comble avec un sujet pareil. @+

Jacqueline Magne 07/07/2016 12:43

Bonjour Alain. J'y vais ce soir. Ton article et ta critique me tentent beaucoup. Bises

Josh 07/07/2016 08:09

J'ai trouvé l'ensemble exceptionnel. Les deux acteurs sont remarquables.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.