Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 09:49

 

Date de sortie 6 juillet 2016

 

Viva

 


Réalisé par Paddy Breathnach


Avec Héctor Medina, Jorge Perugorria, Luis Alberto Garcia,

Luis Manuel Alvarez, Renata Maikel Machin Blanco, Mark O'Halloran


Genre Drame


Production Irlandaise, Cubaine

 

Synopsis

 

Jesus (Héctor Medina Valdés), un jeune Cubain perdu de dix-huit ans, peine à trouver sa véritable identité.

 

Peu sûr de lui ou de son futur, il travaille dans un club local de drag queens de la Havane géré par Mama (Luis Alberto García).

 

Jesús rêve de devenir un artiste tout en gagnant sa vie en se prostituant. Chez lui, il se réconforte en écoutant les disques que sa mère et sa grand-mère lui ont laissés (des disques de chansons tristes ou de d’amour, des grands noms de la musique latine) ou en regardant les boxeurs d’à côté s’entrainer.

 

Alors qu’il a enfin l’opportunité de passer une audition et de se produire sur scène, son père Angel (Jorge Perugorría), ancien boxeur célèbre, libéré d’une sentence de prison de 15 ans pour avoir tué quelqu’un dans une bagarre, réapparait soudain pendant un de ses spectacles et le frappe au visage.

 

Son père s’installe ensuite dans la maison où habite Jesús depuis la mort de sa mère, et lui interdit de remonter sur scène – s’accaparant ainsi chaque partie de la vie que Jesús avait réussi à se construire.

 

Viva

Paddy Breathnach se distingue par une filmographie très éclectique ; l’Irlandais s’est en effet essayé au drame avec Ailsa, son premier long-métrage réalisé en 1994, à la comédie avec Coup de Peigne en 2001 et au film d’horreur avec Shrooms en 2007. Mais il s’est surtout fait connaître du grand public au Festival de Cannes en 1997 où Irish Crime, polar noir avec Brendan Gleeson, avait été présenté en avant-première, avant de glaner quatre récompenses internationales.

 

VivaCadre spatial du film, La Havane est représentée comme un personnage à part entière. Ainsi, lorsqu'il s'est rendu dans la ville, Paddy Breathnach a noté qu'elle est composée de deux parties, la première, belle et rénovée, est surtout réservée aux touristes.

 

La seconde est davantage authentique. C'est dans cette dernière qu'il a souhaité filmer l'action de son film.

 

 

Paddy Breathnach avoue avoir été nerveux avant le tournage parce que l'espagnol n'est pas une langue avec laquelle il se sent à l'aise. "J’ai compris assez vite que si vous avez quelque chose à dire et que vous en avez une idée claire, vous pouvez surmonter les barrières de la langue. En vous expliquant avec votre détermination et votre personnalité, les acteurs comprennent vos intentions et ce que vous voulez faire", explique le metteur en scène.

 

Le réalisateur voulait dans son film montrer la prostitution telle qu'elle existe à Cuba, à savoir comme une dernière chance de survie. Le cinéaste développe : "Beaucoup de gens sont contraints de faire des choses qu’ils ne feraient pas en temps normal. Des gens, qui d’ordinaire ne se tourneraient pas vers la prostitution, y sont conduits parce que la vie est dure, qu’il est très difficile de subvenir à ses besoins et que c’est parfois la seule solution."

 

Paddy Breathnach et son scénariste Mark O’Halloran ont cherché à explorer le thème de la transformation et à montrer comment l’usage d’artifices permet de créer une alchimie qui révèle des vérités profondes. Le premier développe :


Viva"Au coeur du film, il y a l’affrontement entre un fils et son père sur la question de son identité et de l’amour filial.

La collection de vinyles de la mère de Jesus, faite de voix romantiques et plaintives, joue presque le rôle d’un individu à part entière qui pousse les personnages masculins à se révéler à eux-mêmes.

 

Je voulais raconter une histoire où le spectateur trouve la lumière au milieu de l’obscurité et où ce qui au début est perçu comme une faiblesse se révèle être une force."

 

Le réalisateur a eu envie de réaliser Viva après avoir vu plusieurs spectacles de drag-queens à La Havane. Le metteur en scène confie : "Au beau milieu de nulle part, un drap tendu au fond d’un jardin et une simple lampe suffisaient à créer un théâtre et un monde de rêves. Le pouvoir de la transformation et de la création était guidé par le désir d’exprimer son identité d’une voix brute, imperturbable. C’était enivrant. J’ai souhaité amener ce ton romantique, plein de vie, dans un univers cinématographique naturaliste. Lorsque j’ai découvert la grande richesse des acteurs cubains, cela m’a permis de pousser ce mélange d’émotions exubérantes, d’authenticité, d’esthétique et de naturalisme encore plus loin."

 

Le film a été tourné pour un budget réduit en 22 jours d'après Paddy Breathnach. L'équipe a donc opté pour réaliser le film dans la foule sans prévenir les gens se trouvant sur les lieux. "Nous n’avons pas essayé d’empêcher les gens de marcher ou de traverser la rue. Les passagers des bus sont de vrais passagers qui ne savaient pas que nous allions filmer", se rappelle le réalisateur.

 

Les chansons ne sont pas sous-titrées. Il s'agit d'une volonté de Paddy Breathnach qui pense que si le spectateur se concentre sur la lecture des paroles, il perd la force de ce qui est donné sur scène.

 

Sources : www.allocine.fr

 

Viva

 

Mon opinion

 

Le réalisateur irlandais filme les quartiers défavorisés de La Havane, et la vie quotidienne de ses habitants avec une belle élégance. L'opposition avec les endroits plus avenants réservés aux étrangers, dans de très brefs passages, n'en seront que plus violents.

 

"Beaucoup de gens sont contraints de faire des choses qu’ils ne feraient pas en temps normal. Des gens, qui d’ordinaire ne se tourneraient pas vers la prostitution, y sont conduits parce que la vie est dure, qu’il est très difficile de subvenir à ses besoins et que c’est parfois la seule solution." A déclaré le réalisateur.

 

Dans un triste cabaret pour transformistes, les querelles et les rivalités sont nombreuses. Au milieu de d'un océan de tristesse et d'une grande solitude, les vieilles chansons d'amour résonnent comme autant de cris de détresse. L'attention et l'entraide n'en sont pas mois absentes. Le principal protagoniste y trouvera une famille.

 

La grande réussite du film repose essentiellement sur l'excellente interprétation du jeune Héctor Medina dans le rôle de Jesús, qui se battra pour atteindre son but, devenir Viva. Il est à la fois d'un naturel déconcertant, d'une innocence touchante, d'une profonde sensibilité et d'une indiscutable volonté. D'un incroyable charisme, aussi. Son seul regard bouleverse.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

Michel Zorba 16/07/2016 11:43

Slt Alain. Je vais y aller, il passe encore à des heures impossibles, mais bon je suis tenté @+

Josh 14/07/2016 20:45

je l'ai vu et comme toi impressionné par le jeune acteur.

Jacqueline Magne 14/07/2016 11:04

Bonjour Alain, il me semble qu'il passe au Royal. Je vais y aller ta critique m'y encourage. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.