Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 23:00

 

Date de sortie 5 septembre 2012

 

Cherchez-Hortense---Affiche.jpg


Réalisé par Pascal Bonitzer


Avec Jean-Pierre Bacri, Kristin Scott Thomas, Isabelle Carré,

Marin Orcand Tourres, Claude Rich, Arthur Igual, Stanislas Stanic,

Jackie Berroyer, Masahiro Kashiwagi

 
Genre Divers


Production Française


Cherchez Hortense a été sélectionné à la la Mostra de Venise 2012

parmi les longs métrages présentés hors compétition.

 

Cherchez-Hortense---Jean-Pierre-Bacri-et-Kristin-Scott-Thom.jpg

 

Jean-Pierre Bacri et Kristin Scott Thomas

 

Synopsis

 

Damien (Jean-Pierre Bacri), professeur de civilisation chinoise, vit avec sa femme, Iva (Kristin Scott Thomas), metteur en scène de théâtre, et leur fils Noé (Marin Orcand Tourres).

 

Leur histoire d’amour s’est enlisée dans une routine empreinte de lassitude. Pour éviter à une certaine Zorica d’être expulsée, Damien se trouve un jour piégé par Iva, qui le somme de demander l’aide de son père (Claude Rich), conseiller d’Etat, avec lequel il entretient une relation plus que distante.

 

Cette mission hasardeuse plonge Damien dans une spirale qui va bouleverser sa vie…

 

"Quelqu’un va peut être avoir un problème parce que j’ai pas parlé à quelqu’un de quelque chose dont j’aurais dû lui parler et maintenant je dois le dire à ce quelqu’un et je ne sais pas comment "

 

Damien est un intellectuel. Le réalisateur avoue : "Je sais, c’est très mal vu, mais que voulez-vous, on ne se refait pas. Parce que je parle toujours un petit peu de moi dans mes films, même si ce ne sont pas des films autobiographiques, non que je me trouve particulièrement intéressant, mais c’est un moyen d’acquérir une certaine sincérité, une authenticité, une vérité psychologique."


"Si on dépeint un professionnel du langage, il faut qu’il s’empêtre à un certain moment dans le langage, c’est même en ce sens qu’il peut être intéressant, amusant, de dépeindre ce type de personnage, non ?" rajoute  Pascal Bonitzer.

 

Cherchez-Hortense----Isabelle-Carre-et-Jean-Pierre-Bacri.jpg  

 

Isabelle Carré et Jean-Pierre Bacri

 

Le ton de la comédie est naturel au réalisateur. Il a besoin d’une certaine légèreté, même pour parler de choses graves… 
Pascal Bonitzer voulait une mise en scène fluide. Une comédie exige une mise en scène qui ne soit pas ostentatoire, il fallait que ce soit rapide. C’était la première fois qu'il travaillait avec Romain Winding, dont il admire depuis longtemps le travail, l’élégance et la beauté de l’image, et la première fois aussi qu'il travaillait en numérique, en l’occurrence avec l’Alexa, que Romain Winding connaît et maîtrise très bien. Le réalisateur ajoute : "J’ai encore des doutes sur l’image numérique, même si tout le monde s’y met et s’il n’y aura bientôt plus de 35. Mais ça permet de travailler tellement plus vite, et puis au final, l’image est belle."

 
Après avoir collaboré avec Alexeï Aïgui pour deux autres de ses films, Je pense à vous réalisé en 2006 et Le Grand alibi en 2008, Pascal Bonitzer a retrouvé le compositeur russe pour lui confier la bande originale de Cherchez Hortense.

 

Damien est quelqu’un dont la vie se défait, mais à partir d’un certain point d’effondrement il est décidé à rattraper les choses, à se ressaisir, le réalisateur précise qu'il fallait marquer musicalement ces deux moments, ces deux mouvements et surtout le second, quand il trouve enfin, un peu tard, du courage… Jean-Pierre Bacri est un acteur extraordinaire, avec une palette très subtile, il peut être extrêmement drôle mais il a quelque chose de sombre en lui, et l’avoir choisi lui plutôt qu’un autre pour incarner Damien pouvait accentuer le côté sombre du film; Pascal Bonitzer souhaitait que la musique, en contrepoint, ait un caractère entraînant. Alexeï Aguï avec qui je travaille depuis plusieurs films est un grand compositeur. J’ai très peu besoin de parler avec lui, surtout qu’il est rarement là, entre la Drôme où il réside quand il est en France et la Russie où il passe la moitié de l’année… Il saisit tout de suite les enjeux.

 

L’histoire s’inspire en partie d’une histoire vraie qu’a rapportée Agnès de Sacy, la coscénariste du film. À savoir, l’histoire de quelqu’un qui, à la suite d’un divorce, se retrouvait privé de sa carte de séjour et dont un coup de téléphone donné à quelqu’un grâce à quelqu’un etc. pouvait modifier le sort. Le film raconte à sa façon, la question des sans-papiers, plus largement des contrôles d’identité. Dans les années que nous venons de passer, au-delà des contrôles basés sur le faciès, on pouvait se retrouver devoir prouver que ses arrière-grands-parents étaient bien nés sur le sol français. "C’est quelque chose qui me concerne, mes racines sont cosmopolites. Et donc l’identité, celle qu’on croit avoir et celle qui peut être questionnée par les autorités, est une question qui me préoccupe profondément. L’identité dans le film est d’ailleurs une question multiforme, elle est posée aussi au niveau sexuel : qu’est-ce que ça veut dire, pas seulement être français, être étranger, mais aussi bien être homosexuel, être hétérosexuel, sachant que cette façon de cataloguer, ou de s’auto-cataloguer, est finalement assez récente…" précise Pascal Bonitzer.


 Cherchez-Hortense----Isabelle-Carre-et-Jean-Pierr-copie-1.jpg


Isabelle Carré et Jean-Pierre Bacri

 

Le réalisateur reconnait avoir un gros défaut. Il écrit très vite les scènes, mais pour ce qui est de la structure générale du récit, il a parfois tendance à partir dans tous les sens, au point que souvent il se perd complètement. Il a trouvé en Agnès de Sacy une scénariste pas seulement solide, mais profonde, qui ne lâche pas quand des fils de la narration restent épars. Pascal Bonitzer connait Agnès de Sacy depuis longtemps puisqu’elle était étudiante à la Fémis quand il dirigeait le département scénario.  

 

L’engagement, un autre thème du film.  C’est peut-être beaucoup dire, mais Damien est saisi d’une mission, comme dans beaucoup de films, c’est un embrayeur classique de fiction. Cette mission, a priori, est très peu engageante. Il est demandé au héros de faire preuve d’un courage minuscule : demander à son papa conseiller d’État de passer un coup de fil à un personnage important… Et il n’y arrive pas. Alors la tâche, compliquée par cette première lâcheté et par les mensonges afférents qui l’aggravent, devient de plus en plus difficile, jusqu’au moment où l’aveu de cette lâcheté le met au pied du mur…

 

Telle est, en gros, l’histoire et le ressort de cette comédie.

 

Le thème est celui d’un roman de Raymond Queneau.
Pour
Pascal Bonitzer, Odile est une des sources du scénario. Odile a été un élément structurant pour le réalisateur. C’est un roman qui a des vertus comiques, comme tous les romans de Raymond Queneau, mais c’est aussi un magnifique roman d’amour et d’apprentissage. Le monologue de Damien, vers la fin du film, quand sous le coup de la fièvre il parle à Aurore de son voyage en Chine, est une transposition extrêmement libre, et j’espère imperceptible, d’un passage d’Odile.

 

On retrouve aussi le trio d’amis, passionnés de mathématiques chez Queneau, férus d’échecs dans Cherchez Hortense. S’ils jouent aux échecs c’est parce que la vie ressemble à une partie d’échecs. Un jeu d’échecs est un labyrinthe de coups. Le personnage que joue Jackie Berroyer est l’un des éléments du labyrinthe, en l’occurrence sentimental, dans lequel se trouve Damien.

 

Il est aussi question d’un roman de Vladimir Nabokov, Pnine
C’est l’autre élément d’exotisme dans le film : le côté est-européen. Zorica est serbe. Iva interprétée
 par Kristin Scott Thomasv veut adapter au théâtre une nouvelle de Tchékhov, et dans mon esprit le personnage de Lobatch, joué par Jackie Berroyer, a quelque chose d’un peu dostoïevskien. Lobatch est l’apocope d’un nom russe, Lobatchevski. précise le réalisateur

La Chine et le Japon dans le film. Il y a une part d’arbitraire :  Pascal Bonitzer avait envie d’introduire cet élément exotique, qui colore notre atmosphère, "L'Asie puissance émergente, montante, bientôt dominante..." Et puis, grâce à Agnès de Sacy, le scénariste/réalisateur doit à au père de sa coscénariste les éléments qui font de Damien un spécialiste de la mentalité asiatique des affaires, notamment cet article auquel il est fait allusion plusieurs fois dans le film, qui porte sur le rôle et le sens des sourires. Cet article existe, il est remarquable, on s’en est servi.

 

Cherchez-Hortense---Claude-Rich-et-Jean-Pierre-Bacri.jpg

 

Claude Rich et Jean-Pierre Bacri

 

La psychanalyse intéresse le réalisateur. À ce titre peut-on qualifier son film d’oedipien ?
L’incompréhension entre père et fils, incompréhension poussée jusqu’au ressentiment, est un des thèmes du film. Il y a deux relations père-fils d’ailleurs puisque Damien est à la fois fils et père, fils par rapport à Sébastien, son père joué par Claude Rich et père par rapport à Noé dont le rôle est tenu par le jeune Marin Orcand Tourres. On peut trouver freudien tout récit où quelqu’un a des difficultés à affronter son père ou son fils… "Mais je ne pense pas en termes de psychanalyse. J’essaie que ce soit surtout drôle, et j’espère que ça l’est." précise Pascal Bonitzer.


Pour sa nouvelle comédie, Pascal Bonitzer a opté pour un casting de taille en réunissant l'actrice franco-britannique Kristin Scott Thomas avec Jean-Pierre Bacri et Isabelle Carré.


Le film s’est monté et tourné assez vite, malgré le refus de la plupart des chaînes de s’y intéresser. Un casting idéal, composé de grands acteurs, prouve que ce n’est pas le principal critère.

 

Cherchez-Hortense---Claude-Rich-et-Jean-Pierre-Bac-copie-1.jpg

 

Claude Rich et Jean-Pierre Bacri

 

Il y a des gens qui pensent déjà aux acteurs en écrivant leur scénario. Pascal Bonitzer n'est pas de ceux là. Il n'a pas pensé d’emblée à Jean-Pierre Bacri, qui a eu un coup de foudre pour le personnage et pour le scénario, et qui a si bien saisi le personnage, et s’en est emparé avec force, enthousiasme, drôlerie et subtilité. Ça été une vraie rencontre, qui se prolonge en amité. Par contre le réalisateur a pensé assez vite à Kristin Scott Thomas, avec qui il avait déjà tourné Petites coupures, et à Isabelle Carré, qu'il a tant admirée dans beaucoup de films, notamment dans celui où elle forme un couple avec Jean-Pierre Bacri, Les sentiments de Noémie Lvovsky. Ce n’est pas seulement l’actrice virtuose que l’on sait, elle dégage une forme d’innocence très rare, très précieuse. On peut trouver étonnant le choix d’Isabelle Carré pour incarner Aurore…

 

Cherchez-Hortense---Isabelle-Carre-et-Jean-Pierre-Bacri.jpg

 

Isabelle Carré et Jean Pierre Bacri

 

C’est tout à fait délibéré reconnait Pascal Bonitzer. "Je voulais dire à travers elle que les minorités ne sont pas forcément visibles, pour utiliser un terme qui récemment a été suremployé. Il y a aussi les minorités invisibles, dont la hantise est de devenir visibles, et dès lors accusées. Je dois dire qu’Isabelle a fait un travail incroyable, elle a appris le serbe avec une coach et dans la scène de la vaisselle, elle improvisait, elle ne pouvait plus s’arrêter. Son partenaire, Stanislas Stanic, qui est d’origine croate et qui est bilingue, était bluffé, tout le monde l’était. J’ai dû couper dans la scène, pour des raisons de longueur, mais j’avais envie de tout garder."

 

Kristin Scott Thomas Cherchez Hortense - Kristin Scott Thomas

   

Filmographie de Kristin Scott Thomas ... Cliquez ICI !

 

Saïd Ben Saïd avait déjà assuré la production du film de Pascal Bonitzer, Le Grand alibi. Il le retrouve ici pour produire Cherchez Hortense


Mais une première dans une structure autonome : pour le film précédent, Saïd Ben Saïd était encore dans le giron d’UGC.  

 

"Il a pris beaucoup de risques en décidant de faire le film quand même, alors que nous n’avions aucune chaîne hertzienne, ni, pour la première fois, Canal +. Seulement l’enthousiasme de Jean Labadie, Le Pacte, le distributeur, pour le scénario. Et Orange. On n’a eu l’aide de la région Ile-de-France et de l’avance sur recettes qu’à quelques jours du tournage. Ce n’est pas un film cher, malgré le casting, mais il a fallu à Saïd Ben Saïd beaucoup de courage et de ténacité : sans la région et sans l’avance, le financement était plus qu’hasardeux."

 


 

Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.passioncinema.ch

http://www.imdb.fr

http://www.unifrance.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

Nunca mas 07/09/2012 10:21


je suis tombée sur votre blog par hasard, cherchant des infos sur "Cherchez Hortense" que j'ai vu hier soir.
Bravo pour votre blog !


j'ai vu et aimé tous les films dont vous parlez 

Ciné Alain 11/09/2012 07:29



Merci pour votre visite et ce sympathique commentaire. Bonne journée. À bientôt.
Alain 


 



johane 06/09/2012 19:22


je l'ai vu. compte tenu de ta passion pour les acteurs j'attendrai ta critique avant de te donner la mienne

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.