Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 18:20


Date de sortie 26 août 2015

 

Dheepan


Réalisé par Jacques Audiard


Avec Antonythasan Jesuthasan, Kalieaswari Srinivasan, Claudine Vinasithamby,

Vincent Rottiers, Marc Zinga, Franck Falise, Tarik Lamli


Genre Drame

 

Production Française

 

Festival de Cannes 2015

 

C'est la première fois que Jacques Audiard remporte la Palme d'Or pour un de ses films et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette récompense fut une grande surprise. Certes, le réalisateur est un habitué de la compétition cannoise puisqu'il y a remporté le Grand Prix du Jury en 2009 pour Un Prophète. Néanmoins, l'accueil de la presse fut dans l'ensemble assez mitigé et les pronostics misaient plutôt sur un autre film. À vrai dire, peu de personnes s'attendaient à ce que le long métrage soit présent au palmarès et encore moins qu'il remporte la récompense suprême.

 

 

Au final, la victoire de Dheepan est une énorme surprise et vient grossir le rang des Palmes d'Or françaises de ces dernières années après le sacre de Laurent Cantet pour Entre les murs en 2008 et Abdellatif Kechiche avec La Vie d'Adèle en 2013.

Sources : allocine.fr

 

Dheepan

 

Synopsis

 

Dheepan (Antonythasan Jesuthasan) est un combattant de l'indépendance tamoule, un Tigre.

 

La guerre civile touche à sa fin au Sri Lanka, la défaite est proche, Dheepan décide de fuir. Il emmène avec lui une femme, Yalini (Kalieaswari Srinivasan) et une petite fille Illayaal (Claudine Vinasithamby) qu'il ne connaît pas, espérant ainsi obtenir plus facilement l'asile politique en Europe.

 

Arrivée à Paris, cette "famille" vivote d'un foyer d'accueil à l'autre, jusqu'à ce que Dheepan obtienne un emploi de gardien d'immeuble en banlieue. Dheepan espère y bâtir une nouvelle vie et construire un véritable foyer pour sa fausse femme et sa fausse fille.

 

Bientôt cependant, la violence quotidienne de la cité fait ressurgir les blessures encore ouvertes de la guerre. Le soldat Dheepan va devoir renouer avec ses instincts guerriers pour protéger ce qu'il espérait voir devenir sa "vraie" famille.

 

Dheepan -  Antonythasan Jesuthasan

 

Antonythasan Jesuthasan

© Paul Arnaud - Why Not Productions

Entretien avec Jacques Audiard et Thomas Bidegain

 

D’où vient ce personnage de Dheepan ?


Jacques Audiard : C'est Noé Debré qui un jour est venu nous voir avec cette idée d'étrangers très étrangers, cette idée de personnages Tamouls fuyant le conflit Sri Lankais.


Thomas Bidegain : Une communauté pour laquelle il n'existe pas de représentation de la violence.


Jacques Audiard : Pas de représentation cinématographique du tout ! Que savions nous du conflit tamoul ? Noé nous a présenté un documentaire de la BBC, "No Fire Zone", qui est d’ailleurs d’une violence parfois à la limite du soutenable mais qui racontait cette particularité du conflit : les forces gouvernementales négociaient des "No Fire Zones", dans lesquelles les populations tamoules se réfugiaient. Puis cette zone était bombardée et les poches de résistance se sont ainsi réduites jusqu'à ce que les tamouls se retrouvent les pieds dans l'eau.

 

Le film s’appelle Dheepan, mais le personnage principal est tout autant la famille qu’il forme lui-même avec cette fausse femme et cette fausse fille. Aviez-vous conscience que celles-ci prendraient autant de place au final ?


Thomas Bidegain : Comme pour De Rouille et d'Os et Un Prophète, le sujet du film –l'objectif primaire des personnages– est inscrit, presque de manière inconsciente, dans la première séquence.


Jacques Audiard : Oui bien sûr, mais il n'est pas perçu comme un objectif lorsqu'il est exposé. On découvre une fausse famille, l'objectif, qui serait en devenir une vraie, est sous-jacent.

Thomas Bidegain : Tout comme dans De Rouille et d'Os… Devenir un père est un objectif primaire désigné en creux dès la première séquence.


Jacques Audiard : Je crois qu'au tout début du projet nous n'étions pas du tout conscient de cet objectif : former un couple, une famille. C'est pourtant quelque chose qui m'est apparu très clairement en cours de route et que le tournage n'a cessé de renforcer. Ce sont des personnages qui ne s'aiment pas. Et qui ne s'aiment pas sur une base très claire : lui était guerrier et elle était civile. Le guerrier révolté a le plus grand mépris pour la civile.
Parfois, je me dis que Dheepan est vraiment une comédie de remariage. Il y a un thème au fond du fond du film qui est un thème typiquement de comédie : on a besoin d'être une famille, un couple, dans un but utilitaire, pour rentrer dans une société, et à la fin on se prend sauvagement sur le canapé.

Thomas Bidegain : Je me souviens pourtant de débats sur la nécessité de ce prologue. Le film aurait pu s'ouvrir directement sur un vendeur à la sauvette.


Jacques Audiard : Il y a eu des versions de montage du début du film extrêmement cursives, où la recherche de l'enfant n'était pas montrée, où l'on ne découvrait que le résultat, mais ce n'était jamais satisfaisant. Il fallait avoir la patience de désigner la fausseté, le mensonge, tout ce qui allait devenir le sujet.

 

Dheepan - Antonythasan Jesuthasan, Claudine Vinasithamby

 

Claudine Vinasithamby et Antonythasan Jesuthasan

 Paul Arnaud - Why Not Productions

Yalini apporte à Dheepan ce qu’il avait perdu : avoir un but dans sa vie. À partir du moment où il tombe amoureux d’elle, l’objectif de cette femme devient le sien. L’épilogue a fait couler beaucoup d’encre, mais n’était-ce pas précisément cette idée qu’il souligne, la victoire de Yalini sur Dheepan ?

Thomas Bidegain : Oui, il nous a toujours semblé que c'était un des rares objectifs personnels clairement désigné dans le scénario : elle veut aller à Londres. C'est son seul objectif. Aller un jour en Angleterre parce qu'elle a une cousine là-bas. D'ailleurs si sa cousine vivait au Danemark, l'épilogue se situerait à Copenhague sans que cela soit un commentaire sur le modèle d'intégration danois.


Jacques Audiard : Ce qu'il y a d'intéressant pour nous là dedans, c'est qu'en allant en Angleterre, Dheepan qui a jusqu'à présent imposé son désir aux autres, va s'abandonner dans le désir de la femme. Il se soumet et ça c'était une chose intéressante. C'est finalement très doux.

Thomas Bidegain : On pourrait pratiquement dire que Dheepan est l'histoire d'une femme qui veut aller en Angleterre.


Jacques Audiard : Le film est en tout cas assez proche de l'ambition initiale, reptilienne, du projet qui était celle d'un immense chemin parcouru entre la première et la dernière image. Et qu'est-ce qui va faire que ces personnages vont pouvoir parcourir cette chose là extérieurement comme intérieurement.

Thomas Bidegain : La mécanique scénaristique était aussi bien plus légère que sur tes deux précédents films…


Jacques Audiard : Là il n'y avait pas de mécanique. Il ne fallait pas s'étonner de retrouver au montage les caractéristiques de ce qu'à été l'écriture du projet. On peut toujours trouver des problèmes au montage, moi je n'appellerais pas ça des "problèmes" mais plutôt des caractéristiques d'un certain type de matériel. Ici le tournage a été très évolutif. C'était nécessaire et je ne voulais pas mettre les comédiens dans des dispositifs trop serrés. Des choses arrivaient que j'inventais le matin pour l'après midi. Tu dis que le film est personnel. S'il est personnel, c'est à la hauteur du risque, de la peur, que j'ai eu très régulièrement pendant le tournage. Un mélange de peur et d'exaltation.

 

Dheepan


Quel a été l’apport des comédiens et de leur vécu sur cette histoire ?

Thomas Bidegain : Tout au long de l'écriture j'ai le souvenir que nous évoquions l'arrivée des comédiens comme une inconnue qui allait de toute façon bousculer le scénario.


Jacques Audiard : J'ai hésité à faire le film, sur la simple foi du scénario. Ce n'était pas un reniement mais je m'interrogeais. Le matériau scénaristique était-il suffisamment renouvelé ? Est-ce que c'était simplement un film de "vigilante" ? Je trouvais aussi que pour des raisons de thèmes et de milieu, il pouvait y avoir quelques ressemblances avec Un Prophète. Je me suis interrogé pendant un certain temps mais ce qui a été pour moi décisif, ça a été de voir les comédiens. Avec eux je retrouvais ce qui était à l’origine même du projet : faire un film de genre avec des acteurs complètement étrangers, et que cette altérité entre dans le genre. Cette espèce d’altérité que nous cherchions pour le film, je la retrouvais assez naturellement avec eux. J'ai eu de longs moments d'immersion avec les trois comédiens. C'était assez singulier. Peu à peu la Coudraie devenait réellement une terre étrangère. Et puis, le film ne pouvait pas s'articuler trop sur la fiction, la chose la plus importante était l'intériorisation de tout ça par les personnages. Leur évolution de l'intérieur et les uns vis à vis des autres. C'était primordial.


Thomas Bidegain : Je crois que c'est le jeu remarquable de Shoba qui maintient cette tension, et par là l'unité formelle du film. Quelque chose gronde en lui d'un bout à l'autre.

Jacques Audiard : Si c'est ça, tant mieux et je pense que c'est quelque chose que Shoba a appris en cours de route. Au départ, il n'est pas acteur, on ne parle pas la même langue, et il était un peu lui même. Ce qu'il m'avait montré aux essais. Ce qui d'ailleurs me l'avait fait choisir : une espèce de charme, de nonchalance, dans un corps meurtri. Mais je me suis rapidement aperçu qu'il fallait absolument qu'il trouve autre chose, que le personnage ce n'était pas lui, c'était Dheepan. A moi donc à ce moment là de lui faire comprendre qui était Dheepan, quelqu'un qui se tient différemment, qui regarde différemment, quelqu'un de plus posé.


Thomas Bidegain : Un héros avec une silhouette.

Jacques Audiard : Ce que je voulais c'est qu'il puisse pousser une poubelle comme un guerrier. Pas comme un gardien.


Thomas Bidegain : Kalie, elle, était déjà comédienne.

Jacques Audiard : Elle n'avait jamais fait de film, mais elle vient du théâtre et travaille dans une troupe de Chennaï. Assez régulièrement, elle venait me trouver pour me demander où en était le personnage à ce moment là du film. Des questions que ne posait jamais Shoba. Avec lui je travaillais scène à scène sur ses mouvements, ses positions. Avec Kali, on était dans un questionnement de comédienne, elle était une force de proposition et se révélait très différente selon la conscience qu'elle avait de la scène.
D'une scène à l'autre, même physiquement, elle n'était pas la même personne. Il y a des scènes difficiles à faire. Quand elle regarde la télé en silence avec Brahim, il règne une espèce d'émotion sexuelle et ça elle l'amenait avec beaucoup de simplicité, elle l’intègre très naturellement dans son jeu. Elle est fine et c'est une séductrice mais je l'ai aussi beaucoup choisi pour sa voix. Elle a une voix formidable.


Thomas Bidegain : Il est fascinant de voir comment dans le cours du film, elle passe d'objet à sujet.

Jacques Audiard : Absolument. Et lui aussi.


Claudine, elle n'avait jamais joué, n'est-ce pas ?

 

Jacques Audiard : Alors elle, elle est un peu surdouée. Surdouée en tout je crois. Quand je pense qu'elle avait neuf ans lors du tournage, je n'en revenais pas. Elle est vraiment très fine. Très intelligente. Au bout d'un moment j'en venais à me demander : elle a fait combien de films ? Et puis elle servait aussi souvent d'interprète, avec un tamoul tout à fait précieux. Très choisi.

 

Dheepan

La référence aux Lettres Persanes vous semble toujours d'actualité ?

 

Jacques Audiard : C'était surtout une espèce de slogan. Un "post-it" apposé sur le projet au tout début du travail, une direction. Ensuite sur la question de l'altérité, on peut dire que le film est entièrement dans des points de vue. On est toujours dans leurs regards, leurs regards sur une réalité qui n'est pas la leur, qu'ils ne connaissent pas et dans laquelle ils pourraient entrer s'ils possédaient la langue mais ils ne la possèdent pas.

Thomas Bidegain : La petite fille les précède dans l'apprentissage de la langue.

 

Jacques Audiard : Elle a un rôle moteur dans le développement de la famille. C'est elle qui relie ses faux parents l'un à l'autre. Elle est la première à aller vers ce faux père. Elle établit ensuite ce curieux arrangement avec sa fausse mère : tu ne veux pas être ma fausse mère, soit au moins ma fausse soeur, ça ira déjà mieux.

Thomas Bidegain : Elle sert de lien au début, elle réunie les forces en présence puis doit s'effacer pour laisser de la place à ce qui va devenir une histoire d'amour. Dans le scénario, l'histoire d'amour était moins claire qu'elle n'est dans le film. Il y avait un désir naissant, un rapprochement, mais ce n'était pas le moteur du récit.

 

Jacques Audiard : C'est pourtant ce qui m'a décidé à me lancer dans l'aventure. C'était quelque chose qu'il fallait développer au tournage. C'est la première fois qu'on s'est dit qu'il manquait quelque chose au scénario, que le film ne serait valide que s'il s'accroissait au tournage. Et c'est ce qui s'est passé autour de l'histoire d'amour.

 

Les acteurs avaient lu le scénario, mais avaient-ils conscience qu'il leur incomberait de venir combler ces manques ?


Jacques Audiard : Shoba et Kalie ont tout à fait bien compris dans quel sens allait évoluer le film. Et ce qui a été pour moi assez important c'était de voir à quel point les scènes entre Vincent Rottiers et Kalie étaient érotiquement chargées. J'étais très intéressé dans le film par ces relais de désir. Tout à coup, là naissait quelque chose qui allait éclairer le récit. Il y avait quelque chose de plus incarné sensuellement.

Et l'idée de Vincent Rottiers pour jouer le personnage de Brahim justement, à quel moment est-elle intervenue ?

Thomas Bidegain : Le personnage dans le scénario était décrit comme un grand black athlétique.


Jacques Audiard : Oui, ou arabe, il y avait là-dedans quelque chose de très attendu. Et puis surtout, Vincent Rottiers est quelqu'un qui m'intéressait depuis longtemps. Un jour j'ai décidé que c'était lui et c'est un peu comme quand sur Un Prophète on a décidé que Niels Arestrup allait interpréter le chef corse. Ce n'était pas désigné à priori. J'aimais pour Brahim l'idée que le personnage ne soit pas une brute épaisse mais quelqu'un d'assez enfantin, assez juvénile.

Thomas Bidegain : Dans le film, Brahim évoque son oncle, son père. L'idée d'une lignée, d'une dynastie, qui n'était pas dans le scénario.


Jacques Audiard: C'est en les voyant, sur le tournage, que m'est venue l'idée. L'idée d'improbables mélanges, de désigner la filiation de ce garçon blond aux yeux d'opaline qui s'appelle Brahim.


Thomas Bidegain : Comme le personnage de Matthias dans De Rouille et d'Os qui s'appelait Ali.

Jacques Audiard : Cela vient aussi de la visite des foyers, lors des repérages. J'y ai rencontré des familles musulmanes dans lesquelles on voyait des blonds aux joues roses avec des yeux transparents. Les stéréotypes en prennent un coup. L'idée de Vincent Rottiers vient vraisemblablement de là.

 

Le tournage à la Coudraie a-t-il eu, au même titre que la découverte des comédiens, une influence sur le film ?


Jacques Audiard : Ce que l'on a longtemps cherché pour la cité c'était un dispositif scénographique particulier. Cette scénographie était très impérative dans le scénario, nécessaire à la confrontation, à l'idée de la "No Fire Zone". Mais les cités ainsi distribuées n'existent plus. Elles ont été pour la plus part démolies. Nous avons trouvé la Coudraie, à Poissy. Ce paysage en voie de désertification, mais surtout la collaboration des habitants ont sans doute été actifs sur ce qu'est devenu le film. Mais ça reste un décor. Un décor très frontal, et pas une sociologie. Sinon on s'y serait pris autrement.
 

Et le fait d'avoir changé un grand nombre de personnes de l'équipe ?


Jacques Audiard : Le cinéma, ça sert quand même à expérimenter des choses. A vivre des rapports différents avec les gens. Et le fait d'avoir changé pas mal de monde sur le plateau m'a fait penser que j'avais raison sur certains points et pas forcément sur d'autres. Mais ce qui est agréable c'est de m'être dit un jour que sur ce film là, puisque je rentre dans un domaine complètement étranger, autant que nous soyons tous étrangers.

 

Dheepan - Palme d'or Cannes 2015

 

Cannes 2015

Jacques Audiard, entouré de ses interprètes.

Mon opinion

 

Le principal protagoniste, Anthonythasan Jesuthasan est le premier point fort de ce film. Un homme qui, entre ses seize et dix-neuf ans fut enrôlé par les Tigres de la Libération. Réfugié politique par la suite, il est aujourd'hui écrivain. Une autre façon de raconter ses souvenirs, pendant son engagement et de rappeler ce lointain et douloureux conflit au Sri Lanka.

 

Un interprète idéal à la fois fascinant, inquiétant, émouvant, doux et violent. "Une espèce de charme, de nonchalance, dans un corps meurtri" déclarera le réalisateur.

 

À ses côtés, Kalieaswari Srinivasan tiendra le rôle d'une prétendue épouse. L'énergie du désespoir lui offrira quelques belles scènes dans lesquelles l'actrice se montre particulièrement convaincante. Avec son éclatante beauté et toute la fraîcheur de son jeune âge, Claudine Vinasithamby apporte une touche de douceur et d'émotion.

 

Noé Debré, à l'origine de ce projet participe à l'écriture du scénario avec Jacques Audiard et Thomas Bidegain. Le film oscille sans cesse entre polar et cruelle actualité sociale. La musique de Nicolas Jaar, élément majeur du film, est une parfaite réussite.

 

Dès le début du film, entre la préparation d'un bucher et le passage dans les camps de réfugiés, le spectateur se trouve pris dans une atmosphère oppressante et d'une grande férocité. Impossible de rester insensible devant tant de cruautés. Impatience, aussi, de savoir où nous mènera cette pseudo famille, au moment même où notre actualité témoigne de la détresse de tous ces réfugiés.

 

Dans la deuxième partie du film le scénario devient plus alambiqué et multiplie les récits sans véritablement en développer un seul. L'ensemble devient confus. Dommage. La banlieue et ses barres d'immeubles apparaissent, une fois encore, comme autant de repères pour trafics en tous genres.

 

La photographie n'en reste pas moins exceptionnelle. La finesse de la réalisation remarquable.

 

Loin de laisser insensible, Dheepan laisse passer l'émotion sans la retenir.

 

Dheepan - Kalieaswari Srinivasan et Vincent Rottiers

 

Kalieaswari Srinivasan, Vincent Rottiers

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

tinalakiller 01/09/2015 01:28

Pour ma part, je n'ai pas été convaincue par ce film, disons que je l'ai trouvé moyen. J'ai trouvé les acteurs impeccables, la mise en scène assez juste, mais le scénario est pour moi trop faible, j'ai trouvé que c'était finalement du déjà-vu, qu'il n'y a rien de bien exceptionnel et je n'ai pas été émue.

alex-6 31/08/2015 09:12

Bonjour, Dasola m'a donné envie de venir lire ton commentaire et j'ai mis un lien sur le mien car j'ai trouvé l'entretien avec l'auteur très intéressant
Bonne continuation.

Edmée De Xhavée 29/08/2015 08:58

Je suis partagée. Le trailer ne permet pas de se faire une idée, ton compte-rendu est détaillé. Alors j'hésite, car tu sembles dire que le début dénonce une violence qu'on n'imagine pas et sans aimer ça particulièrement, parfois je sens le besoin de sortir la tête du nuage des Bisounours et jeter un coup d'oeil ailleurs. Bien que je ne sois pas exactement Bisounours :). Par contre une fin improbable... je n'aime pas ça... Nous verrons donc!

Michel Zorba 28/08/2015 17:18

Salut Alain, ok avec ton avis et l'ensemble des commentaires semble refléter ce que j'en pense aussi. J'ai trouvé la fin totalement ridicule ! @+

Lili 28/08/2015 14:52

Même ressenti : des acteurs formidables une histoire intéressante mais une fin trop violente à mon goût et plutôt improbable.

roijoyeux 28/08/2015 12:49

pas très tenté vu la 2e partie confuse !

Jacqueline Magne 28/08/2015 07:49

Pas très tentée. En revanche des amis qui l'on vu disent aussi que les acteurs sont formidables mais que la fin est assez improbable et la violence trop appuyée.

Johanne 27/08/2015 20:31

Bonsoir Alain nous l'avons vu hier et pour tout t'avouer nous nous sommes ennuyés. Hormis les acteurs, et la photo c'est vrai aussi que la photo est belle. mais de là à recevoir la palme à Cannes ??? Bises et bonne soirée

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.