Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 04:00


Les-chemins-de-la-liberts---Affiche.jpg 

Réalisé par Peter Weir

Avec Colin Farrell, Jim Sturgess, Ed Harris, Saoirse Ronan,

Mark Strong, Dejan Angelov, Dragos Bucur, Sattar Dikambayev,

Sally Edwards, Igor Gnezdilov.

Titre original   The Way Back tn-les-chemins-de-la-liberte-18387-42256218.jpg

Long-métrage américain.

 

Genre : Aventure, Drame

 

Date de sortie 26 janvier 2011

 

Les-chemins-de-la-liberte.jpg

 

Synopsis :

En 1940, une petite troupe de prisonniers décide de s’évader d’un camp de travail sibérien.

Pour ces hommes venus de tous les horizons, s’échapper de cet enfer ne sera que le début de l’aventure…
Ensemble, ils vont parcourir plus de 10 000 kilomètres, à travers la toundra sibérienne glacée, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi puis les sommets de l’Himalaya pour franchir la Grande Muraille de Chine.
Certains s’arrêteront en chemin, d’autres ne survivront pas aux épreuves. L’Inde - alors sous contrôle anglais - est le but ultime.
Mais la route est longue, les rencontres risquées, les conditions physiques épouvantables, et chacun a ses secrets …

 

Les-chemins-de-la-liberte---Ed-Harris-et-Saoirse-Ronan-.jpg
Ed Harris et Saoirse Ronan

 

 

Les Chemins de la liberté est une adaptation du best-seller  À marche forcée écrit par Slavomir Rawicz, ancien soldat polonais envoyé aux goulags sous le régime stalinien.

 

Plus d'infos sur Slavomir Rawicz, son récit ... et le film  ... Cliquez ICI !

 

Contrairement aux personnages de son roman, l'écrivain ne s'est pas évadé mais a été amnistié. Le voyage de Sibérie en Inde qu'il relate n'a donc pas été accompli par lui, mais par d'autres prisonniers qui l'ont inspiré pour écrire son histoire. Slavomir Rawicz a tout de même marché de Sibérie jusqu'au Moyen-Orient pour rejoindre l'armée polonaise.
Les droits du roman de Slavomir RawiczÀ marche forcée, publié en 1956, ont à l'époque été réservés par l'acteur-réalisateur Laurence Harvey. Warner Bros a également eu l'idée d'adapter l'histoire au cinéma avec Burt Lancaster. Ce n'est qu'au milieu des années 90 que Joni Levin et Keith Clarke ont commencé à s'intéresser au roman. Après avoir obtenu les droits, ils ont ainsi confié la réalisation du film à Peter Weir.

"Lorsque j’ai découvert le livre, j’ai su que je devais faire ce film, et les premières images me sont venues très facilement,"
explique Peter Weir. Le réalisateur a cependant décidé d'apporter à l'histoire et aux personnages une grande part de fiction, ne sachant pas jusqu'à quel point les faits relatés étaient authentiques.

 
Avant de tourner son film, Peter Weir a effectué un important travail de recherche, consultant de nombreuses archives et allant jusqu'à rencontrer les enfants de l'auteur Slavomir Rawicz.

 

Les-chemins-de-la-liberte-copie-1.jpg

 

"Le tournage de ce film fut une aventure en soi. J’ai l’impression que tout ce que j’ai pu faire avant n’a fait que me préparer à cette histoire et à cette fresque humaine inspirée d’une histoire vraie," raconte Peter Weir, qui sait de quoi il parle, car six fois nommé à l'Oscar, le cinéaste a notamment réalisé The Truman Show ou encore Master & Commander.
 
"Peter Weir est un maître dans l’art de raconter des histoires passionnantes sur la nature humaine," déclare Joni Levin, productrice des Chemins de la liberté. En effet, la description de la nature humaine est un exercice auquel Peter Weir aime se livrer. Dans The Truman Show, par exemple, il raconte l'histoire d'un homme utilisé malgré lui depuis sa naissance pour jouer dans une émission télévisée. Dans The Mosquito Coast, il suit les lubies d'un inventeur maniaque. Il ne déroge pas à la règle avec Les Chemins de la liberté, dans lequel il dépeint le parcours, tant intérieur que physique, d'un groupe d'évadés sous le régime stalinien.

Les-chemins-de-la-liberts---Jim-Sturgess-et-Colin-Farrell.jpg
                                                         Jim Sturgess et Colin Farrell 

Colin Farrell, qui a été le premier acteur à lire le scénario des Chemins de la liberté, a tout de suite été fasciné par l'histoire, mais a cependant hésité avant d'accepter de se lancer dans l'aventure. "(...) au départ, je ne me voyais pas vraiment dans les rôles de Janusz ou de Valka. Je voyais Valka comme un faible, même s’il est dangereux et violent. En relisant l’histoire, j’ai compris sa place dans le groupe, même s’il reste un peu en dehors. Il incarne quelque chose de plus grand que lui, l’hypocrisie et l’échec de ce système corrompu et dictatorial. J’ai alors compris que l’histoire était bien plus que la somme de ses parties, et j’ai espéré que Peter Weir me donne la chance de jouer dans son film," raconte l'acteur.

 

 

 
L'acteur Jim Sturgess, Les-chemins-de-la-librte---Jim-Sturgess.jpg qui a rencontré Peter Weir dans un hôtel londonien pour le rôle, sortait ce jour-là d'un tournage de nuit particulièrement fatigué. "Je devais ressembler à un mort-vivant. J’étais à cran, je n’avais pas dormi et je n’étais pas vraiment préparé à le rencontrer," se souvient-il. Pour se rattraper, il a alors décidé d'envoyer au réalisateur une vidéo de quelques scènes qu'il avait jouées ainsi qu'une lettre. "Je ne voulais pas rater l’occasion de travailler avec Peter Weir, j’ai donc pris ma caméra et mon stylo. Peu après, il m’a téléphoné et il m’a offert le rôle. J’ai dû le remercier une bonne cinquantaine de fois !," explique l'acteur.
 
Ed Harris, qu'il avait déjà dirigé pour The Truman Show en 1998 déclare "J’ai tout de suite accepté de collaborer à nouveau avec Peter parce que je savais qu’il était parfaitement capable de raconter cette histoire dont les personnages sont dépouillés de leurs prétentions," explique l'acteur.
 

Les-chemins-de-la-liberte---Ed-harris.jpg

 

Le personnage interprété par Ed Harris représente les milliers d'Américains qui ont immigré en Russie pour trouver du travail durant la crise économique de 1929. Beaucoup d'entre eux se sont alors retrouvés dans des goulags. Pour jouer le rôle de Smith, l'acteur s'est inspiré du livre Les Abandonnés   "The Forsaken" , écrit par Tim Tzouliadis en 2008.

 

 
Les personnages des Chemins de la liberté effectuent un interminable périple à pied, traversant la Sibérie, la Mongolie, le désert de Gobi, la Chine, pour enfin arriver en Inde. Ces destinations entrainant pour la plupart des complications logistique et politique au niveau du tournage, celui-ci a finalement été réalisé en Bulgarie, au Maroc et en Inde.

 

Notes de production ... Cliquez ICI !

 
Le chef décorateur John Stoddart a été chargé de reconstituer un goulag grandeur nature dans les studios Boyana en Bulgarie. "J’ai commencé avec un agencement en grille que Peter n’a pas aimé parce que cela ressemblait trop aux camps de concentration allemands. Il m’a alors montré des documents sur lesquels on voyait que les goulags soviétiques avaient un plan moins structuré. Les prisonniers les construisaient eux-mêmes parfois en plusieurs étapes, et sans aucun plan. Comme les détenus avaient besoin d’un abri très rapidement, ils fabriquaient de nouvelles baraques avec une charpente très rudimentaire couverte de toile, qu’ils remplaçaient ensuite par du bois," explique-t-il.
   
Pour se préparer à leurs rôles, Jim Sturgess, Alexandru Potocean, Saoirse Ronan, Sebastian Urzendowsky et Dragos Bucur se sont entrainés à parler avec l'accent polonais. Gustaf Skarsgard a quant à lui étudié le letton, tandis que  

 

Les-chemins-de-la-liberte---Ed-harrris-et-Colin-Farell.jpg Colin Farrell et Ed Harris

 

ont appris les bases du russe."Apprendre le russe était formidable, c’est une langue très ancienne qui vient des tripes. Cela sonne en bouche comme un hiver rigoureux, et ses sonorités et ses accents vous affectent physiquement," explique Colin Farrell.
 
 Peter Weir a fait lire des livres et regarder des vidéos sur les goulags. Jim Sturgess a même rencontré plusieurs anciens prisonniers et évadés des camps. "Les regarder dans les yeux et d’entendre leurs histoires était fascinant. Je ne voulais pas arriver sur le plateau sans connaître le contexte de l’époque et ce que ces hommes ont enduré. Quand vous les avez en face de vous, vous réalisez que c’est arrivé il n’y a pas si longtemps," explique le jeune acteur.
 
"Ce ne sont pas nos fusils, nos chiens ou nos barbelés qui vous retiennent. C’est la Sibérie tout entière qui est votre prison," explique le commandant du goulag aux nouveaux arrivants au début du film. La Sibérie, torride en été et glaciale en hiver, représentait en effet pour les détenus une prison naturelle. Condamnés à survivre avec 1200 calories par jour, leur espérance de vie dans le camp était environ d'un an, mais les conditions climatiques ainsi que la mise à prix de leurs têtes ne leur garantissaient pas un meilleur sort si jamais ils parvenaient à s'enfuir.

 

 

Les-chemins-de-la-liberte---Colin-Farrell.jpg
Colin Farrell

Un peu d'histoire

Créés au XIXème siècle, les camps de prisonniers de Sibérie ont rapidement pris le nom de "goulag" (Glavnoïe OUpravlenie LAGuereï, ou en français : direction principale des camps de travail forcé). Ce système a pris de l'ampleur sous Staline et les conditions des détenus ont alors complètement changé. Tortures, enfermements et humiliations étaient monnaie courante et la durée de vie moyenne des prisonniers ne dépassait souvent pas un hiver. De plus, les motifs d'accusation passibles de déportation sont devenus de plus en plus nombreux, allant de la simple pratique religieuse au manque de respect en passant par les retards au travail un tant soit peu répétés.

 


 

 

 

Site officiel du film ... Cliquez ICI !

 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr
http://www.cinemovies.fr

http://www.imdb.fr/

Published by Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 17/07/2012 03:13


Blog(fermaton.over-blog.com),No-18.- THÉORÈME HOMOINFINITY. - De la Liberté ?

jo mitch 06/05/2012 10:22


j'ai regardé et j'ai bien aimé, sympa et bien joué

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.