Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 23:00

 

Date de reprise 15 mai 2013

 

Gatsby-le-Magnifique---Affiche.gif

 

Réalisé par Jack Clayton


Avec Robert Redford, Mia Farrow, Bruce Dern,

Karen Black, Sam Waterston, Scott Wilson,

Patsy Kensit, Edward Herrmann, Lois Chiles


Titre original The Great Gatsby

 
Genre Drame, Romance


Production Américaine


Date de sortie 16 octobre 1974

 

The Great Gatsby a été récompensé en 1975 par deux Oscars


Meilleurs costumes pour  Theoni V. Aldredge

Meilleure musique pour Nelson Riddle

 

Gatsby-le-Magnifique---Robert-Redford.gif


Robert Redford

 

Le film de  Jack Clayton The Great Gatsby

est inspiré de l' œuvre éponyme  de Francis Scott Fitzgerald

 

Déjà adapté à plusieurs reprises sur le grand écran, retenons la première version muette The Great Gatsby réalisé par Herbert Brenon en 1926. Film dans lequel l'acteur américain Warner Baxter incarne le héros à la fortune douteuse.

 

Une deuxième version en 1949 avec Alan Ladd qui endosse cette fois-ci le rôle du mystérieux milliardaire dans Le Prix du silence, une adaptation signée Eliott Nugent. Cette dernière, fidèle au roman, assoit Jay Gatsby en bootlegger, contrebandier d'alcool,  

 

"Réserver son jugement implique un espoir infini" Francis Scott Fitzgerald

 

"Gatsby, ce roman d'amour où l'on se sent jamais l'amour, mais seulement l'argent qui le permet ou qui l'empêche, est fait d'un grand sujet qui s'appuie sur une exécrable histoire : on frémit à l'idée de ce qu'aurait pu donner, entre des mains grossières, cette affabulation mélodramatique, et même rocambolesque. Preuve que d'une intrigue quelque peu artificielle, qui pourrait être un mauvais scénario, la vérité pure peut émerger par l'effet de l'irréfutable qualité de chaque détail : beauté des sensations, des descriptions, des couleurs et des lumières, des robes et des rideaux, des bruits de voix , des impressions de froid, de chaleur, de jour, de nuit, des passages de l'intérieur à l'extérieur des maisons et inversement. La liste des hauts et des bas. Contours nocturnes de photo détourée, palpitations diurnes de stores qu'agite le vent dans la fournaise caniculaire. Multitude nette des figurants autour du flou des personnages centraux. Et à travers tout cela, une petite voix douce et persistante , celle de Gatsby avec ce tic, qui se veut oxfordien, d'appeler tout le monde

"old sport" : " you're selling bonds, aren't you, old sport?". Old sport !

Cette expression factice , si peu américaine et si nécessaire au personnage de Gatsby, - être un romancier, pour moi, c'est d'abord trouver ça. » Jean-François Revel.

 

Eric Neuhoff : "Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour dire que c'est le plus beau roman du monde."
"Quand j'étais plus jeune , c'est à dire plus vulnérable, mon père me donna un conseil que je ne cesse de retourner dans mon esprit." Combien de fois ai-je relu avec le même battement de cœur la première phrase de Gatsby le Magnifique ? Combien de fois ai-je ouvert sans me lasser ce vieux livre de poche acheté le 26 juin 1973 ? Je ne sais plus au juste. C'est sûrement le livre que j'ai le plus souvent lu dans ma vie. Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour dire que c'est le plus beau roman du monde... L'astuce de Fitzgerald consiste à raconter cette histoire de désastre avec la voix de Nick Carraway, 30 ans pile, diplômé de Yale, qui travaille dans une banque à New-York. Daisy est vaguement sa cousine, ce qui ne l'empêche pas de la juger. Cette dernière est un beau personnage de femme, une héroïne insaisissable et cruelle. Sans s'en douter Fitzgerald a écrit un roman de chevalerie situé en 1922. Non, on ne kidnappe pas comme ça la dame du château. Qu'est ce que vous croyez ? Que valent les sentiments face à un solide carnet de chèques ? La réalité a le bruit rugueux des dollars qu'on froisse...
... Gatsby est un livre snob, profond, désenchanté. Il y a la jeunesse qui s'évanouit, des cocktails au nom qui laissent rêveur, des escrocs en nœud papillon, de la mélancolie chiffonnée comme un réveil avec la gueule de bois , des formules qui sont autant de télégrammes : " la personnalité est une suite ininterrompue de gestes réussis . 3 " J'ai 30 ans, j'ai cinq ans de trop pour me mentir à moi-même en donnant à cela le nom d'honneur. Chez une femme la malhonnêteté est une chose qu'on ne blâme jamais profondément. " Adieu, Gatsby. On n'oubliera pas sa manie d'appeler tout le monde " vieux frère" , ni sa faculté de s'imaginer qu'on peut faire revivre le passé. On relit toujours Fitzgerald pour la première fois , comme on a à nouveau 15 ans quand on tombe amoureux. »

Eric Neuhoff, Journal du Dimanche, Juillet 2000.

 

Dans un récent interview paru le 27 avril 2013 et accordé à Frédéric Strauss pour Télérama Robert Redford répond à la question :


Vous êtes-vous identifié à cet homme qui mène la vie des riches sans être de ce milieu ?


"Identifié, non. Mais j'ai aimé jouer ce type qui fait tout pour avoir l'air d'être né riche, alors qu'il garde, au fond de lui, un sentiment d'insécurité et un grand vide. Il a triché pour en arriver là, et il sait que tout est faux dans son histoire. Ce qui m'avait frappé, c'est à quel point Gatsby représente une vie américaine : un homme parti de rien qui arrive tout en haut. Gatsby, c'est l'histoire d'une vie guidée par le besoin de s'imposer à travers le succès, la réussite et les apparences."

 

Gatsby le Magnifique - Mia Farrow et Robert Redfor-copie-1


Mia Farrow et Robert Redford

Synopsis

 

Au début des années 1920, le mal du siècle envahit les âmes, c'est l'époque de la prohibition et des fortunes rapides. Dans une débauche de luxe, d'alcool et d'argent, un mystérieux personnage s'installe à Long Island dans un domaine incroyable d'extravagance.

 

Qui est cet homme charmant, légendaire, élégant et mystérieux Jay Gatsby (Robert Redford) dont les fêtes attirent toute la société locale ?

 

Il est le voisin du sympathique Nick Carraway (Sam Waterston).  

 

Nick Carraway est un observateur lucide. Dans un premier temps, et dans les toutes dernières minutes du film il narre en voix off omniprésente, tout en reprenant des pans entiers du livre, en retranscrivant bien tout le mystère et la fascination inspirée par Gatsby avant son apparition effective à l'écran, ou après sa fin tragique.


Jay Gatsby est riche et distant. Distant car inadapté dans ce monde d'opulence, dont il n'est pas issu et au milieu duquel il se sent isolé.

 

Gatsby-le-Magnifique---Robe.gif

 

Jay Gatsby donne fréquemment des réceptions qui accueillent des centaines de convives parmi les plus riches de la région, mais auxquelles il ne participe pas forcément.

 

Millionnaire à la fortune douteuse, Jay Gatsby esr obsédé par la belle Daisy Buchanan (Mia Farrow), un amour de jeunesse qu'il tente de reconquérir. Celle-ci  a épousé un beau parti issu de la bourgeoisie locale l’infidèle Tom Buchanan (Bruce Dern) un millionnaire, méprisant et raciste qui, à la différence de Gatsby, n'a pas gagné sa fortune, mais en a hérité.

 

 

Gatsby le Magnifique - Robert Redford et Mia Farrow Robert Redford et Mia Farrow

 

Une superbe et tragique histoire d'amour naît.

 

 Mia Farrow et Robert Redford Gatsby-le-Magnifique---Mia-Farrow-et-Robert-Redford.gif

 

Les rumeurs les plus folles circulent sur  Jay Gatsby.

 

Est-ce un espion ou un gentleman anglais? Un héros de guerre ou un mythomane ?

 

Gatsby-le-Magnifique---Robert-Redford-copie-1.gif

 

 

Robert Redford incarne un Gatsby parfait. Qui mieux que lui peut arborer ces costumes Ralph Lauren,  avec telle allure sans jamais en faire trop ou appuyer sur son charme naturel.

 

"Comme la costumière du film avait quitté l'équipe à cause d'un conflit avec le producteur, tout à coup, c'est Ralph Lauren qui a été chargé de nous habiller. On m'a alors demandé de poser avec ses vêtements, en me payant très cher pour le faire ! Mais je ne voulais rien avoir à faire avec cette publicité pour de la mode. J'ai remis mes jeans, mes bottes et mon chapeau de cow-boy, et je suis parti faire du cheval !" confie l'acteur lors d'un interview pour Télérama paru le 27 avril 2013.

 

La photo diaphane de Douglas Slocombe est superbe et magnifie les acteurs d'une façon féérique entraînant une nostalgie d'un passé idéalisé.

 

Les décors de  John Box et les costumes de Theoni V. Aldredge sont magnifiques. Les fêtes orgiaques et flamboyantes du livre sont magnifiquement retranscrtes dans le film. La musique de Nelson Riddle nous plonge dans cette période folle et insouciante pour les nantis.

 

Le générique de fin du film est une grande réussite, montrant toute la vacuité d'une richese étalée et dont il ne reste rien quand la vie n'est plus.

 

Gatsby le Magnifique - Mia Farrow 1.Gatsby-le-Magnifique.gif

Gatsby-le-Magnifique---Mia-Farrow-3.gif.Gatsby-le-Magnifique---Mia-Farrow-2.gif


Selon .lesinrocks.com  


Le tâcheron Jack Clayton adapte sans grâce l’un des plus beaux romans de la littérature américaine.
Le générique clignote de noms prestigieux : un roman mythique de
Francis Scott Fitzgerald, scénarisé par Francis Ford Coppola, interprété par Robert Redford, Mia Farrow, Karen Black, Sam Waterston, etc.

 

Le problème, c’est que le nom du réalisateur, Jack Clayton, est peu connu, lui, et pour cause : il personnifie ces fameux “professionnels de la profession”, interchangeables et anonymes. Après avoir exercé à peu près tous les métiers du cinéma, assistant, acteur, producteur, documentariste, etc., ce Britannique se fit une réputation en “assurant” sur des projets casse-gueule. Résultat : il se retrouva à 50 ans aux commandes d’un énorme paquebot, cette adaptation hollywoodienne du roman peut-être le plus célèbre de Francis Scott Fitzgerald, sa réussite la plus évidente sur son grand thème : la vie comme lent processus de démolition. Chez Francis Scott Fitzgerald, l’histoire peut bien traîner en longueur, on s’en fout, ce qui compte, c’est le style. Malheureusement, chez Jack Clayton, le style fait cruellement défaut, et du coup, la première heure d’exposition apparaît infiniment ennuyeuse. Ce n’est qu’une fois que la mécanique scénaristique s’emballe qu’on peut trouver un charme de divertissement à cette production, apprécier enfin le jeu des acteurs, le décor et le stylisme Années folles, le total look Ralph Lauren de Robert Redford. Mais cette réflexion sur les classes sociales n’atteint jamais ici la profondeur du roman. Reste un plaisir pervers pour les fans de Patsy Kensit, chanteuse du groupe Eighth Wonder, comédienne, et accessoirement épouse un temps de Liam Gallagher : elle apparaît ici à l’âge de 5 ans dans le rôle de la fille de Mia Farrow. Et elle jouera, en 1995, le rôle de la même Mia Farrow dans un biopic Love and Betrayal : The Mia Farrow Story.

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.gatsby-le-magnifique.com

http://www.senscritique.com

http://www.allocine.fr

commentaires

roijoyeux 12/05/2013 12:25


Robert Redford était à Paris fin avril il est passé au JT de France 2 avec Laurent Delahousse !

miches homalbe 28/04/2013 14:03


Rien que pour Redford. À voir et à revoir. Je pensais tout connaître sur ce film et j'apprends en lisant ton article que Ralph Lauren avait remplacé une costumière initialement prévue. Quant à la
prochaine adaptation, faut avoir avoir peur de rien pour tenter de faire oublier Redford dans le rôle.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.