Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 12:00
 

In-a-Lonely-Place-Affiche.jpg 
Réalisé par Nicholas Ray


Avec Humphrey Bogart, Gloria Grahame,

Frank Lovejoy, Carl Benton Reid, Art Smith,

Jeff Donnell, Martha Stewart, Robert Warwick,

Morris Ankrum, William Ching


Genre Drame


Production Américaine

 

Titre original In a Lonely Place

 

Le-Violent---Humphrey-Bogart.jpg

 

Humphrey Bogart

 

Synopsis

 

Dixon Steele (Humphrey Bogart), scénariste à Hollywood adapte un roman populaire. Ses accès de violence sont connus de tous. Un soir qu'il se rend au restaurant, il est surpris de voir que la femme qui officie au vestiaire lit le livre sur lequel il travaille. Il lui demande alors de passer chez lui afin de lui raconter l'intrigue. Le lendemain matin, elle est retrouvée assassinée au pied d’un ravin ! Le passé violent de Steele en fait un suspect idéal. Arrêté par la police il est interrogé jusqu’au moment où Laurel Gray (Gloria Grahame), sa voisine, lui apporte un alibi. Les deux personnages tombent éperdument amoureux mais l’un et l’autre doivent faire face aux pulsions violentes de Dixon Steele. Laurel Gray se met alors à douter de son innocence.

 

Le-Violent---Humphrey-Bogart-et-Gloria-Grahame.jpg

 

Humphrey Bogart et Gloria Grahame

 

Le-Violent---Humphrey-Bogart--Gloria-Grahame.jpg

 

« Je suis né quand elle m'a embrassé ;

j'ai vécu quelques semaines pendant lesquelles elle m'a aimé ;

je suis mort quand elle m'a quitté. »

 

Ces quelques lignes douces-amères, sont tirées du film, comme l'épitaphe de l'idylle vouée à l'échec qui est au centre de ce puissant drame hollywoodien.

 

In a lonely place, trop simplement traduit Le violent en français, est un film rare. Comme souvent chez Nicholas Ray, il décrit le caractère pulsionnel de son héros.

Humphrey Bogart, dans l'un de ses rôles les plus remarquables.

 

Mais au-delà de ce simple constat, c’est aussi le témoignage d’un homme dénonçant les vices de l’industrie du rêve et la difficulté d’être un artiste dans un monde dominé par l’idée de profit.

 

Le-Violent---Gloria--et--Bogart---.jpgLe héros du film de Nicholas Ray, isolé dans un monde dont il se sent rejeté, n’a de cesse de lutter contre ses démons. A force de les contenir, ils finissent par ressurgir dans des scènes à la fois fulgurantes et hypnotisantes.

 

À titre d’exemple, le dîner où Dixon Steele apprend que Laurel Gray a donné son script à son agent sans l’en informer est édifiant : la caméra fixe Bogart, un rayon de lumière se pose sur ses yeux et symbolise une fêlure qu’il ne pourra pas contenir. Fou de rage, il explose dans un accès de bestialité dont personne ne sortira indemne. À chaque crise du héros, Nicholas Ray, utilise ce faisceau de lumière comme une alerte à la colère de Dixon Steele . Ce petit gimmick cinématographique associé à la brutalité naturelle de Humphrey Bogart est d’une efficacité redoutable.


Le-Violent---Humphrey-Bogart--Gloria-Grahame-copie-1.jpg

 

 

 

Car si Nicholas Ray n’est pas le cinéaste de la violence filmée, il est sûrement celui de la violence suggérée. Contrairement à Aldrich ou Mann, l’idée d’exhiber la violence n’est pas dans la nature de Nicholas Ray. Il préfère saisir les instants de doute, ceux où les personnages sont prêts à basculer du côté obscur de leurs sentiments.

 

 

 

 

Nicholas Ray, surnommé "le cinéaste du crépuscule" est un artiste de la limite, et s’il est un domaine dans lequel son art prend forme avec virtuosité c’est assurément celui des situations de déséquilibre.

 

Dans ces instants, de doute Dixon Steele exprime son dégoût du monde et laisse sa haine le submerger. En vrai rebelle, il rejette tout, se noie au plus profond de sa solitude et entre inexorablement dans une spirale d’autodestruction. Non enclin à vivre dans notre société, il est exclu par ses amis, ses collègues ou Laurel pour qui il ressent pourtant une passion réelle.

À l’encontre de tout schéma hollywoodien classique, le final se terminera de façon assez typique pour le réalisateur puisqu’il n’offrira aucun happy end : dans une tension dramatique extrême, Laurel quitte Dixon et le laisse sombrer dans sa triste destinée.

 

Lorsque les dernières images défilent sous nos yeux, Gloria Grahame pleure. Humphrey Bogart  s’enfuit vers sa ténébreuse destinée.

 

Le-Violent---Gloria-Grahame.jpg

 

Inutile de chercher des points de comparaison avec d’autres films de Nicholas Ray. Il est désormais temps pour les spectateurs de quitter la salle, imprégnés de cette sensation d’avoir vécu une tranche de vie à la fois brutale et passionnée. Nicholas Ray est un témoin des sentiments, anthropologiste de la passion et du doute, un artiste rare et donc indispensable !

 

Au côtés d'Humphrey Bogart, Gloria Grahame qui avait collaboré avec Nicholas Ray en 1949 dans A woman’s secret, avant de devenir son épouse quelques mois plus tard, signe également une performance mémorable. Sans jouer de son physique comme le ferait une quelconque starlette des studios, elle participe à la création d’un personnage énigmatique, sensible et attachant et forme, auprès de Humphrey Bogart, un couple inoubliable.

 

Le-Violent---Gloria-Grahame-et-Humphrey-Bogart.jpg

 

Gloria Grahame et Humphrey Bogart

 

 

 

 

Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.dvdclassik.com

http://laszlosonlex.blogspot.com

http://www.imdb.com

http://editionsdelatransparence.com

commentaires

armelle 03/01/2012 09:49

Un beau film que je ne connaissais pas et que j'ai vu avec plaisir sur Arte hier soir. Une oeuvre crépusculaire où les deux protagonistes sont parfaitement convaincants et douloureux. Et puis le
noir et blanc diffusait quelque chose de particulier et, traité ainsi, de très envoûtant.
Bonne annnée 2012 dans tous les domaines Alain.

zorba 02/01/2012 12:52

salut alain et belle année 2012 pour toi. je ne connais pas ce film je vais le regarder et te laisse message demain à+

Michel 02/01/2012 12:32

Très envie de le voir. Jamais vu et j'avoue que je ne connaissais pas ce film bonne idée Alain et surtout une très belle année pour toi et à très vite on t'embrasse sarah et michel

christo 02/01/2012 12:19

super article et bonne idée pour ce soir. Je ne le manquerai pas. merci

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.