Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 00:00


Date de reprise cinéma : 19 décembre 2012

 
Affiche.jpg 

Réalisé par Marcel Carné

 
Avec  Arletty, Marie Déa, Fernand Ledoux, Alain Cuny,

Pierre Labry, Jean d'Yd, Roger Blin, Gabriel Gabrio,

Marcel Herrand, Jules Berry

 

Avec  aussi ... dans des rôles de pages ...

Alain Resnais, Jean-Pierre Mocky, Jean Carmet, François Chaumette

 

Et Simone Signoret en demoiselle du château


Long-métrage français . Genre : Fantastique, Drame, Romance


 Date de sortie cinéma : 5 décembre 1942

 

Jules-Berry.jpg

 

 

 

 

Alain cuny et ArlettySynopsis :

Satan (Jules Berry) délègue, sous l'apparence de ménestrels, deux de ses suppôts, Dominique (Arletty) et Gilles (Alain Cuny), pour semer malheur et destruction sur Terre en l'an de grâce 1485. Alors que Dominique réussit sa mission en soumettant à son emprise séductrice le baron Hugues (Fernand ledoux) et Renaud (Marcel Herrand), le fiancé de sa fille Anne (Marie Déa), Gilles faillit à sa tâche en succombant amoureusement devant la pureté d'Anne à laquelle il ne devait apporter que tourments. Leur amour déchaîne le courroux de Satan qui intervient en personne pour achever son œuvre de désolation comme il l'entend.

 

 

 

Fernand-Ledoux--Marie-Dea-et-Marcel-Herrand.jpg

.

Fernand Ledoux, Marie Déa et Marcel Herrand

 

Lorsque les restaurateurs se sont attelés aux Visiteurs du soir, ils ont eu la mauvaise surprise de découvrir des éléments en très mauvais état. Le négatif original était si détérioré que certains de ses morceaux abîmés avaient disparu, remplacés par des reproductions. Afin de numériser les images en haute définition, ils durent recourir à une copie tirée au début des années 60, d'une définition correcte, mais sale et écorchée. Six mois de travaux auront été nécessaires à l’élaboration de masters numériques, aptes à servir au tirage de Dvd et à la création d’un nouveau négatif image, permettant une ressortie en salles.

 

Arletty-et-Alain-Cuny.jpg

.

Arletty et Alain Cuny

 
Bien qu'il n'ait pas eu les problèmes d'un cinéaste comme Clouzot, on a pu, à la Libération, reprocher à Marcel Carné d'avoir travaillé sous l'Occupation avec des studios tenus par des allemands.

 

Le film Les visiteurs du soir est pourtant un hommage à la Résistance.


En effet, Jacques Prévert et Marcel Carné ont placé le contexte du film au Moyen-Age car il était très difficile de traiter de leur époque sans qu'on les oblige à y intégrer des éléments de propagande.

 

Pourtant, le film pourrait bien être en lien beaucoup plus étroit avec l'actualité de l'époque, contrairement à ce que pouvait laisser croire cet apparent refuge dans le passé. Danièle Gasiglia-Laster a bien montré les rapports de ce film avec son temps : la date donnée dès le début du film (1485) nous donne, si on l'inverse, 5 août 41... Quant à la fin du film — le cœur des deux amants changés en statues continuant à battre — il est très éclairant de la mettre en parallèle avec un poème de Prévert écrit plusieurs années plus tôt, La Crosse en l'air (1936) : « où il avait déjà utilisé cette métaphore du cœur que rien ne peut détruire pour évoquer la résistance à Franco. Ce cœur, c'était « le cœur de la révolution », ce cœur écrivait-il, « que rien...personne ne peut empêcher d'abattre ceux qui veulent l'empêcher de battre... de se battre... de battre. »

 

Jules-Berry-et-Arletty.jpg

.

Jules Berry et Arletty


Marcel Carné a évoqué les conditions difficiles du tournage des Visiteurs du soir : manque d'argent, de temps et contexte troublé de l'Occupation ont ponctué l'aventure. "C’est-à-dire qu’on manquait de tout. Un exemple. J’avais besoin de staff. On le fabrique avec du plâtre et du crin. Le crin étant introuvable, on le remplace par de l’herbe. Résultat : les acteurs emportaient le dallage du décor à leurs semelles. Les costumes de mes personnages exigeaient des velours, des satins. De ces précieuses matières, je parvins à habiller mes principaux acteurs. Les autres durent se contenter de rayonne. Tous participaient à un banquet. Je m’aperçus qu’en approchant ma caméra trop près de la table, la rayonne crevait les yeux. À ce propos, il m’a été reproché d’avoir filmé mon banquet de trop loin. On le trouvait terne. Ceux qui ont parlé et écrit ainsi n’ont certes pas tenu compte des difficultés que j’avais rencontrées en cours de réalisation. Autre incident, consécutif aux restrictions (...) Affamés, mes figurants piquaient tout ce qui les tentait. En déplaçant un jour une miche, je la trouvai légère, légère… La retournant, je constatai que toute la mie avait été retirée. Quant aux fruits, afin qu’on ne les touchât plus, je décidai de les piquer au phénol", raconte-t-il.
 

Arletty


Arletty interprète un suppôt de Satan, un rôle pour le moins énigmatique et ambitieux. Elle raconte : "C’était un rôle qui répondait à ma nature, Jacques l’avait remarqué. Il a eu en outre le génie de m’appeler Dominique, un prénom à double face. Je devais aussi jouer dans un film un autre rôle équivoque, celui du chevalier d’Éon. Raimu devait être mon précepteur. Mais c’était la guerre et c’était la Continental, société de production allemande qui se chargeait de financer le film. Raimu avait déjà joué chez eux "Les Inconnus dans la maison". Moi, je ne voulais pas."
 
Dans le film, Marcel Carné a rassemblé plusieurs personnages nains, mais la cohabitation avec eux n'a pas été évidente. L'un d'entre eux s'est facturé une jambe sur le tournage, le réalisateur se souvient : "De cet accident, résulta une panique parmi mes nains. Ils prirent la fuite. Je dus partir à la recherche d’autres. Tous ceux qu’on me proposait étaient ou trop grands ou trop petits ou trop gros. Ils devaient aussi savoir chanter. Enfin, je parvins à en rassembler un choix. Je leur distribuai des cagoules, car on ne devait pas voir leur visage. Un jour, en dirigeant les chœurs, je m’aperçus qu’un des choristes chantait faux. Je lui demandai de simplement mimer les paroles. Il ne voulut rien entendre. Vexé, il continua de chanter… Mes nains m’ont causé bien des soucis. Ils étaient d’une incroyable susceptibilité. Pour un rien, ils en venaient aux mains. Parmi eux, un Arménien et un Turc se flanquaient régulièrement des raclées…"
 
Jules Berry, qui interprète le diable dans le film, était réputé pour ne jamais apprendre son texte. Avec surprise, pour Les Visiteurs du soir, il s'était préparé un mois à l'avance, ce qui ne l'a pas empêché d'oublier son texte le jour du tournage !

Marcel Carné rapporte : "Lui qui n’apprenait jamais son texte sut le sien un mois d’avance. Ce fut un sujet d’étonnement pour Prévert et moi. Seulement, à la minute du tournage, il avait tout oublié ! Et je dus m’y reprendre à vingt fois pour qu’il retrouvât son texte… "

 

Jules-Berry-copie-1.jpg

.

Jules Berry

 
Simone Signoret a assisté et participé à l'aventure des Visiteurs du soir en tant que... figurante ! Peu connue à l'époque, elle garde un souvenir impérissable de sa rencontre avec Marcel Carné : " Pendant trois mois, j’ai été l’une des rares survivantes parmi tous ces figurants. Parce que Carné virait du monde après chaque décor : il nous mettait tous en rang, il passait devant nous comme un colonel et disait : « vous, fini », « vous, fini ». Moi, il me gardait. nous n’avons été que trois à faire tout le film : Arsénio Fregnac, Madeleine Rousset et moi. Carné nous a gardés parce qu’il nous trouvait gentils et qu’on le faisait rigoler. Pendant les extérieurs, même lorsque je ne tournais pas, je me mettais dans un coin et je regardais. Pour la première fois, je côtoyais des stars! Je n’en perdais pas une!… ", confia-t-elle.
 
André Bazin, le célèbre critique, fondateur des Cahiers du cinéma

et mentor de François Truffaut, a vu dans Les Visiteurs du soir le film idéal pour expliquer sa théorie du cinéma. En effet, s'inspirant d'écrits sur d'autres arts (littéraires ou picturaux notamment), il pensait pouvoir clairement juger les films selon des critères objectifs. Ainsi, en 1942, le film de Carné eut beaucoup moins de succès que Le Voile bleu de Jean Stelli, record des recettes cette année-là, et que Bazin jugeait bien inférieur. Bien que reconnaissant des défauts aux Visiteurs du soir, le critique clama qu'il fallait soutenir ce film aveuglément car comme il le dit, il : " surgit dans la morne production 1941-1942 comme un évènement révolutionnaire. ".
 

Alain-Cuny-et-Marie-Dea.jpg

.

Alain Cuny et Marié Déa

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://fr.wikipedia.org

http://www.cinereves.com

Published by Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

cheap wedding dresses 05/08/2011 09:52

Vive affichant ces détails bonne qualité; ive étudier certains messages tout au long de votre site Web et les obtenir au lieu incroyablement fascinant!

cheap wedding dresses 05/08/2011 09:51

Comme les graphistes il est vraiment essentiel pour réaliser et d'utiliser efficacement cette idée dans la génération certain que votre concept, peu importe si c'est un morceau de publicité ou de style stationnaire, est distinct et approprié pour relever le défi que vous pourriez créer.

RapidSSL 15/06/2011 01:46

Exactly what i'm looking for.Thanks for sharing this piece of information.Cool...

Cheap Web Design 19/02/2011 09:25

hiSimone Signoret était une jeune figurante dans la scène du banquet ...

online casino 17/02/2011 18:43

REMarie Déa, Fernand Ledoux, Alain Cuny,
Pierre Labry, Jean d'Yd, Roger Blin,
Gabriel Gabrio, Marcel Herrand,

dasola 28/01/2011 18:17

Bonsoir Alain, je n'ai pas vu ce film depuis longtemps et jamais sur grand écran. Je me laisserais peut-être tentée si ce n'est que j'avais surtout apprécié la composition de Jules Berry dans le rôle de Satan (il est assez irrésistible). Pour le reste, je pense que le film a assez vieilli.même s'il dégage encore un certain charme. Bonne soirée.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.