Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:00

 
Date de sortie 18 juin 2014

 

Au-fil-d-Ariane---Affiche.gif


Réalisé par Robert Guédiguian


Avec Ariane Ascaride, Jacques Boudet, Jean-Pierre Darroussin,
Anaïs Demoustier, Gérard Meylan, Adrien Jolivet,

Youssouf Djaoro, Lola  Naymar 

Judith Magre a prêté sa voix à la tortue   
     

Genre Drame


Production Française

 

Entre Robert Guédiguian et Ariane Ascaride, c'est de nombreuses années de vie commune et autant de cinéma et d'engagement politique.

 

S'intéressant très tôt aux questions politiques, Robert Guédiguian entame des études de sociologie à la faculté d'Aix-en-Provence où il rencontre sa future compagne, Ariane Ascaride, qu'il suit à Paris lorsqu'elle s'inscrit au Conservatoire.

 

En 1980, Robert Guédiguian – ancien militant communiste – fait jouer celle devenue sa femme dans son premier long métrage : Dernier Eté.

 

Ariane Ascaride sera ensuite à l'affiche de tous ses films, à l'exception du Promeneur du Champ de Mars réalisé en 2005.


Au Fil d'Ariane est une "fantaisie", comme annoncée au générique.

 

Synopsis

 

Ariane (Ariane Ascaride), est une mère de famille vivant dans un bel appartement.

 

Elle confectionne fébrilement un somptueux gâteau qui regorge de crème et de chocolat. Sur le gâteau achevé, elle plante une grosse poignée de bougies : c’est son anniversaire.

 

Pendant ce temps, les livreurs de fleurs se succèdent, sa fille téléphone pour annoncer qu’elle ne viendra pas, puis son mari pour dire qu’il est retenu ailleurs…

 

De défection en défection, le petit monde d’Ariane semble s’écrouler.


Ariane se retrouve seule devant cet immense gâteau illuminé de bougies.

Elle se lève, prend son sac à main, son passeport, ses clés de voiture et sort.

 

Elle part à l’aventure et, comme dans un conte, elle va rencontrer des personnages plus farfelus les uns que les autres.

 

Au fil d'Ariane - Ariane Ascaride Ariane Ascaride

 

Dans sa voiture elle roule devant elle et fonce vers le pont levant de Martigues… et s’y retrouve coincée. Un mal pour un bien. Tous ces jeunes conducteurs qui, au lieu de s’impatienter et de pester stupidement, préfèrent brancher à fond leur autoradio et s’adonner à des danses aux rythmes endiablés et orientaux

 

Au-fil-d-Ariane---Ariane-Ascaride-copie-1.gif

 

Un jeune homme (Adrien Jolivet) lui demande du feu et une discussion éphémère prend tournure, sous la forme d’une invitation dans un petit restaurant pour lequel ils se trouve être un rabatteur. Il la conduit sur sa Vespa jusqu’à une calanque perdue, où un patron truculent (Gérard Meylan) tient un bistro-restaurant de bord de mer, le café L’Olympique. Un café où l'on écoute Jean Ferrat auquel le patron voue une admiration sans bornes.


Adrien Jolivet et Ariane Ascaride Au-fil-d-Ariane---Adrien-Jolivet-et-Ariane-Ascaride.gif

 

À l'Olympique Ariane retrouve une nouvelle famille peuplée de paumés et loufoques en tous genres.

 

Il y a Jack (Jacques Boudet), l’éternel philosophe, pique-assiette tchékhovien, qui nous gratifie de son baragouinage américano-marseillais.

 

Une prostituée au coeur un peu trop grand pour être vrai... 

 

Martial, le Camerounais (Youssouf Djaoro), en proie au mal du pays, et que le patron paye comme gardien, même s’il ne garde rien – et ceci après trente ans passés au Muséum d’histoire naturelle.

 

Et puis… il y a la tortue qui parle… mais uniquement à Ariane,

 

Au fil d'Ariane - Youssouf Djaoro Youssouf Djaoro 

 

Le soir venu, elle est obligée de rentrer, mais personne ne peut l’emmener dans le centre ville. Elle appelle un taxi (Jean-Pierre Darroussin). Vieil  acariâtre fan de musique et de chats.

Sur place elle s’aperçoit que la fourrière a emportée sa voiture. Au moment de payer le taxi elle n’a pas un centime de monnaie et le chauffeur de taxi ne prend pas la carte, elle va à un distributeur et se fait voler son sac, le taxi lui fait une fleur et la ramène à L’Olympique.

 

Au-fil-d-Ariane---Jean-Pierre-Darroussin-et-Ariane-Ascaride.gif

 

Jean-Pierre Darroussin et Ariane Ascaride

 

 

Le lendemain elle explique à Denis ce qui lui est arrivée et se propose de faire le service du repas de midi, pour payer son repas personnel. Denis accepte.

 

Au fil d'Ariane - Ariane Ascaride.Au fil d'Ariane - Gérard Meylan

 

Ariane Ascaride                                            Gérard Meylan

 

 

 

Au fil d'Ariane.  

Propos recueillis par Fabrice Leclerc et Xavier Leherpeur relevés sur http://www.lexpress.fr/culture

Lorsque l'on voit votre nouveau film, on se dit tout au long que c'est une pure déclaration d'amour...


Robert Guédiguian : Tout à fait. Qui est née tout d'abord du désir de faire un film très vite. Ce que j'appelle un film du dimanche, souvent lié au fait que j'en ai un autre derrière en préparation et qui demande beaucoup de boulot. Dans ces cas-là, je me mets à chercher une idée de départ. Celle de l'anniversaire est venue en premier. Qui dit anniversaire dit cadeau. Et j'ai eu envie de faire un cadeau à Ariane... 
Ariane Ascaride : Cela ne s'est pas tout à fait passé comme cela. 
Robert Guédiguian : Comment ça ? 
Ariane Ascaride : Oui, c'est vrai que tu voulais faire un film rapidement, mais il est vrai aussi que je t'ai dit que tu pourrais me faire un cadeau. Que tu me devais un cadeau, en fait !


Que vous devait-il ?


Ariane Ascaride : Tout (rires). Plus sérieusement, j'avais envie d'interpréter un personnage plus léger. Dans les films, je suis souvent une mère type mère courage. Une femme forte. Cela ne me pose aucun souci car je suis comme ça dans la vie. Elles me ressemblent. Mais j'avais le désir de quelque chose de drôle. Voilà. Et oui, je lui ai dit qu'il me le devait.


Au fil d'Ariane repose sur une certaine idée du rêve, de la fable, avec une tortue qui prend la parole.


Robert Guédiguian : C'est lié à l'envie de faire quelque chose de très libre. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai appelé Serge Valletti, qui est un ami et un auteur qui manie volontiers le baroque. Nous avions envie de dégager l'écriture. Du coup, pourquoi pas une tortue qui parle ? Cela fait d'ailleurs référence au corbeau de Pasolini dans Des oiseaux, petits et gros. Mais en moins philosophique. En plus, j'aime glisser à l'écran un décalage qui sème le doute. Il permet de dire aux spectateurs qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Qu'il faut le considérer ainsi...


Au-Fil-d-Ariane---Ariane-Ascaride-et-Jean-Pierre-Daroussin.gifL'Ariane du film est multiple. Paumée, délaissée, amoureuse, effacée, directive... Il y en a une qui vous a surprise ?


Ariane Ascaride : Non, car je sais un peu qui je suis et qu'elles me ressemblent toutes, d'une manière ou d'une autre. Comme elle, je veux aider le monde entier au point d'en être emmerdante.

 

Et, toujours comme elle, on peut me faire croire à peu près n'importe quoi. 
Robert Guédiguian : C'est vrai... 
Ariane Ascaride : Mais ce qui m'a surprise, ou plus exactement touchée, c'est que l'homme avec lequel je vis depuis des années décide enfin de la montrer et de raconter son respect pour elle.


Au fond, c'est peut-être cela qu'il vous devait ?


Ariane Ascaride : Un peu, mon neveu (rires)


C'est un film où, peut-être pour la première fois ou de façon plus marquée, l'émotion prime parfois sur le récit...


Ariane Ascaride : Je le crois aussi. Je pense que Robert s'adoucit. Il aura toujours la volonté d'avoir un discours dans ses films. Mais il y avait jusque-là quelque chose de, comment dire, non pas de hargneux, parce qu'il ne l'a jamais été... mais parfois l'émotion venait après. Or Robert est un émotif et j'ai l'impression que sur ce film, il s'est laissé aller.
Robert Guédiguian : Je ne sais pas si c'est sur ce film en particulier, mais c'est une évolution que je reconnais. Je crois que l'émotion, au sens strict, au sens étymologique, c'est ce qui met en mouvement. Il ne faut pas l'oublier, mais l'assumer et surtout bien le gérer. Ne pas opposer coeur et raison, car c'est un mauvais réflexe. Que ce soit pour le cinéma, le public ou même pour les idées que l'on défend.


Chez vous, l'émotion naît en général des personnages, du récit, des situations et de votre manière de les filmer. Dans Au fil d'Ariane, elle est le vecteur de votre mise en scène...


Au-Fil-d-Ariane---Jean-Pierre-Daroussin-et-Ariane-Ascaride.jpgRobert Guédiguian : C'est vrai pour ce film-là. Le fil d'Ariane est polysémique. Insensé, dans la mesure où c'est un non-sens. Il n'a ni queue ni tête mais il a un corps. Il fallait arriver, du coup, à faire émotion sans arrêt, faire cinéma, spectacle, jubilation... C'est le seul que j'ai revu alors que, quand un film est fini, il est impensable que le regarde à nouveau. Sans doute parce que, dans ce cas, l'émotion est le vecteur principal. Et non pas l'enchaînement des séquences, le récit ou la morale vers laquelle je sais que je veux aller et qui est souvent déterminée bien avant d'avoir commencé à écrire le scénario.


Les acteurs


Robert Guédiguian : J'ai une passion pour les acteurs. Pour ceux avec lesquels je bosse comme pour tous les autres. Ils me fascinent et restent un mystère pour moi. Je suis béat d'admiration, stupéfait, intrigué par leur capacité à incarner une émotion, à se glisser dans la peau d'un autre. À jouer, simplement.


C'est un directeur d'acteurs ?


Ariane Ascaride et Robert Guédiguian : Non, pas du tout ! 
Robert Guédiguian : Il y a pour moi une incompréhension sur la direction d'acteurs. Bien sûr que l'on parle mais le premier pas, c'est l'acteur ou l'actrice qui le fait. Il ou elle me fait une proposition et après, on danse ensemble. Un peu plus vite, plus lentement, plus à gauche. Cela modifie sa proposition, mais c'est quelque chose qui se fait à deux.
Ariane Ascaride : Plus le temps passe, plus je lis des choses sur cette fameuse direction d'acteurs et moins je comprends ce que cela veut dire. Quand on me demande comment je fais pour trouver un personnage, je réponds presque toujours ­ ce qui, au demeurant, est vrai ­ que je trouve d'abord ses chaussures. Mais après, je ne sais comment je fais. Et je crois que c'est ça le truc. Il faut apprendre à accepter justement de ne pas savoir comment on fait. C'est cela qui prend le plus de temps. Ça ne sert à rien à rien d'aller un mois travailler en usine pour un rôle d'ouvrière, cela ne vous rend pas ouvrière pour autant.


Plus de trente ans de travail sur le mode du collectif. C'est une manière de faire différente, unique...


Aufil-d-Ariane---Ariane-Ascaride-et-Jacques-Boudet.gifAriane Ascaride : Disons que cela est devenu une manière de faire différente. Mais, au départ, ce n'était pas une volonté de notre part. J'insiste là-dessus car nous ne nous sommes jamais dit que nous allions inventer un langage ou une méthode de travail qui ne serait qu'à nous. Cela s'est fait comme ça, puisque nous sommes arrivés dans le cinéma en dehors des codes établis. C'était très dur pour Robert de faire des films. 
Robert Guédiguian : Le malentendu repose aussi sur le fait que, dès le début, j'ai refusé de travailler avec des acteurs connus. On m'avait même proposé Depardieu et Dewaere qui sortaient des Valseuses pour mon premier film. Nous étions en 1980, je venais de recevoir l'avance sur recette au premier tour, à l'unanimité... tout allait bien. Et puis je décline toutes les propositions. Je refuse de voir les producteurs. J'étais très arrogant à l'époque. Trop 
Ariane Ascaride : Oh mais tu l'es encore un peu quand même (rires)
Robert Guédiguian : Du coup, on a produit le premier film avec des amis d'enfance. Sans doute sous influence pasolinienne. Plus que des acteurs confirmés, je voulais des gens qui incarnent.


Sans le succès de Marius et Jeannette, pensez-vous que vous auriez continué ?


Robert Guédiguian : Je le crois. Je n'étais pas très cher, on fonctionnait sur l'esprit de groupe... 
Ariane Ascaride : Je ne suis pas tout à fait d'accord. Bien sûr que nous aurions continué. Mais il y aurait quelque chose d'extrêmement épuisé. Et puis, quand on fait des choses, il faut être sincère, et même si la critique est élogieuse, il y a un moment où l'on a besoin de la gratification du public.


Vous en ressentiez le besoin ?


Ariane Ascaride : Je l'espérais... On m'avait tellement dit, à 20 ans, que ce serait long, que rien ne m'arriverait avant 40 ans... Ok, c'est ce qui s'est passé. Mais il faut tenir. J'aurais continué, évidemment, parce que j'adore ce métier mais, sans jamais le dire parce que je suis très orgueilleuse, il y aurait eu une frustration. On fait ce métier parce que l'on a envie d'être regardée.


Trente-quatre ans que vous travaillez avec les mêmes collaborateurs, comédiens, chef op, monteur...


Robert Guédiguian : Notre façon de travailler a d'abord reposé sur des éléments d'unité très forts. Comme, par exemple, des affinités d'extraction. Nous venions du même milieu ouvrier. Le père de mon chef op était prolo à Sartrouville. Celui de Dada (Darroussin) était étameur. Ce qui nous donnait une unité idéologique au sens le plus strict du mot. C'est-à-dire une idée du monde, de la parole qu'il fallait porter. Savoir qui nous représentions, de qui nous étions les enfants et ce qu'il fallait reproduire. Cela a été notre véritable facteur de cohésion. C'est aussi la raison pour laquelle je dis souvent que notre modèle n'est pas reproductible. 
Ariane Ascaride : Je le crois d'autant plus que cela n'a pas été une volonté. C'est le fruit du hasard.


Savoir au nom de qui on parle est toujours le moteur de votre travail ?


Ariane Ascaride : J'en suis persuadée. En vérité, on ne change jamais de monde. On le croit, mais en réalité, c'est faux. Certes, on apprend à aller dans les autres mondes. Mais on est et on reste fait du monde d'où l'on vient. Nos structures mentales, psychologiques et émotionnelles sont faites du monde dont vous venez. Je sais parler avec vous aujourd'hui. Mais tout cela, je l'ai appris. Si j'étais restée dans le monde dont je suis issue, peut-être que nous ne pourrions pas nous parler. Et c'est cela qui me passionne. Toujours trouver les passerelles pour que moi, nous, qui parlons d'un monde qui n'est pas le vôtre, vous puissiez entendre. Et si vous entendez, si vous pouvez aimer les films de Robert c'est que, lorsque nous sommes ensemble, nous retrouvons nos pères et nos grands-pères et que nous sommes sincères. 


Et, pour conclure, de vos films réalisés ensemble quel est votre préféré ?

 
Ariane Ascaride :(Spontanément.) La ville est tranquille. 

 

Au-fil-d-Ariane---Ariane-Ascaride-copie-2.gif

 

Mon opinion

 

 

Robert Guédiguian et Ariane Ascaride restent complices dans cette "fantaisie" pour offrir aux spectateurs un moment de fraîcheur et de franche bonne humeur, mêlant les grands sentiments et une certaine poésie.

 

Robert Guédiguian est associé dans l'écriture du scénario avec Serge Valetti, Marseillais lui aussi. Ce dernier avoue dans un entretien avoir toujours voulu faire le pitre.

Le réalisateur suit, s'amuse et se fait plaisir. 

 

Il assume ce côté déjanté, inhabituel dans ses précédentes réalisations. Une pause pour oublier le monde tel qu'il est. Il a bien le droit de vouloir offrir du rêve, aussi. Dommage qu'il ne se soit pas laissé aller plus à fond, qu'il ne nous entraîne pas, avec le talent que l'on lui connaît, jusqu'au bout de la folie. Ça commence bien avec ces jeunes conducteurs qui, au lieu de s’impatienter et de pester stupidement, préfèrent brancher à fond le son de leur autoradio pour s’adonner à des danses sur des rythmes endiablés et orientaux. 

 

Les bons moments l'emportent sur d'autres, beaucoup plus invraisemblables. Tout autant que les dialogues qui du plus haut deviennent parfois simplistes. Mais cela ne dessert en rien le propos du film.

 

Le seul nom d'Ariane Ascaride à l'affiche suffit pour un plaisir toujours renouvelé. À ses côtés on retrouve les fidèles du réalisateur dont l'excellent Jacques Boudet.

 

L'accent, les couleurs de Marseille et les thèmes chers au réalisateur restent bien présents. L'amour tout d'abord. L'amitié aussi et cette franche camaraderie qui existe dans tous ses films.

 

Ce Fil d'Ariane fera débat pour son côté légèrement bâclé, peut-être, mais n'en est pas moins vibrant d'une belle générosité.

 

 

Sources :

http://medias.unifrance.org

http://www.radiopluriel.fr

http://www.avoir-alire.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.