Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 00:00

.

Date de sortie 20 mars 2013

 

Sous-le-iguier---Affiche.gif


Réalisé par Anne-Marie Etienne


Avec Gisèle Casadesus,


Anne Consigny, Jonathan Zaccaï, Marie Kremer,

Claire Blanquet, Chloé Imbert, Nina Baldo, Manon Lemaire

 
Genre Comédie


Production Française

 

Sous le figuier - Gisèle Casadesus


Gisèle Casadesus

 

Anne-Marie Etienne parle de Gisèle Casadesus "C’était vraiment une chance d’avoir Gisèle Casadesus sur le plateau : malgré ses 98 ans – elle en avait 97 lorsque nous tournions-, elle est restée si féminine et séduisante qu’il n’est pas difficile d’imaginer qu’un homme lui fasse des compliments.

 

Elle est vraiment la lumière dont j’avais besoin pour le film.

Or, la lumière ne se joue pas : on l’a ou on ne l’a pas."

 

 

Synopsis

 

Nathalie (Anne Consigny) est chef cuisinier à Bruxelles. Sans attache sentimentale, elle décide un jour de tout plaquer. Après plusieurs échecs amoureux par peur de souffrir, ne veut plus prendre le risque d’aimer à nouveau. Confrontée à des choix difficiles, elle passe de plus en plus de temps avec Selma (Gisèle Casadesus), 95 printemps, une vieille voyante d'origine modeste et qu'elle connaît depuis toujours. Selma gagne quelques sous en tirant les cartes dans un café "voyance".

 

Sous le figuier - Anne Consigny Anne Consigny


Nathalie continue de voir également Christophe (Jonathan Zaccaï), un ami de longue date qui vit seul avec ses trois filles depuis le départ de sa femme. Homme au foyer, Christophe s’épuise entre son boulot, ses trois filles à élever, et la quête de l’âme sœur. Il se retrouve dans une situation proche de la déprime.

 

Sous-le-figuier---Jonatha-Zaccai.gif


Jonathan Zaccaï


En plus de son boulot d'employée,  Joëlle (Marie Kremer) est bénévole dans une association d'aide aux mal-logés et visiteuse dans une maison de retraite. Complètement surbookée elle oublie sa famille et ses amis et va jusqu'à oublier de rendre visite à sa mère. Un soir, désemparée, elle entre dans un café où officie Selma.

 

Marie Kremer Sous-le-figuier---Marie-Kremer-1.gif

 

La boucle est bouclée, les quatre personnages sont connectés. Mais Selma ne va pas bien. Il lui reste peu de temps à vivre. Nathalie  décide d'organiser des vacances d'été pour Selma au bord de la Moselle. Pendant cet été Selma va leur faire partager son amour pour la vie et les aidera à prendre de grandes décisions.


Alors que Nathalie, Jo
ëlle et Christophe ont perdu de vue leurs priorités, Selma va leur apprendre à dominer leurs peurs, profiter de la vie et prendre enfin les bonnes décisions. Ils comprendront ainsi que celle qu'ils pensaient aider à mourir, va les aider à vivre.

 

 Sous-le-figuier---Anne-Consigny-et-Gisele-Casadesus.gif

 

Anne Consigny et Gisèle Casadesus

 

L'un des enjeux du film est d'aborder une thématique difficile, celle de la mort, son acceptation, tout en la traitant de manière positive, paisible et rayonnante, en illustrant l'idée qu'elle est plus douce lorsque la vie a été vécue dans la sérénité.

 

La réalisatrice, Anne-Marie Etienne, a elle-même été actrice de théâtre dans les années 1980. Selon ses dires, c'est un avantage certain pour la direction des comédiens du film, qui, par ailleurs, sont majoritairement issus des planches. Anne-Marie Etienne débute sa carrière au cinéma dans les années 80 en jouant pour des réalisateurs tel que José Pinheiro, Pierre Tchernia et Claude Chabrol. Elle met rapidement sa carrière d'actrice entre parenthèse pour se consacrer à l’écriture. Elle participe à l'écriture du film de Nicole Garcia, Un week-end sur deux avec la réalisatrice, Jacques Fieschi, et Philippe Le Guay.  

 

Anne-Marie Etienne réalise son premier long-métrage en 1989 Un été après l’autre tourné en à Bruxelles qui vaut à son interprète, Annie Cordy, le Prix d’interprétation féminine au festival de Digne. Ce film obtient aussi le Prix du meilleur premier film au festival de La Ciotat.

 

Par la suite, sa carrière balancera entre le théâtre et le cinéma. En plus de mettre en scène pour le théâtre et d’écrire des scénarios pour d’autres réalisateurs, elle réalise deux autres longs-métrages. Le premier Tôt ou tard  obtient différentes distinctions en 1999 dont, le Prix d’interprétation et le Prix de la meilleure réalisatrice au Festival international des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz ainsi que le Prix du public au Festival international du film francophone de Namur.

 

Son second long-métrage  Si c’était lui...  met en scène Carole Bouquet et Marc Lavoine dans une comédie dramatique.


Avec  Sous le figuier, Anne-Marie Etienne signe un véritable hymne à la vie.
"Oui, un petit hymne à la vie en parlant de la mort. C’était en tout cas mon ambition : dire qu’il est possible de bien finir son existence, que la vieillesse n’est pas fatalement un naufrage. C’est ce que j’appelle la "reliance"." avoue la réalisatrice.

 

Sous le figuier - Jonathan Zaccaï


Jonathan Zaccaï

 

Aucun des personnages de Sous le figuier n’est uni par un lien familial : ils se sont choisis. Il était important pour la réalisatrice  que Selma, dont on devine qu’elle a eu une vie de couple magnifique mais qui n’a pas d’enfant, donc plus de famille, ait réussi à s’en faire une. Anne-Marie Etienne dit croire beaucoup aux familles qu’on se choisit "il y a tellement de gens qui ne voient plus leurs enfants et d’enfants qui ne voient plus leurs parents !"

 

Le lien le plus solidaire n’est pas toujours celui du sang même s’il arrive parfois, qu’on se re-choisisse. 

 

Gisèle Casadesus, qui interprète Selma, la protagoniste de Sous le figuier, est parmi les doyennes du cinéma français.

 

En effet, elle a fêté, en 2012, ses 98 ans ! Au théâtre, elle joue à la Comédie-Française depuis 1934 ! C'est sous la direction de Marcel L'Herbier qu'elle a commencé, la même année, sa carrière au cinéma.

 

Gisele-Casadesus---Sous-le-figuier.gif

 

Anne-Marie Etienne raconte que vous lui avez donné votre accord pour interpréter le personnage de Selma moins de vingt-quatre heures après avoir reçu le scénario ?

.
Gisèle Casadesus : "C’est vrai. Je l’ai lu, et le soir même, je lui disais oui. Tout me plaisait : le sujet, la façon dont il était écrit, la sincérité et l’humanité du propos. Et sa modernité. « Sous le figuier » n’est vraiment pas un film banal. Il a un ton très neuf. Et puis Selma correspond à ce que j’aime et à ce que je ressens profondément : elle irradie la gaieté, elle est porteuse d’espoir. Selma, c’est la vie même. Or j’aime la vie."

.
Vous connaissiez ses films ?

  . .
Gisèle Casadesus : "J’avais vu « Si c’était lui... », la comédie qu’elle a tourné avec Carole Bouquet et Marc Lavoine. Et je connaissais son travail au théâtre. Je savais qu’elle était aussi comédienne. Anne-Marie est un peu atypique dans le milieu du cinéma. C’est quelqu’un de très profond et elle sait tout faire."

.
Revenons à Selma, cette vieille dame qui arrive au terme de son existence. N’avez-vous pas eu peur de vous colleter au rôle ?

.
Sous le figuier - Jonathan Zaccaï et Gisèle CasadesusGisèle Casadesus : mon âge- 98 ans bien tassés-, on sait bien qu’on est plus proche de la fin de l’histoire que du début, ce n’est pas toujours très réconfortant, on pense évidemment aux limites du possible. Ça passe très vite, une vie ! Mais il ne faut pas trop s’attarder à cela, même si c’est un peu douloureux. Il faut savoir rester sereine, comme l’est Selma. Et quelle chance pour une actrice de mon âge de trouver des rôles qui lui correspondent; pouvoir jouer encore. J’ai renoncé au théâtre- c’est devenu trop fatigant- mais pas au cinéma. Je me dis qu’il y a encore de l’avenir dans ce domaine; je suis partante pour d’autres films si on veut de moi. Avis aux amateurs."

.
Vous êtes lumineuse dans le film.

   .
Gisèle Casadesus : "Attention à ne pas me rendre prétentieuse, c’est sûrement exagéré mais je prends le compliment, je ne suis pas blasée."

.
 On vous sent très proche de Selma, très ouverte aux autres, comme elle.


.Gisèle Casadesus :  "Oui comme Selma chaque journée est une nouvelle page à écrire : Selma est dans la vie, elle regarde devant elle, elle n’est jamais négative." Elle transmet une incroyable force aux trois jeunes adultes qui l’accompagnent pour ce dernier été.


"Oui, elle a envie de les secouer, leur faire comprendre que rien n’est jamais perdu et qu’il faut aller de l’avant. Elle veut leur communiquer son bonheur de vivre, leur faire apprécier ce qui est beau. Elle a des antennes, Selma ! Une espèce de don de double vue qui fait qu’elle comprend très bien les problèmes et les besoins de ceux qui l’entourent.

  .

On sent qu’elle a été très heureuse en amour.

 

Gisèle Casadesus : "Et ça ne m’a pas été non plus très difficile à jouer : j’ai moi- même eu la chance de rencontrer l’homme de ma vie (Lucien Pascal) à dix-sept ans et de l’accompagner jusqu’à ses cent ans passés."

.

 

Il passe entre eux, et entre Selma et les quatre petites filles, une incroyable tendresse, une très grande compréhension.


Gisèle Casadesus : "Parce que chaque génération apporte quelque chose de précieux à l’autre. C’est dommage que notre époque laisse moins de place à ces échanges. Aujourd’hui, les gens sont davantage fermés sur eux-mêmes, ils ne veulent plus s’encombrer avec des personnes âgées et préfèrent mettre leurs parents dans des maisons de retraite. Alors qu’autrefois, il était normal de garder ses aïeuls chez soi : les enfants étaient souvent élevés avec leurs grands-parents, il y avait un enrichissement réciproque."

 
Vous avez passé près de trente ans à la Comédie-Française, vous jouez la comédie depuis près de quatre-vingt ans. Vous avez vu ce métier évoluer.

 
Sous-le-figuier---Gisele-Casadesus-et-Marie-Kremer.gifGisèle Casadesus : "Je me souviens du premier film dans lequel j’ai tourné L’Aventurier, de Marcel Lherbier en 1934. Lherbier avait demandé à une ancienne comédienne de nous aider à travailler nos rôles. Et déjà, j’avais le sentiment d’être beaucoup plus moderne qu’elle. Déjà, on sentait un écart dans le jeu entre les générations. J’écoutais ce que cette femme me disait bien sûr, mais je repoussais un peu les limites. C’est normal que les choses évoluent – on subit l’époque dans laquelle on vit, on s’adapte. Les comédiens jouent-ils vraiment très différemment aujourd’hui ? Fondamentalement, je ne le crois pas. Les physiques ont évolué, la manière de bouger, mais lorsque le talent, la sincérité et la personnalité sont là, je ne vois guère de différence; des nuances, oui mais pas de révolution. Sur le tournage de Sous le figuier, je me suis tout de suite sentie très à l’aise avec Jonathan Zaccaï, Anne Consigny, et Marie Kremer."

 

Dans Sous le figuier, vous êtes pratiquement de tous les plans. Cela a-t-il exigé une préparation particulière ?


Gisèle Casadesus : "Comme toujours, je me suis imprégnée du scénario. J’ai toujours pensé qu’il était préférable d’arriver presque vierge sur un plateau de cinéma : on est vraiment entre les mains du metteur en scène et de la technique. Il faut savoir se laisser guider et ne pas avoir d’a priori. Laisser un peu de part à la spontanéité. Par contre, je vais voir les rushes. Je n’aime pas me voir à l’image mais je les regarde quand même : pour les scènes qui vont suivre. C’est comme si je prenais des leçons je veille à ne pas reproduire une erreur que j’aurais relevé la veille. Mais, comme disait Louis Jouvet, au théâtre, on joue au cinéma, on a joué."

 

 Sous-le-figuier---Marie-Kremer-et-Jonathan-Zaccai.gif

 

Marie Kremer et Jonathan Zaccaï

 

Dans Sous le figuier, on retrouve la jeune actrice belge Marie Kremer, très remarquée dans la série télévisée Un Village français, puis dans le second rôle qu'elle a tenu dans Louise Wimmer. Un jeune talent à suivre !

 

 

Sous le figuier a été présenté en sélection officielle du Festival Internation du Film Francophone (FIFF) de Namur, dans la section Regards du Présent.

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.unifrance.org

http://www.cinemovies.fr

http://www.canalplus.fr

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.