Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 21:41

 

Date de sortie 18 mai 2016

 

Julieta


Réalisé par Pedro Almodóvar


Avec Emma Suárez, Adriana Ugarte,

Daniel Grao, Inma Cuesta, Darío Grandinetti, Michelle Jenner et Rossy de Palma


Genre Drame


Production Espagnole

 

 

Festival de Cannes 2016

 

 

 

Julieta, en Compétition au Festival de Cannes 2016

 

 

 

 

 

 

Synopsis

 

Julieta (Emma Suárez), professeure de cinquante-cinq ans, s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea (Michelle Jenner), l’amie d’enfance de sa fille Antia (Blanca Parés) la pousse à changer ses projets.

Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt.

Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.

Une fois sa confession écrite, elle ne sait où l’envoyer. Sa fille l’a quittée à l’âge de dix-huit ans et, depuis une douzaine d’années, Julieta n’a plus la moindre nouvelle d’elle.

Elle l’a cherchée par tous les moyens possibles mais les résultats de cette recherche confirment qu’Antia reste pour elle une parfaite inconnue.

Julieta parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé.

Et par dessus tout de la souffrance que cet abandon brutal cause à la personne qui en est victime.

 

Julieta - Adriana Ugarte.Julieta - Emma Suárez

 

Adriana Ugarte                                      Emma Suárez

 

Photo El Deseo - Manolo Pavón

Notes du réalisateur relevées dans le dossier de presse.

 

Matriarcat.


Le film commence par un gros plan d’un morceau de tissu rouge. Très vite, on découvre que, dessous, un coeur palpite, le coeur de Julieta. La deuxième image correspond à une sculpture de texture et de couleur de terre cuite représentant un homme nu assis (jambes et torse robustes et compacts). Julieta pose la statuette sur un carton et l’emballe soigneusement dans du papier bulles. La statuette ressemble à un bébé que sa mère est en train d’habiller. Nous sommes en 2016.
On reverra la sculpture plus tard, c’est-à-dire avant, en 1985, dans l’atelier de la sculptrice qui l’a créée. La sculptrice s’appelle Ava, probablement en hommage à Ava Gardner. Ava est très belle et aussi libre que l’actrice qui interpréta Vénus dans Un caprice de Vénus (One Touch of Venus). Vénus est la déesse de l’amour, de la beauté et de la fertilité. Les trois qualités sont présentes dans l’atelier d’Ava.
La jeune 
Julieta de 1985 prend dans ses mains la sculpture de l’homme assis. De nouveau, la statuette ressemble à un bébé entre les mains des deux femmes qui parlent de son poids et de la texture de sa peau.
Dans la séquence suivante, Ava modèle une nouvelle statuette à l’aide d’argile sous le regard de
Julieta. La terre prend la forme de fesses et de jambes masculines. "Les dieux ont créé l’homme et d’autres êtres avec de l’argile et du feu", lui dit Julieta, Ava l’écoute attentivement sans cesser de modeler. Julieta est prof de lettres classiques, elle continue à lui parler de la Création comme si c’était un conte et finit par lui avouer qu’elle est enceinte…
Les trois séquences montrent le pouvoir des femmes : la femme en tant que créatrice de l’homme. L’homme représenté par la sculpture est minuscule comparé aux mains des deux femmes (la même proportion que la blonde prisonnière dans les mains de King Kong). Elles se le passent (dans le cas d’Ava et de
Julieta, le va-et-vient est littéral). Non seulement la femme donne la vie, mais elle est aussi plus forte pour affronter, gérer, subir et apprécier tout ce que la
vie apporte
. Seul le hasard est plus fort qu’elle.

 

Julieta- Adriana Ugarte et  Inma Cuesta

 

Inma Cuesta et Adriana Ugarte

L’inconnu du Nord-Express. Désirs humains.


Les trains me fascinent, qu’il s’agisse des jouets ou de ceux que l’on voit dans les films. J’avais toujours rêvé de tourner dans un vrai train. De tous les moyens de transport formant l’iconographie cinématographique (en plus des diligences et des chevaux, qui ont leur propre genre, le western), le train est mon préféré.
Le train traverse tous les genres, mais les scènes de train dont je me souviens le mieux appartiennent à Hitchcock (Une femme disparaît, L’Inconnu du Nord- Express, La Mort aux trousses) et à Fritz Lang (Désirs humains).


Julieta - Adriana UgarteQuand je suis entré dans un des compartiments d’un vieux train des années 80 pour répéter avec les acteurs, j’ai pris conscience de la difficulté que représenterait le fait de travailler dans un espace où la caméra et le chef-op tiendraient à peine. Tout naïf que j’étais, je n’imaginais pas que l’espace réel de ces trains de 1985 était si exigu. Un enfer plein d’acariens. Mais on savait tous que ces séquences étaient cruciales pour la narration car le destin de Julieta se trouve à bord du train.

 

J’ai construit le scénario de Julieta autour des séquences du train de nuit. C’est dans ce lieu si métaphorique et significatif que Julieta entre en contact avec les deux pôles de l’existence humaine : la mort et la vie. Et l’amour physique comme réponse à la mort. Les deux fois où l’on voit Julieta faire l’amour de façon torride avec Xoan, quelqu’un vient de mourir. C’est leur réponse à eux deux à l’idée de la mort.

Le regard de l’adieu.


En 2003, Antía, la fille de Julieta et Xoan, a 18 ans. Elle est majeure et part faire une retraite spirituelle de trois mois dans les Pyrénées aragonaises. Julieta est affligée à l’idée de se séparer de sa fille. Jusque-là, elles ne s’étaient jamais quittées.
Julieta voit saa fille passer le seuil de la porte et disparaître dans l’escalier. Elle cache son désarroi du mieux possible. La scène lui fait revivre deux autres adieux dont elle ne s’est jamais remise et dont elle n’a jamais parlé à Antía.
L’un de ces adieux est arrivé dans le train. Dans le voyage de nuit de 1985, la nuit même où Julieta a conçu Antía. Un homme au regard humide s’est assis en face de Julieta et a essayé d’engager la conversation. L’homme était laid et d’une amabilité mielleuse à laquelle Julieta a réagi avec froideur. Julieta était mal à l’aise et n’avait aucune envie de parler. Elle s’est levée et l’a laissé seul dans le compartiment.
Profitant d’un arrêt en gare, l’homme a fini par se jeter sous les roues du train, il avait certainement prévu de se suicider avant de monter, mais Julieta regrette d’avoir été froide avec lui et ne peut oublier le regard de l’homme au moment où elle est sortie du compartiment.
Le second regard qui la torture est celui de Xoan, le pêcheur qu’elle a connu dans ce même train, cette nuit-là. Julieta et Xoan ont fondé une famille et vivent à Redes, un village de bord de mer galicien. Alors que treize années se sont écoulées depuis qu’ils se sont connus, Julieta et Xoan se disputent au sujet du passé de Xoan ; Julieta a découvert quelque chose qui la déçoit beaucoup.

 

Julieta - Daniel Grao

 

Daniel Grao


Elle décide de sortir faire un tour, Xoan la prie de rester pour parler, mais elle se réfugie dans le silence et sort de la maison. Xoan la regarde passer la porte, déconcerté et quelque peu suppliant. Julieta revient chez elle le soir avec l’envie de reprendre la conversation interrompue, mais Xoan n’est pas là et elle n’aura plus jamais la possibilité de terminer cette conversation. Peu après qu’elle fut sortie, Xoan est parti pêcher et, l’aprèsmidi, une tempête soudaine et très violente a mis fin à la vie du pêcheur.
Plantée face à la porte de son appartement et regardant Antía disparaître dans l’escalier, Julieta se souvient du regard des deux hommes qui ont trouvé la mort peu après qu’elle les eut laissés seuls.

Fatalité / Hasard.


Les deux adieux tragiques, purs produits du hasard et de la malchance, marquent la conscience de Julieta. Le sentiment de culpabilité, qu’elle transmet aussi à sa fille, s’est glissé dans le scénario sans que je m’en aperçoive. Il est apparu quand j’ai estimé que le scénario était terminé, au moment où les éléments se mettent en place et s’enrichissent de manière autonome, presque sans l’intervention de l’auteur (le sentiment de culpabilité émane de l’histoire même). La culpabilité voyage dans le train où se trouve Julieta, tel un destin tragique. Cet élément assombrit le drame et lui donne une apparence de film noir, quelque chose qu’Alberto Iglesias a renforcé grâce à la musique originale du film.

Julieta trouve son origine littéraire dans Alice Munro.

 

Fugitives - Alice Munro

.

Dès que j’ai lu Fugitives, j’ai eu envie d’adapter pour le cinéma trois des nouvelles du recueil. Les trois ont Juliette pour héroïne, mais ne se suivent pas. Ce sont trois histoires distinctes et j’ai inventé ce qui manquait pour qu’elles n’en fassent qu’une.

 

Scénario


Le recueil de nouvelles Fugitives figurait déjà parmi les accessoires de La piel que habito. Sur le plateau, que la geôlière Marisa Paredes (Marilia) apportait à la captive Elena Anaya (Vicente/Vera), était posé, en plus du petit-déjeuner, un exemplaire du livre d’Alice Munro.
J’en avais déjà commencé l’adaptation. J’avais remplacé Vancouver par New York parce que je me sens plus proche des États-Unis que du Canada. Dans les deux pays, les rapports familiaux sont vécus de façon similaire. Les jeunes quittent très tôt le foyer parental, quand ils entrent à l’université, et beaucoup d’entre eux s’éloignent de leurs familles ; l’indépendance est à la fois émotionnelle et géographique. En Espagne, les relations familiales ne se brisent jamais, le cordon ombilical qui nous unit à nos parents et nos grands-parents résiste au passage du temps ; avec des exceptions, bien sûr, car ici aussi il y a des enfants qui partent de chez eux, et même des pères ou des mères qui abandonnent leurs familles et ne reviennent jamais.
J’ai travaillé à un premier jet en espagnol en essayant de m’approprier les trois nouvelles et en cheminant avec toute la liberté qu’implique l’écriture d’un scénario, bien que ce soit une adaptation. Finalement, l’incertitude m’a envahi, je n’étais plus très sûr du scénario ni de ma capacité à diriger en anglais. J’ai eu peur de changer de langue, de culture et de géographie. J’ai donc mis de côté ce brouillon, sans savoir ce que j’allais en faire, alors que j’avais déjà acquis les droits des nouvelles de Munro.
J’ai remis le nez dans mon brouillon il y a deux ans. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me plaise autant et j’ai essayé de transposer l’histoire en Espagne. Au fur et à mesure que la version espagnole avançait, je m’éloignais d’Alice Munro, je devais voler de mes propres ailes. Ses nouvelles restent à l’origine de Julieta, mais si déjà il est difficile de transposer le style de l’écrivaine canadienne dans cette discipline quasiment opposée à la littérature qu’est le cinéma, faire passer cette histoire pour une histoire espagnole relève de l’impossible. Les admirateurs d’Alice Munro verront dans ma Julieta un hommage à la nouvelliste canadienne.

 

Julieta - Adriana Ugarte

 

Adriana Ugarte 

La couleur blanche / La retenue


N’ayant plus de nouvelles de sa fille depuis des années, Julieta entreprend de détruire tous les souvenirs matériels ayant un rapport avec elle et change de domicile. Elle décide d’enterrer sa mémoire, qu’aucun objet ni aucun lieu ne lui rappellent Antía. Comme toute grande ville, Madrid est composée de plusieurs villes distinctes. Julieta cherche un quartier où sa fille n’a jamais mis les pieds, un quartier laid et sans intérêt, loin du centre où elle a habité avec elle.
Elle loue un appartement impersonnel aux murs peints en blanc, sans objets ni tableaux le décorant. Le blanc silencieux et austère reflète le vide. Cet intérieur blanc révèle aussi mon désir de retenue. Je me suis beaucoup retenu dans la mise en scène et à travers l’austérité des personnages secondaires.
Personne ne chante de chansons. Je n’introduis pas non plus de séquences provenant d’autres films pour expliquer les personnages. Il n’y a pas un brin d’humour, pas de mélange de genres, du moins je crois. Depuis le début, j’avais à l’esprit que Julieta était un drame, pas un mélodrame, genre pour lequel je montre de l’inclination. Un drame dur avec un parfum de mystère : quelqu’un cherche quelqu’un qui est parti sans donner d’explications, quelqu’un avec qui on a vécu toute sa vie disparaît sans dire un seul mot. C’est impossible à comprendre. Ça arrive, c’est dans notre nature, mais c’est incompréhensible et inacceptable. Sans parler de la douleur que cela provoque.

Les lieux d’habitation / La décoration


Quand Julieta prend une décision draconienne, elle déménage. À travers les meubles et les murs, on comprend à chaque fois son état d’esprit.
Le premier appartement qu’elle loue à Madrid se trouve dans un quartier central et très vivant. Les murs sont couverts de papier peint aux motifs très voyants, presque criards. "Il est un peu oppressant", dit Julieta d’une voix faible, accompagnée d’Antía enfant et de son amie Bea, dont elle ne se sépare pas. Bea répond : "Non, le papier peint est super." Antía est toujours d’accord avec Bea. Les deux filles ont hâte de louer l’appartement parce que Bea vit dans le même quartier. Julieta n’a pas le courage de contredire les filles, elle se sent trop fragile pour se battre au sujet d’un papier peint, elle est très faible physiquement et mentalement.
Le deuxième appartement, comme je l’ai dit, est très éloigné du premier et en est même l’opposé. Murs blancs, sans objets le décorant, meubles aux formes sobres et neutres. Tout respire l’impersonnalité. Cet appartement est la négation de l’appartement dans lequel mère et fille ont vécu.
Des années plus tard, Julieta décide de quitter Madrid avec Lorenzo et de ne plus jamais y revenir. Mais une rencontre fortuite dans la rue avec Bea, qu’elle n’avait pas vue depuis des années, la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía par hasard au lac de Côme et que cette dernière lui a dit que Julieta vivait toujours à Madrid. "Et voici qu’une semaine après, je tombe sur toi !" Bea ne lui dit pas grand-chose de plus, mais cela suffit pour que Julieta bouleverse ses projets. Elle rompt avec Lorenzo sans lui donner d’explications (un des nombreux silences dans un récit qui en est truffé), elle retourne vivre dans l’immeuble où se trouve l’appartement aux murs voyants qu’elle avait loué avec Antía et Bea et souhaite la bienvenue au fantôme de sa fille.

 

Julieta - Emma Suárez

 

Emma Suárez

Répétition


Le concierge qui lui avait fait visiter cet appartement à l’époque est étonné de la revoir douze ans après. Julieta voudrait louer son ancien appartement, mais il a été vendu, il y a cependant un appartement libre à un étage supérieur. L’appartement n’est pas en état pour s’y installer ; les murs, peints dans un vert sale, conservent les marques des tableaux et des meubles du locataire précédent, il n’y a ni rideaux ni meubles.
Le même concierge qui lui a montré l’appartement avec Antía et Bea lui montre à présent celui-ci dans une scène identique, sous la même arche du couloir.
À l’exception de la couleur des murs et de la saleté, l’appartement a la même architecture intérieure que le précédent, la même lumière entrant par les fenêtres, etc. Au grand étonnement du concierge, Julieta le loue, elle a décidé de venir attendre sa fille au même endroit où elles ont vécu ensemble ("pour qu’en revenant tu ne trouves rien d’étrange et que tout soit comme hier, et qu’on ne se quitte plus jamais… ", dit la chanson mexicaine). Elle a décidé de l’attendre et de la chercher à nouveau.
En 2016, Julieta se promène dans les mêmes endroits où elle se promenait avec sa fille Antía en 1998 alors qu’elles venaient d’arriver à Madrid. Elle erre à travers les ruelles du même quartier, retourne au terrain de basket où elle accompagnait les filles et y reste des heures. Face à l’invisibilité d’Antía, Julieta se fait visible dans les rues et les lieux que sa fille a traversés avant de disparaître. Je suis réalisateur et je crois à la répétition dans tous les sens du terme. L’être humain se retrouve involontairement dans des situations qu’il a vécues précédemment, comme si la vie nous accordait la possibilité de "répéter" les moments les plus difficiles avant qu’ils n’arrivent vraiment.
Cette idée est présente dans Tout sur ma mère. L’infirmière Manuela travaille pour l’Organisation nationale des greffes espagnole (ONT), aidant les médecins dans la difficile tâche d’annoncer la mort des victimes à leurs proches pour ensuite leur demander le don d’un de leurs organes. Une nuit funeste, Manuela doit à son tour se soumettre au même protocole, en tant que mère de la victime.
Elle connaît la scène, l’a vécue pendant des années, mais du côté des médecins. Julieta s’installe dans l’appartement aux murs verdâtres. Le temps passe et l’appartement demeure toujours aussi vide que lorsqu’elle l’a vu pour la première fois. Le seul meuble est une table sur laquelle elle écrit à Antía tout ce qu’elle ne lui a pas raconté quand elles vivaient ensemble. Posé sur le rebord de la cheminée, l’homme assis sculpté par Ava est sa seule compagnie.

 

Julieta :- Emma Suárez

 

Emma Suárez

Objets, tableaux...


Le sculpteur Miquel Navarro est l’auteur de L’Homme assis et de toutes les pièces que l’on aperçoit dans l’atelier d’Ava. Je vis avec L’Homme assis depuis vingt ans et, dès le départ, j’ai voulu qu’il soit dans un de mes films.
Il y a des paysages, des chansons et des objets au sujet desquels, dès que je les découvre (ou redécouvre, ou dès que je les achète, dans le cas d’objets), j’ai l’intuition que tôt ou tard ils figureront dans un de mes films. Je les garde et attends patiemment pendant des années que le film approprié arrive.
C’était le cas avec le paysage de la plage noire de Lanzarote dans Étreintes brisées, avec l’homme-grenouille d’Attache-moi ! et même avec la serviette marron dont Antía et Bea se servent pour essuyer une Julieta déprimée. L’affiche de l’exposition de Lucian Freud n’a attendu que quatre ans avant de trouver sa place sur le mur de l’appartement de la nouvelle Julieta, qui vit une période de sérénité aux côtés de Lorenzo Gentile. Je suis très satisfait de la façon dont interagit le regard de Freud avec Julieta quand elle cherche dans la corbeille l’enveloppe bleue jetée précédemment (la corbeille est ma corbeille et je savais que, tôt ou tard, elle figurerait aussi dans un film).
Les marines sont l’oeuvre du peintre galicien Seoane. En ce qui concerne la maison en Galice, je voulais qu’il y ait des oeuvres d’artistes et d’artisans de la région. J’ai eu la chance de découvrir Seoane. Les magnifiques céramiques de Sargadelos sont aussi très présentes. Le coeur du tatouage est signé par Dis Berlin, ainsi qu’une des marines qu’Antía récupère pour sa chambre quand elles arrivent à Madrid.

Musique et chanson


La première réaction d’Alberto Iglesias, mon compositeur depuis vingt ans, quand il a vu le film monté, a été de dire qu’il n’avait pas besoin de musique. Il lui plaisait nu, tel qu’il était né dans la salle de montage. (Je dois saluer, une fois de plus, la « délicatesse » avec laquelle Pepe Salcedo, mon monteur de toujours, s’est glissé dans ce casse-tête de film et a respiré avec les personnages sans que les coupes se voient. Le flot narratif coule comme dans une narration linéaire, ce qui est loin d’être le cas. Le film commence avec la respiration de Julieta sous une robe rouge et "respiration" a été le mot clé pour le montage et l’écriture de la musique.)
Pour en revenir à Alberto Iglesias, je lui ai répondu que si, bien sûr, il fallait une musique au film. Même si, en cette période de retenue que je traversais, il était tentant de dénuer Julieta de tout accompagnement musical. Pour moi, la musique a toujours été un outil essentiel qui permet de façonner le récit ; la musique et le scénario structurent la narration, en sont le squelette.
J’ai suggéré à Alberto de composer de petites transitions pour accentuer les changements d’époque ou les répétitions du personnage. Quelque chose de délicat et de léger comme les compositions de Clint Eastwood dans certains de ses meilleurs films (Million Dollar Baby ou Lettres d’Iwo Jima). Alberto s’y est attelé, mais le résultat ne nous a pas convaincus, ni lui ni moi. Il a abordé la tâche sous différents angles et on a découvert quelque chose que je soupçonnais déjà : la structure narrative du film était hermétique à tout autre son que le son direct. En apparence, Julieta est un film transparent et fluide, mais chaque fois qu’Alberto essayait d’introduire dans ce mécanisme un peu de musique, le film, tel un être vivant, la rejetait. C’était très frustrant.
J’ai écouté un tas de bandes-sons et, de manière capricieuse, comme je le fais souvent, j’ai choisi le travail de Toru Takemitsu pour Woman of the Dunes de Hiroshi Teshigahar. Nous l’avons essayé, le tempo n’était pas celui de Julieta, mais je trouvais qu’il y avait quelque chose qui lui convenait. Alberto était d’accord avec moi. Takemitsu l’a mené à Mahler et à Alban Berg. Cela nous a ouvert la voie, a été l’étincelle. À partir de là, tout est venu naturellement.

Je crois qu’Alberto Iglesias a écrit l’une de ses meilleures musiques originales. Je voulais fuir la musique qui colle aux changements de plans, Alberto l’a adaptée aux voix et aux regards des personnages. Même dans un plan général et choral, on a l’impression parfois que la musique sort des yeux du personnage de Julieta. C’est une musique qui s’étire sur de longues séquences, qui respire comme quelque chose de vivant et se fond avec les dialogues de façon organique.
C’est le contraire d’une musique qui souligne. Parfois, j’ai la sensation qu’Alberto a composé un opéra dont les arias sont les multiples voix off d’Emma Suárez et dont l’action se passe dans les yeux des acteurs. Il est très difficile d’écrire une musique pour des scènes comportant autant de dialogues, normalement il y a conflit entre la musique et les mots. Alberto Iglesias a résolu ce problème de façon magistrale.
Il n’y a qu’une chanson, sur le générique de fin. Là encore, j’ai hésité à cause de la retenue, mais les paroles que chante Chavela Vargas dans Si no te vas sont la suite des derniers mots de Julieta : "Si tu t’en vas, mon monde s’effondrera, ce monde où toi seule existes. Ne t’en va pas, je ne veux pas que tu t’en ailles car si tu t’en vas, au même instant, je mourrai."

Actrices


Julieta marque mon retour à l’univers féminin. La plupart des actrices de la longue distribution du film sont nouvelles pour moi. Je n’avais travaillé précédemment qu’avec Rossy de Palma et Susi Sánchez. L’un des défis auxquels j’ai été confronté depuis le début a été d’utiliser deux actrices différentes pour le rôle de Julieta. Adriana Ugarte de 25 à 40 ans et Emma Suárez à partir de 40.
Je suis contre le fait qu’une même actrice accapare tous les âges d’un même personnage, je n’ai pas confiance dans les effets du maquillage pour faire vieillir, et il est quasiment impossible qu’une jeune de 25 ans porte les marques d’une femme de 50 ans. Il ne s’agit pas des rides, mais de quelque chose de beaucoup plus profond, le passage du temps, à l’extérieur comme à l’intérieur.
J’accepte la convention au théâtre, mais je la rejette au cinéma. Cependant, il est risqué d’utiliser deux actrices différentes, surtout dans un film où l’un des personnages, celui d’Ava, ne se dédouble pas et est interprété par la même actrice, Inma Cuesta.
Je suis très content d’avoir pris cette décision. Et il me semble qu’Adriana Ugarte et Emma Suárez font déjà partie de mon Olympe particulier où elles côtoient Penélope Cruz, Carmen Maura, Victoria Abril, Marisa Paredes et Cecilia Roth, mes muses.

 

 

 

 

 

Quoi d’autre ?


Presque tous mes films gagnent à être vus une deuxième fois. Bien sûr, on appréciera Julieta davantage une fois qu’on l’aura vu et qu’on connaîtra l’histoire du personnage. J’aimerais convaincre mon frère pour que l’on offre un billet aux spectateurs qui auront déjà vu le film une première fois. On ne connaît pas les gens et on ne profite pas assez de leur compagnie la première fois qu’on les voit.
Pour Julieta, c’est pareil

Mon opinion

 

Emma Suárez et Adriana Ugarte, deux remarquables comédiennes pour un même rôle, celui de Julieta.

 

Ce film est adapté de trois nouvelles d'Alice Munro.

 

Pedro Almodóvar surprend dans cette une mise en scène sans emphase, mais habitée par un incomparable brio.

 

Le scénario dramatique ne vire à aucun moment dans le pathos.

 

La perfection du montage du fidèle José Salcedo mérite largement d'être souligné " Il a respiré avec les personnages sans que les coupes se voient. Le flot narratif coule comme dans une narration linéaire, ce qui est loin d’être le cas. " A déclaré le réalisateur.

 

De Madrid à la Galice, jusqu'aux Pyrénées Espagnoles la photographie de Jean-Claude Larrieu est magnifique.

 

L'ensemble concourt à faire de Julieta un grand film.

 

Il y a un autre plus. Celui de l'utilisation des objets personnels du réalisateur. Telle cette serviette de toilette marron qui offre un moment de cinéma unique. Ou encore l'affiche d'une exposition de Lucian Freud qui semble être le reflet de la pensée de Julieta, à un moment bien précis de sa vie. Les peintures de Seoane. La maison de Galice. Tous les trésors de Pedro Almodóvar réunis dans cette histoire de femmes.

 

Aux côtés des deux principales protagonistes, l'explosive et fidèle Rossy de Palma endosse un costume inhabituel. Un petit rôle, non négligeable dans le scénario, pour cette grande comédienne. Inma Cuesta et Michelle Jenner complètent ce très beau casting féminin. Daniel Grao et Dario Grandinetti, deux excellents acteurs, donnent la réplique à ces actrices, attachantes, belles, émouvantes et magnifiques.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

roijoyeux 29/05/2016 11:52

et encore un grand article sur "Le ciné d'Alain" !

roijoyeux 29/05/2016 11:51

encore un grand Amodovar !

armelle 25/05/2016 11:12

J'espère que j'aurai l'occasion de le voir car j'en ai très envie. Almadovar n'a encore rien rapporté de Cannes. Sans doute trop elliptique pour certains. C'est très injuste car sa filmographie compte parmi les grandes. Peu importe, il est déjà en haut de l'affiche pour les cinéphiles. Bonne journée, cher Alain.

tinalakiller 23/05/2016 19:20

J'ai bien aimé ce film assez riche - comme souvent chez Almodovar - bien foutu, qui traite bien son sujet et qui est très bien interprété. J'aime également le fait qu'Almodovar ne cherche pas à faire du copier-coller des nouvelles d'Alice Munro. Cela dit, je trouve que ça manque un peu d'émotion, d'un petit quelque chose. Mais ça reste très bien. :)

alex-6 23/05/2016 14:58

félicitation pour ce commentaire oh combien complet; certains seront déçus qu'il n'ait rien rapporté de Cannes , peut être était -il trop dense, c'est trop de choses éparpillées en un temps trop court?
moi je pense que son adaptation était trop loin du sens des nouvelles de la Canadienne et qu'il s'est perdu à vouloir trop prouver avec sa juliéta espagnole ,sorte de Don Quichotte féminin qui a troqué le cheval pour le train à la recherche de sa fille disparue.

dasola 21/05/2016 08:40

Bonjour Alain, j'ai trouvé ce film magnifique à tout point de vue: tant sur le fond que sur la forme. Les actrices que je ne connaissais pas sont sublimes et très bien filmées. Bonne journée.

Edmée De Xhavée 21/05/2016 08:34

Pas vu - mais il n'est pas sorti ici pour l'instant - mais je ne sais trop. Il faut dire que j'ai la grippe en ce moment et tout est filtré par des atchoums et quintes de toux... :)

charlus80 20/05/2016 04:43

Moins assidu que je ne l'ai été... Attiré par Almodovar je tombe sur un article comme souvent passionnant. Tu sembles avoir adoré ce film. Tu donnes des envies pas réalisables ici... Aura-t-il cette Palme aprés laquelle il court depuis des années???

Josh 19/05/2016 20:53

bonsoir Alain, moi aussi, emballé tout comme toi. @ +

Jacqueline Magne 19/05/2016 16:12

Mon cher Alain cet article est très intéressant à lire et m'éclaire davantage encore sur toutes les richesses de ce film remarquable. J'en suis sortie en miettes ! Bises

Michel Zorba 19/05/2016 11:59

Un grand Almodovar. j'ai été complètement séduit. Tout est parfait.

Chris 19/05/2016 08:29

Bonjour Alain, j'attendais ta critique. Elle correspond à ce que j'ai ressenti mais là où tu as raison, et je n'avais pas tout remarque c'est ce que tu nommes, les objets de réalisateurs. Ta page est riche et passionnante.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.