Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 00:00

 

A-cause-d-un-assassinat---Affiche.jpg

 

Réalisé par Alan J. Pakula


Avec Warren Beatty, William Daniels, Walter McGinn,

Hume Cronyn, Kenneth Mars, Kelly Thordsen,

Paula Prentiss, Bettie Johnson, Bill Joyce, Chuck Waters

Jim Davis, Bill McKinney, William Jordan


Titre original The Parallax View


Genre Thriller


Production Américaine

 

Date de sortie 16 avril 1975

 

Né dans les tourments des années les plus troublées de l’histoire américaine contemporaine, les années 1960-70 avec ses assassinats politiques, la guerre du Viêt-Nam, et les menaces sur les libertés individuelles, le thriller sous sa forme dite "paranoïaque", jouant sur l’hypothèse de complots de puissances politiques occultes, trouve probablement sa formulation la plus exemplaire dans À cause d’un assassinat, produit et réalisé en 1973 par celui qui devenait de facto le parrain de ce genre, Alan J. Pakula.


Le scénario de David Giler et Lorenzo Semple Jr.

s'inspire du roman de Loren Singer

Robert Towne n’est pas crédité au générique mais collabora au scénario.

 

Entre divertissement, discours didactique et expression cinématographique plus secrète, ce film se nourrit, dans sa forme et son fond, d’une véritable, et peu commune dans ce pays, inquiétude citoyenne vis-à-vis des institutions. À cause d'un assassinat trouve naturellement le point d’équilibre entre le désir de fiction et le désir documentaire.

 

The-Parallax-view.jpg


À cause d'un assassinat sort en 1974, la même année que la Palme d'Or Conversation secrète, thriller dans lequel Gene Hackman interprète un spécialiste de la filature. Ces deux films reflètent le climat de paranoïa de l'époque, provoqué par le scandale du Watergate et la méfiance des citoyens américains envers leurs institutions.

 

Le producteur Gabriel Katzka, et Michael Small, un des meilleurs compositeurs de musique de films des années 1970-1975 sont des collaborateurs de premier ordre pour The Parallax View. 

 

Alan J. Pakula livre avec The Parallax View  une œuvre assez impressionnante.

 

A cause d'un assassinat - Warren Beatty 3

 

Warren Beatty

 

The Parallax View qui se traduit par "la vision décalée" renvoyant aussi bien au phénomène optique que doit prendre parfois en compte le tireur d’élite qu’au sens abstrait de "prendre une chose pour une autre" ou "ne pas voir les choses telles qu’elles sont". Quoi qu'il en soit, le film brille d’un sombre éclat qu’il doit en premier au chef à la photo très inspirée, l’immense chef-opérateur Gordon Willis. Celui-ci aime les faibles éclairages voire l’obscurité presque complète, à la fois piège et refuge, noirceur trouant la perception. Il use de plans d’ensemble qui écrasent l’individu sous une lumière glacée et dans un décor naturel hostile, ou l’architecture urbaine. Une des scènes mémorables du film se passe dans une salle de conférence, ou plutôt dans son plafond. L’espace est comme coupé en deux, parfois dans le même plan en plongée. En bas, la salle éclairée dans laquelle s’activent des personnages pour une manifestation publique. En haut, une zone noire et secrète. Ici on marche, on observe, on complote. C'est l'illustration parfaite de la dualité d’un monde où les entités supérieures, qu’elles soient figées ou en mouvement, observent et complotent au sein d’une zone noire surplombant un monde éclairé où tout le monde s’active.

 

Synopsis

 

Le sénateur Carroll (Bill Joyce), candidat démocrate aux élections présidentielles américaines, a été assassiné en 1971, lors d'une conférence de presse-buffet, au sommet d’une tour de verre par un serveur (Chuck Waters)


Une commission d'enquête ne retient pas l'hypothèse d'une quelconque conspiration et conclut qu'il s'agit d'un acte isolé commis par un déséquilibré.

 

The-Parallax-view-2.jpg


Le spectateur a un tour d’avance. L’assassinat en question constitue précisément la scène d’ouverture du film, et il est d’emblée explicite que la thèse officielle rendue par la commission d’enquête subséquente, soit l’acte d’un tireur isolé, est pour le moins éloignée de la vérité. Le point de départ est d’une simplicité désarmante, un meurtre, un coupable identifié. Mais ce n’est évidemment qu’un leurre, le premier stade d’une enquête où chaque indice en amène un autre plus intriguant, où la fragmentation des événements semble définir quelque chose qui nous dépasse, où se projette une succession d’images, apparemment sans véritable sens entre elles, mais que le spectateur, bien plus enquêteur que le protagoniste, devra faire l’effort de juxtaposer jusqu’à parvenir à une hypothèse, aussi dérangeante puisse-t-elle être.


Au cours des trois années qui suivent, la plupart des personnes qui ont assisté à cet événement meurent les uns après les autres à la suite de divers accidents.

 

A-cause-d-un-assassinat---Warren-Beatty-et-Paula-Prentiss-.jpg

 

Warren Beatty et Paula Prentiss


La journaliste Lee Carter (Paula Prentiss), elle aussi témoin du meurtre de 1971, pense que ces "accidents" sont en réalité des assassinats déguisés : elle fait part de ses craintes à son collègue et ami Joseph Frady (Warren Beatty), un
journaliste solitaire et désabusé.  

Lee Carter ne réussit pas vraiment à le convaincre.

 

Cependant, quand Lee Carter est victime à son tour d'un "accident" fatal, Joseph Frady Frady, est désormais persuadé que la jeune femme ne se trompait pas. Il décide d’enquêter avec l’aval de son rédacteur en chef Rintells (Hume Cronyn). Il remonte, au péril de sa vie, jusqu’à une étrange firme ayant pignon sur rue, la "Parallax Corporation" qui recrute des déséquilibrés associaux au moyen de tests sophistiqués…

 

A-cause-d-un-assassinat----Hume-Cronyn.png


Hume Cronyn


Lee Carter finira par percer à jour l’existence d’une organisation discrète mais au bras long, qui pourrait tirer les ficelles un peu partout dans la société américaine, des hautes sphères de l’État jusqu’aux simples forces de police locales.

 

The-Parallax-View---Warren-Beatty.jpgC’est ce décalage entre la vérité officielle et les faits, entre les images autorisées et celles qu’on étouffe parce qu’elles pourraient changer la perspective de leur sujet, que le film  tâche de porter sur pellicule. The Parallax View désigne exactement cela : l’incidence du changement de position d’un observateur sur son observation d’un même objet. Le tout premier plan du film illustre consciencieusement ce titre et cette idée. Cadrant d’abord en plan rapproché une reproduction de totem indien, la caméra, d’un léger travelling latéral, révèle ce que ce semblant de vestige du passé dissimulait en arrière-plan, la tour ultramoderne où aura lieu l’assassinat inaugural.


La mise en scène d'Alan J. Pakula sait être ample ou intimiste mais ne conserve jamais assez longtemps la même tonalité narrative pour que le spectateur puisse trouver ses marques et se rassurer. Il finit par être, à l’image de son héros, totalement englué puis broyé par ce périple au cœur de la toile d’araignée technocratique et fasciste que pourraient être devenues les U.S.A. Le réalisateur préserve le non-dit de ses "bourreaux". Ce non-dit, ce poids infernal du secret et du refus de tout discours constitue la force terrifiante de The Parallax View dont le titre français d’exploitation soulignait la nature presque mécanique : les auteurs du premier assassinat sont contraints, "à cause" des effets induits par le premier, d’en commettre plusieurs autres sans qu’on sache à quel point ils pourront stopper le mécanisme qu’ils ont mis en branle. Et dans tous les cas, les juges rendront un jugement passant "à côté" de la vérité.

 

The Parallax View plus que dans n’importe quel autre thriller politique, invite le spectateur  à se méfier de ce qu’il voit, de ce qu’il croit et de ce qu’il perçoit : le flot d’images dans lequel se noie le héros est celui qui inonde le spectateur, si déboussolé et incapable d’échapper à ce qu’il voit que sa propre conscience politique reste la seule bouée de sauvetage.

 

Associer un tel geste politique à une vaste mécanique de thriller manipulateur où le public serait à la fois enquêteur et témoin est une fabuleuse audace.

 

The-Parallax-view-1.jpgAlan J. Pakula fait culminer sa filmographie avec les trois films de ses débuts qu’on a coutume d’appeler la "trilogie paranoïaque" : Klute réalisé en 1971, le présent À cause d’un assassinat  et son film le plus réputé, Les Hommes du président en 1976. À cause d’un assassinat inspiré de l’actualité récente avec l'évocation quasi explicite des assassinats des frères Kennedy, le réalisateur travaille  l’hypothèse de forces politiques invisibles du grand public, plus ou moins proches des pouvoirs exécutif et législatif, artisans d’une vérité officielle mensongère, et dont les actions secrètes menaceraient les fondements de la démocratie américaine.  Dans la même veine, le cinéaste réalisera en 1993 L'Affaire Pélican, l'histoire d'une enquête menée de concert par une étudiante en droit et un journaliste sur l'assassinat de deux magistrats de la Cour Suprême.

 

En 1975, Sydney Pollack réalisait Les Trois Jours du Condor qui reflétait la même méfiance vis-à-vis des institutions. Le genre aura laissé au moins une empreinte durable à Hollywood. Une place de choix au méchant omnipotent ou celui d’interlocuteur peu fiable place occupée aujourd'hui  par les agences de renseignements américaines aux sigles CIA, NSA... 
 

De ce genre-là, À cause d’un assassinat est peut-être le film qui pousse le plus loin la recherche formelle pour suggérer les trucages des vérités officielles.

 

A-cause-d-un-assassinat---Warren-Beatty.jpg Warren Beatty

 

À l’aune de ces ténèbres vivantes qui fendent le champ de vision, la conclusion de la quête de vérité trop solitaire du personnage de Warren Beatty semble déjà condamnée au pessimisme.

 

Les cinéastes des années 70 et leurs directeurs de la photo aiment souvent prendre leur temps, poser un par un méticuleusement les facettes et les fragments de l’action qu’ils dépeignent. The Parallax View en est un parfait exemple. Le grand mérite de  Warren Beatty  réside dans l'extrême sobriété de son interprétation qui permet aux seconds rôles de briller d’un éclat particulier. Constellation d’hommes et de femmes dont les masques ne tombent pas toujours ou qui meurent au moment où ils allaient révéler leurs vrais visage ou bien dans l’ignorance des moutons promis à l’abattoir.

 

Warren Beatty A-cause-d-un-assassinat---Warren-Beatty-1.jpg

 

Penser à la piste du fantastique pur n’est pas une pirouette grossière, tant le film distille une incroyable angoisse. Mais ce que Alan J. Pakula aura réussi mieux que personne, c’est de mettre en perspective le flou du monde contemporain : ces moments de doute et de suspicion, cette paranoïa qui dévore l’être humain jusqu’à le faire s’interroger sur les fondements de son propre libre arbitre, cette incertitude qui sous-tend chaque strate de nos sociétés jusqu’à créer le doute sur leur propre réalité. 

 

 

 

 

Sources :

http://www.courte-focale.fr

http://www.dvdclassik.com - Francis Moury

http://www.imdb.com

http://www.critikat.com - Benoît Smith

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

johane 18/11/2012 19:07


bonsoir Alain nous attendons le dvd et ne manquerons pas de te donner nos impressions. à mercredi

Patrick Escuale 06/10/2012 17:57


Bonsoir, je viens souvent sur votre blog et aujourd'hui avec une idée particulière, celle de trouver des idées d'achat de dvd pour l'anniversaire de mon frère. J'ai trouvé et ce film en fera
parti. merci votre blog est super bien fait et j'avais pas fait attention que l'on pouvait laisser des messages. voilà c'est fait. encore merci

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.